Bénin : Les syndicats de la plateforme portuaire annoncent une grève de 48 heures

Bénin : Les syndicats de la plateforme portuaire annoncent une grève de 48 heures

Risque de paralysie des activités au Port autonome de Cotonou (Pac) mercredi et jeudi prochains.

Bénin : Le gouvernement sacrifie le Cncb au profit d’une structure privée

A travers une motion signée de 5 syndicats des travailleurs de la plateforme portuaire et adressée au ministre des infrastructures et des transports, ils annoncent une grève de 48 heures à compter du mercredi 14 juin. Cette motion intervient à l’issue d’une assemblée générale organisée le jeudi 8 juin dernier, au sujet notamment du recrutement d’un mandataire pour la gestion du Port Autonome de Cotonou.

Ils en appellent au « retrait pur et simple » de l’avis d’appel à candidature pour le recrutement dudit mandataire, au risque d’observer effectivement le mouvement de débrayage annoncé. Aussi, ont-ils mentionné d’autres revendications dont la non-satisfaction pourrait leur faire durcir le ton.

MOTION DE GREVE

A

Le Ministre des Infrastructures et des Transports   COTONOU

Vu la Convention C87 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) de 1948 relative à la liberté syndicale et à la protection du droit syndical, ratifiée par notre pays et qui fait partie intégrante du droit positif béninois ;

Vu les conventions 100 et 111 de l’OIT relatives à l’institution du principe de non discrimination en matière de rémunération, d’emploi et de profession, ratifiées par le Bénin ;

Vu la Chartes Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples adoptée par la dix-huitième Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de juin 1981 à Nairobi en son article 5 ;

Vu la loi n°90-32 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin, notamment en ses articles 19, 35, 36 et 37;

Vu les Conventions Collectives des Sociétés et Offices d’Etats en Républiques du Bénin ;

Vu la loi n°2001-09 du 21 juin 2002 portant exercice du droit de grève en République du Bénin ;

Vu la Loi N° 64-39 créant l’Etablissement public Port Autonome de Cotonou (PAC) modifié par l’Ordonnance N°76-55 du 12 octobre 1976 et la Loi 88 sur les entreprises publiques au Bénin.

Considérant l’Avis d’Appel Public à Candidature AAPC N° 0825/PRMP/MIT/S-PRPM pour le recrutement d’un mandataire pour la gestion du Port de Cotonou ;

Considérant la décision du Gouvernement de la RUPTURE d’introduire une entreprise privée dans la gestion du Port de Cotonou ;

Considérant qu’il s’agit alors d’une privatisation déguisée qui ne peut pas l’être parce qu’une loi devrait normalement être prise pour modifier l’arsenal juridique existant et créé un cadre institutionnel pour la transparence de la procédure de sélection ;

Considérant les opérations de dépotage et d’empotage assurées par la société privée ATRAL au détriment de la SOBEMAP société d’Etat;

Considérant les agréments de manutention récemment signés par le Ministre des Infrastructures et des Transports pour les sociétés privées ATRAL et PIC NET WORK dans le dessein de s’arroger du reste du trafic manipulé par la SOBEMAP ;

Considérant la participation de la société ATRAL a un comité interministériel sur les véhicules d’occasion entant que Vice-président alors qu’elle n’a jamais été acteur de la filière véhicule d’occasion ;

Considérant le retrait de la gestion du BESC du CNCB pour le compte du Port Autonome de Cotonou afin de pouvoir le récupérer facilement par une structure privée alors que ce produit représente plus de 80% du chiffre d’affaires de l’entreprise ;

Considérant les pressions exercées sur les pauvres travailleurs et les préjudices causées à d’autres commerçants dans le cadre des traitements spéciaux que nécessitent les navires consignés par les sociétés privés de ATRAL ;

Considérant l’Arrêté N° 18/MIT/DC/SGM/CTJ/SA/014SGG17 du 28 avril 2017 portant création du Comité ad ’hoc chargé des travaux préparatoires au changement du mode de gestion des activités aéronautiques nationales du Bénin ;

Considérant l’Arrêté N° 26/MIT/DC/SGM/CTJ/SA/014SGG17 du 26 mai 2017 portant retrait de l’Arrêté portant création du Comité ad ’hoc chargé des travaux préparatoires au changement du mode de gestion des activités aéronautiques nationales du Bénin ;

