Crédit dans l’Uemoa: La Bceao approfondit les connaissances des acteurs

Crédit dans l’Uemoa: La Bceao approfondit les connaissances des acteurs

Il s’est déroulé le jeudi 1er juin 2017 au siège de la Bceao à Dakar, une conférence sur le partage de données sur le crédit dans l’Uemoa, pour l’amélioration de l’inclusion financière

CEDEAO : Obasanjo s’interroge sur l’utilité de l’UEMOA

Une conférence sur le partage de données sur le crédit dans l’ Uemoa, pour l’amélioration de l’inclusion financière organisée par la Bceao à son siège à Dakar, a permis hier d’accroître les connaissances des acteurs concernés de la zone sur les enjeux de ce système. Ceci, afin de corriger des déficits et d’accélérer le processus de son développement dans la zone.

C’est une initiative de la Bceao en collaboration avec la Société financière internationale (Sfi). Ceci, pour approfondir les connaissances des acteurs d’établissements de crédit, des Systèmes financiers décentralisés, des grands facturiers -les entreprises de téléphonie mobile et de distribution d’eau et d’électricité-, sur les enjeux et apports du système de partage d’information sur le crédit dans l’exercice quotidien de leurs activités, d’après le Vice-gouverneur de la Bceao, Jean-Baptiste M. P. Compaoré, dans son discours à la cérémonie d’ouverture. Une cérémonie suivie par vidéo conférence dans les agences principales de l’institution bancaire comme ce fut le cas à Cotonou.

«Cette réunion a-t-il mentionné, s’inscrit en ligne droite des actions initiées par les autorités de l’Union pour améliorer le financement de l’économie des Etats membres, en vue de favoriser une croissance économique plus rapide et inclusive».

Plus précisément, elle rentre dans cette dynamique amorcée depuis 2013 par la Bceao dans le sens de la promotion des Bureaux d’information sur le crédit (Bic), et leur opérationnalisation dans les Etats membres de l’ Uemoa. Le Bic est l’une des pistes de réformes explorées dans cette perspective de financement et de croissance plus rapide et inclusive de l’économie des Etats membres de l’Union, à en croire le Vice-gouverneur. C’est un système a-t-il rappelé, pour «réduire l’asymétrie d’information entre prêteurs et emprunteurs sur le marché du crédit».

Une réponse aux faiblesses du système

Selon le Vice-gouverneur de la Bceao, après le démarrage effectif d’un tel dispositif dans la zone Uemoa, des progrès importants ont été accomplis par les établissements de crédit et Systèmes financiers décentralisés, pour être aptes à participer au système d’échanges de données sur le crédit. Plus de 70% d’eux ont été jugés aptes.

Toutefois, il y a eu des obstacles au cours des premières années de mise en œuvre. Entre autres, le volume de données fournies et la consultation de rapports à l’occasion de chaque opération de crédits par les établissements assujettis demeure encore faible, soit un taux de 8,3% au 12 mai 2017.

La conférence a permis de passer en revue les principaux obstacles et les stratégies à mettre en œuvre pour les surmonter. Ce fut une occasion de partage d’expérience. Ceci, sous l’égide d’experts internationaux dans le domaine qui ont animé durant la journée six sessions thématiques. Lesquelles sessions ont porté sur l’«expérience de la Bceao en matière de mise en place d’un Bic régional», les «expériences internationales en matière de sensibilisation du public» et l’«exploitation des informations du Bic par le secteur bancaire et financier, ainsi que dans le cadre de la mise en œuvre de la supervision bancaire».

La conférence a également abordé la «régulation et la coordination des activés de partage d’information sur le crédit», la «démocratisation du crédit comme une nouvelle frontière pour accroître l’inclusion financière», et les «mécanismes de résolution des conflits liés au partage d’informations sur le crédit».

Un nouvel élan pour le développement des Bic dans l’ Uemoa

A la cérémonie de clôture, le Vice-gouverneur avoue que les objectifs de la conférence ont été atteints. La réunion, a-t-il soutenu, a fourni de nouveaux éléments sur le partage de données sur le crédit. Il a exhorté tous les acteurs du domaine à s’approprier les recommandations afin que tous ensemble, ils parviennent «à lever les obstacles freinant le développement de l’industrie de partage de données sur le crédit dans l’ Uemoa».

Déjà, il a «rassuré du soutien de la Banque centrale pour mener à bien le projet de promotion des Bic dans l’Union, et atteindre les objectifs de développement du marché du crédit en vue de l’amélioration de l’inclusion financière pour une croissance économique partagée»

Commentaires

Commentaires du site 0