PCB : Derrière les « destitutions » de chefs politiques se trouve la main de Talon

PCB : Derrière les « destitutions » de chefs politiques se trouve la main de Talon

Le week-end dernier, celui du « Ramadan » (23-25 juin) 2017 a été riche en événements politiques d’un genre particulier : la tenue de deux « assises » notables;

Bénin : Golou lance la modernisation du Psd

Celle du congrès extraordinaire du parti « La Renaissance du Bénin » sous l’instigation de « frondeurs » dirigés par Abraham ZINZINDOHOUE et qui a conclu à « l’exclusion » de Léhady Soglo ; celle du Conseil National du Parti Social-Démocrate  qui a décidé de la « destitution » du Président du Parti, GOLOU Emmanuel.

Ces deux événements sont-ils fortuits et isolés l’un de l’autre ? Pour tout observateur politique de notre pays, la réponse est non.  Essayons de décrypter  un peu les choses.

Les critiques avancées par les « destituteurs » de chefs c’est « la gestion solitaire », « confiscation des pouvoirs » au sein du parti, etc. Loin de nous la prétention de juger ici du bien-fondé ou non de ces accusations. Loin de nous la volonté de sanctifier une quelconque gestion et politique et administrative des affaires par les victimes que sont Léhady et Golou. Mais une seule question se pose : pourquoi c’est maintenant et non avant que ces accusations sont avancées ; d’autant plus que l’on évoque des faits et actes remontant à deux ou trois ans ? La concomitance de ces critiques et les conséquences politiques y découlant ne sont-elles pas troublantes ? Certainement.

En dessous de tout cela apparaît un fil conducteur. Il se fait que le « contesté » Léhady de la RB a eu le malheur d’avoir une mère qui a contribué éloquemment à l’échec du projet funeste de révision de la Constitution ; qu’il a un père (ancien Président de la République) qui ne s’est pas déplacé au lancement du PAG « show-télévisé » en décembre 2016  et qui ne se prive pas de déclarer que « Talon est le plan B de la Franç Afrique »; que Léhady lui-même, maire de Cotonou n’a pas voulu avaler le « hold-up » centralisateur du gouvernement Talon sur sa Commune avec le projet « Grand Nokoué » et qu’il a commis le crime de lèse-majesté d’y avoir émis des réserves. Il se fait que ceux d’en face, le groupe de « frondeurs » est constitué de soutiens à la politique de la Rupture dont des députés membres du BMP des 59 députés soutenant le Programme d’action du Gouvernement.

La situation est de même avec le cas de Golou Emmanuel. Le groupe des « contestateurs » (dont des députés comme Jocelyn Dégbey) appartient à la mouvance présidentielle ; et Amoussou Bruno qui actionne les choses, n’a pas hésité à aller lui-même populariser dernièrement le PAG de Talon dans son « Couffo natal » ; pendant que l’on accuse Golou d’être pro-Ajavon.

Avec cela, tout apparaît  clair. Un dicton en criminologie dit « Dis-moi à qui profite le crime, je te dirai qui est le criminel ». A qui profitent les « destitutions » du week-end dernier ? C’est incontestablement au pouvoir de la Rupture. La main qui actionne donc tous ces événements se trouve être le gouvernement de Talon.

Hier c’était les destitutions de maires ; aujourd’hui c’est l’heure de destitution de dirigeants de partis politiques.

Tout cela tend vers un but : créer un grand Parti, un parti unique du moins largement majoritaire ayant pour socle les 59 députés du Bloc de la Majorité Parlementaire pour imposer définitivement la politique de Talon dont les grandes lignes peuvent se dessiner ainsi qu’il suit :

1°- Mettre en place un pouvoir autocratique de type césarien se caractérisant par une hypercentralisation de toutes les fonctions gouvernementales et administratives aux mains d’une cour d’amis et de parents (TALON,  BOCO Olivier, DAGNON et autres) avec pour conséquences les restrictions drastiques aux libertés fondamentales.

2°-Mettre le pays à sac pour la reconstruction de l’empire industriel, économique et financier de Talon et de son groupe avec comme moyens choisis, la privatisation et la désarticulation de toutes les entreprises publiques et parapubliques (SBEE, SONAPRA, CNHU, le Port, les Hôpitaux de zone, Bénin-Télécoms, etc.)

3°- Attaquer frontalement les petites gens des villes et leurs conditions d’existence avec les fameuses opérations de « déguerpissement » pour la réduction drastique des petits producteurs marchands avec à la clé des milliers de morts anonymes.

4°- Attaquer frontalement les petites gens des campagnes avec la création de multiples taxes (telle  la taxe des engins à moteurs)

5°- Assécher,au profit de Talon et son clan et des monopoles français en particulier, le pays par le pillage des ressources nationales, le bradage du patrimoine national, les licenciements massifs et la mise au chômage de toute la jeunesse.

Tel est l’objectif commun (conscient ou non) des événements du week-end du Ramadan 2017.

Cotonou, le 27 Juin 2017
Le Parti Communiste du Bénin

Commentaires

Commentaires du site 13
  • Avatar commentaire

    Ces malheureux affamés de communistes ne savent rien faire d ‘autres que de crier.injurier, maudire et tout peindre en noir. Faire fi de ces loques de la république, c ‘est mieux !

  • Avatar commentaire

    Ces malheureux affamés de communistes ne savent rien faire d ‘autres que de crier.injurier, maudire et tout peindre en noir. Faire de ces loques de la republique, c ‘est mieux !