Considérant que toutes les démarches effectuées  par le collectif des syndicats de la plate forme portuaire, notamment le SYNTRAPAC pour connaître le fond des dossiers de réforme au Port de Cotonou sont restés vaines ;

Considérant que les rencontres successives effectuées avec la Direction Générale du Port Autonome de Cotonou pour prendre connaissance du contenu des réformes portuaires annoncées sont restées infructueuses ;

Considérant que les résultats des travaux de la retraite syndicale du Syndicat National des Travailleurs du Port Autonome de Cotonou (SYNTRAPAC) n’ont pas été prise en compte pour une réforme judicieuse ;

Considérant la légèreté avec laquelle  le Ministre des Infrastructure et des Transports gère le dossier relatif à l’Avis d’Appel Public à Candidature AAPC N° 0825/PRMP/MIT/S-PRPM pour le recrutement d’un mandataire pour la gestion du Port de Cotonou ;

Considérant les décisions des Conseils Syndicaux des cinq syndicats du collectif des syndicats de la plate-forme ;

Considérant les décisions respectives des Assemblées Générales des travailleurs des cinq (05) syndicats de la plate-forme portuaire ;

Considérant la décision de l’Assemblée Générale des travailleurs de la plate forme portuaire et des travailleurs du ministère de tutelle en date du 08 juin 2017 ;

Nous, collectif des syndicats de la plateforme portuaire

DECIDONS :

D’observer un arrêt collectif de travail de 48 heures sans service minimum avec tacite reconduction pour compter du mercredi 14 juin 2017 à 00 heure au jeudi 15 juin à minuit pour exiger :

– le retrait pur et simple de l’Avis d’Appel Public à Candidature AAPC N° 0825/PRMP/MIT/S-PRPM pour le recrutement d’un mandataire pour la gestion du Port de Cotonou ;

– l’annulation pure et simple de toutes les procédures tendant à la privatisation du Port Autonome de Cotonou ;

– la reprise immédiate des opérations d’empotage et de dépotage par la SOBEMAP sur son parc à l’instar de Bénin Terminal ;

– l’annulation sans délai  des arrêtés signés non ventilés par le Ministre des Infrastructures et des Transports portant octroi d’agréments de manutentions aux sociétés ATRAL et PIK NET WORK au Port de Cotonou ;

– le retour du BESC au Conseil National des Chargeurs du Bénin (CNCB) aux fins d’assurer l’équilibre d’exploitation de l’entreprise ;

– la suspension immédiate des reformes dans le secteur portuaire qui mettent en péril l’économie nationale  et les emplois des travailleurs.

– l’association désormais du collectif des Syndicats de la plate forme portuaire à toute prise de décision se rapportant à la vie de leur unité de production commune le port de Cotonou ;

– le rétablissement du Comité ad ‘hoc chargé des travaux préparatoires au changement du mode de gestion des activités aéronautiques nationales du Bénin

En tout état de cause, les travailleurs de la plate forme portuaire tiennent responsable le Gouvernement, le Ministre de tutelle, l’Autorité Portuaire des déconvenues qu’engendreraient leur opposition à ne pas satisfaire les revendications ci-dessus citées.

En cas de statu quo, le Collectif des syndicats de la plate forme portuaire se réserve le droit d’utiliser tous autres moyens de lutte pouvant lui permettre d’obtenir gain de cause.

 

Fait à Cotonou, le 09 juin 2017

Ont signé

Le Secrétaire Général SYNTRAPAC  (PAC)                                          

Urbain P. KANLINSOU

Le Secrétaire Général SYNATRAMAP (SOBEMAP) Maxime SESSOU

Le Secrétaire Général  SYNTRA-TTP (MIT) Athanase HOUNSOU

Le Secrétaire Général   SATRAM-COBENAM Issiakou MOUPHTAOU                                                       

Le Secrétaire Général SYNTRA – CNCB Simon HOUNYEVA

Commentaires

Commentaires du site 4
  • Avatar commentaire
    Ojoubanire 4 mois

    Maître OLLA il faut commencer par 48 heures toi tu veux quoi deux mois

  • Avatar commentaire
    Sonagnon 4 mois

    Lentement mais sûrement tout le pays va s’embraser, car ce qui se passe au Bénin sort de l’entendement.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 4 mois

    48 heures seulement !