Communication gouvernementale au Bénin : Le talon d’Achille du régime du nouveau départ

Communication gouvernementale au Bénin : Le talon d’Achille du régime du nouveau départ

La  communication gouvernementale reste jusqu’ici l’aspect de la gestion des affaires publiques  où l’on enregistre le plus grand nombre de ratés.

Dialogue social au Bénin : Six centrales et confédérations syndicales claquent la porte

Ce régime selon ses humeurs procède d’une variante à une autre sans s’assurer de l’efficacité de la stratégie de communication adoptée.

On a d’abord eu droit à la «normo-communication» à une espèce de communication que l’hyper président Boni Yayi n’aurait pas reniée. Toujours est-il que d’une variante communicationnelle à l’autre, l’on enregistre des griefs portés à l’encontre du gouvernement.

C’est la période d’absence du Chef de l’Etat hors du pays qui a constitué l’occasion de mettre encore en  évidence, cette défaillance du gouvernement en matière de communication. lorsque l’opinion a constaté l’absence prolongée du Chef de l’Etat du pays à partir de deux conseils des ministres qui n’ont pas été tenus, c’est comme si le reste de l’équipe gouvernementale s’est senti embarrassé de la nature de l’information à servir aux citoyens à propos. Sur cette absence du président de la république  hors du pays, deux  ministres se sont prononcés. Le premier qui s’est adressé à la presse, a simplement déclaré que le président de retour d’une visite d’Etat en Inde, s’est arrêté à Cotonou où il a tenu des séances de travail avec ses collaborateurs avant de s’envoler pour l’Europe pour honorer des rendez-vous avec des partenaires. Et sur la rumeur qui se propageait sur l’état de santé du président de la république, ce ministre a été péremptoire : «Le Chef de l’Etat se porte très bien et n’est pas du tout malade».

Le second ministre qui est revenu sur le même sujet, a confié aux journalistes que le président de la République avait des petits soucis de santé et qui a été pris en charge avec succès. En plus qu’il est déjà revenu au pays. Les  propos de ce  ministre constituaient déjà en contradiction flagrante avec ceux de son collègue qui s’était exprimé avant lui. Il ne fallait donc pas être membre du gouvernement pour se rendre compte que la communication gouvernementale et plus spécifiquement celle relative aux activités du président de la république reste encore à l’étape de balbutiements. Au point où certains observateurs se sont interrogés sur le rôle de la direction de la communication à la présidence de la république que d’aucuns  pensaient qu’elle était investie de la mission d’informer  sur les activités du Chef de l’Etat. Mais le silence de cette direction jusqu’au retour du président au pays avant-hier paraissait pour le moins curieux. Au point où certains observateurs se demandaient si ce service n’était pas simplement  dessaisi de cette mission.

Sinon comment comprendre à moins que le régime actuel ne veuille inventer le fil à couper le beurre, que ce soit le plus proche collaborateur du Chef de l’Etat, en la personne du ministre d’Etat, Secrétaire général à la présidence de la république qui ait, pendant longtemps donné lecture des décisions des conseils des ministres ? Comment expliquer l’absence d’un porte-parole du gouvernement ou encore d’un porte-parole de la Marina? Ces interrogations ne sont pas de moindre importance puisque le communiqué qui rapportait le conseil des ministres extraordinaire, signé du secrétaire du gouvernement et largement diffusé hier lundi 19 juin 2017,  relevait que : «Il (le président de la république)  a cependant souligné combien il lui importe d’informer ses compatriotes des détails de son état de santé, tout en respectant  une certaine pudeur propre à notre culture et à nos usages».  Des propos curieux qui contrastent avec des coups de gueule servis par certains pontes du régime qui demandaient : « pourquoi le peuple veut  s’informer sur l’état de santé du Chef de l’Etat»?

Le passage des ministres et autres personnalités à l’émission «Bénin révélé» qui est diffusée simultanément sur plusieurs chaînes de télévision, donne aussi cette impression d’impréparation voire d’improvisation avec certains invités  qui étalent allègrement  leur insuffisance par rapport aux thèmes abordés. La campagne médiatique qui se fait aussi depuis  plus d’un mois sur le  programme d’action du gouvernement, PAG, est elle aussi émaillée de ratés. Puisqu’elle a pris l’allure d’une propagande à telle enseigne que  des citoyens excédés ont demandé aux membres du gouvernement : «quand prendra fin cette campagne dite de sensibilisation des populations pour passer à l’étape importante de réalisation des projets » ?  Toutes ces failles démontrent à suffisance que la gestion de la communication gouvernementale sous le régime du nouveau départ s’apparente à une véritable navigation à vue. Et ce malgré le recrutement  des journalistes et autres spécialistes de la communication censés mieux conduire cette  communication

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Big 2 mois

    La communication gouvernement dans les grandes démocraties est tout un ART!
    Comme je n’ai cessé de l’affirmer, les ministres qui ont menti honteusement à la face du monde, signe d’un manque de cohésion gouvernementale et d’un mépris, doivent présenter des EXCUSES PUBLIQUES à ce peuple. Quelle éducation à nos enfants qui observent des adultes mentir face caméra.

    La cellule de communication aussi doit être sanctionnée et REMPLACEE par de vrais professionnels, et non les godillots amateurs qui sont là actuellement à tatonner. Soit on est professionel ou on ne l’est pas! La fonction présidentielle demande bcp de rigueur et de transparence. Ici pas de communiqués en amont, même succint, rien. Qd mm