  • Avatar commentaire

    Excellente analyse du PCB
    Seuls les aveugles, les profiteurs du clan Talon ( ceux qui sont autour de la marmite et ceux qui font la queue pour les miettes…) ne voient pas l’evidence…
    On a affaire a un vaste complot du l’escroc en chef pour caporaliser la scene politique a son profit ( soit disant reforme du systeme partisan dans le projet de revision mort ne, bloc de la majorite presidentielle, destitution de maires ca et la, paiements recurrents de deputes , en attendant de bourrer la cc…)
    Mais Talon l’escroc en chef oublie que le parti unique n’a pas sauve Maga des trois glorieuses de 1963. ni evite A Kerekou les jets de pierre de 1989…
    Ayant pousse le depecement de l’economie,, le mepris du peuple, la spoliation des petites gens, a des niveaux inconnus chez nous, le clan Talon connaitra un rejet d’une violence tout aussi exceptionnelle dans nos traditions…
    A tous ceus ceux qui disent qye Yayi a fait pire sans perdre sa re-election en 2011, je conseille de mediter sur l’idee du “tipping point” , ce moment ou les choses basculent parce que l’accumulation d’evenements petits et grands font basculer le systeme…
    Le Benin sous Talon n’est pas loin du ‘tipping point’ ou la violence exercee quotidiennement contre les petites gens dans leur gagne pain, leur dignite d’homme, leur religion, leur mode de vie,, etc… generera un torrent de violences au propre comme au figure qui emportera dans un flot salvateur et redempteur la lie de notre societe accrochee au pouvoir et plombant toute issue de sortie de la misere…

  • Avatar commentaire
    Jean 3 semaines

    Je demande humblement à ces communistes béninois de se reconvertir, ils sont en déphasage totale avec le monde.
    Ils peuvent encore se rattraper s’ils ambitionnent exercer le pouvoir d’état.

  • Avatar commentaire
    LEDEPUTEDESDEPUTES 3 semaines

    Ce qui est sûr nous allons droit vers un soulèvement populaire, d’effusion de sang, la fuite du pouvoir d’un chef d’Etat pie que 1989

  • Avatar commentaire
    janvier 3 semaines

    Ils sont dans leur role. Au fait; une seule personne suffit pour faire fonctionner le parti politique.

  • Avatar commentaire
    Totchénagnon 3 semaines

    Tout ce que vous avez écrit est vrai et vérifiable. Mais à qui la faute ?

    Le coupable, c’est certainement le peuple, qui est paresseux par nature et qui ne rêve que d’un sauveur qui viendra lui gratifier de ses billets de banques sans même se demander comment il l’a obtenu. A la conférence nationale, Soglo a été désigné 1er ministre, car dit-on, il avait travaillé à la banque mondiale, donc ayant des amis et facilement il drainera des billets de banque vers le Bénin. La mauvaise gestion des hommes et l’arrogance de Soglo avait favorisé le retour de Kérékou. En 2006, le même refrain a été repris. YAYI BONI vient de la BOAD, une banque de développement. Il ouvrira grandement les portes de la richesse au Bénin. Avec son cauris, symbole antique de la richesse, le béninois s’est laissé berné. En 2016, YAYI Boni ne voulant pas lâcher le pouvoir n’a trouvé mieux que de torpiller les textes régissant son parti pour imposer le colon blanc. Ce fut alors la ruée vers Agbonnon de part sa richesse, qui a réussi à se positionner 2è grâce à sa manne financière. Dans ce schéma, le chemin lui a été ouvert gravement vers la Marina.

    Le peuple béninois n’a pas encore trouvé son messie. Comme les israélites, ce messie viendra, mais il ne le reconnaîtra pas. Car celui-ci n’aura ni or, ni billets de banque à leur distribuer. Le béninois souffre, parce qu’il veut la facilité, parce qu’il rêve d’avoir le meilleur, mais au moindre coût et sans effort. Le jour où le béninois comprendra qu’il ne faudra plus élire un corrompu, que seules les valeurs d’intégrité et d’abnégations primeront, le bout du tunnel sera trouvé. Mais pour le moment, nous en sommes encore très loin, car embourbés dans le sauve-qui-peut.

    • Avatar commentaire
      Bondesire 3 semaines

      Je te dis juste BRAVO. Quelle belle analyse!!! Je suis entierement d’accord avec toi. Malheureusement, la fin n’est pas pour demain. Dommage pour ce pays.
      Merci

    • Avatar commentaire
      aziz 3 semaines

      Tu as juste..abordé..des thématiques..fondamentaux…mais tu n’as pas eu le courage..d’aller au fond de ta pensée…c’est dommage..!!!

      La conclusion que tu tire..est trop tiède…allez !!….allez.!!.craches le morceaux..casses les briques…et il n’ a ..rien…!!!

  • Avatar commentaire
    Boni YAYA 3 semaines

    Toi qui parle nous savons ce que tu as été a la faculté des droits au CAMPUS; un homme haineux qui massacre les étudiants.

    • Avatar commentaire
      SEGNI 3 semaines

      Un malade teigneux aigris des étudiants vu leur échec après la conférence nationale, dont ils ont été abonnés absents à cause de leur jusqu’auboutisme! Un parti dont pour eux rien ne va de Kerekou1 à Soglo, en passant par Kerekou2 et 3, puis Yayi1 et 2 et enfin Talon dont pour la première fois le PCB et la CSTB ont pris fait et cause. Dommage pour mon Benin!

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR 3 semaines

        Segni , et si on dégageait des fi.lous, es..c.r.o.c de ruptu.c.o.n et à la place on essayait ces communistes ?