Conseil des ministres du 21 juin : le personnel de Libercom SA rejette la décision du gouvernement

Conseil des ministres du 21 juin : le personnel de Libercom SA rejette la décision du gouvernement

A peine le communiqué du conseil des ministres du 21 juin a été rendu public, le personnel de Libercom SA s'est insurgé contre la décision phare de ce communiqué: la dissolution de la société.

Dissolution de Libercom Sa : Les agents en sit-in ce jour

Réunis en Assemblée générale ce jour mercredi 21 juin 2017, les membres du personnel de Libercom SA, a analysé la décision du Conseil des Ministres de dissoudre Libercom SA. A l’issue de la séance d’information, le personnel a rejeté la décision de dissolution de la filiale mobile de Bénin Télécoms qu’est Libercom SA.

Le personnel se mobilise donc pour sa réintégration au deux autres entités de l’ex Bénin Télécoms SA, en attendant la recapitalisation de Libercom SA par l’Etat, ou un partenariat public-privé de type « BOT » (Built Operate and Transfert).

Pour faire face donc à cette décision, un appel à la mobilisation a été lancé pour ce jeudi 22 juin 2017, à 8h00. Plus d’informations dans nos prochaines parutions.

 

Commentaires

Commentaires du site 21
  • Avatar commentaire
    de paris 5 mois

    Merci sonagnon,d’éclairer les uns et les autres avec un argumentaire sans parti pris.Mr allognon,ça suffit la saignée, OK.Dites le à qui de droit.Le volet social est regrettable et le peuple souffre dans une misère inexplicable. Aller sur le terrain,je vous prie.

  • Avatar commentaire
    aziz 5 mois

    En tout état de cause..

    La fonction publique,les sociétés d’état,les regies…et autres ne doivent plus etre le refuge..de la médocrité,de l’incompetence,de l’irresponsabilté…qui hélas caractérise l’esprit beninois..

    Tout cadre qui n’est pas content et qui est persuadé avoir une certaine expertise…se mette à son propre compte….

    L’état vache à lait…c’est terminé

  • Avatar commentaire
    Bigot 5 mois

    Ce qui nous manque surtout ici au Benin, c est la culture du travail. nous travaillons juste pour gagner et non pour offrir un service. Du coup, la qualite du travail laisse a desirer et voila les entreprises , surtout etatiques ne peuvent jamais etre rentables. Leur liquidation deviant alors un passage obligatoire. Mais la question qui se pose est celle de savoire si nous passerons tout le temps a parler privatization? Non. Mais en attendant, ceux qui ont perdu leur job prennent le temps de reflechir , se remettre en groupe et enfin reviennent avec de meilleurs idees pour un nouveau depart. Ils ne sont pas exclus de la vie active mais on leur donne le temps de mieux choisir la ou ils peuvent reusir.

    • Avatar commentaire
      aziz 5 mois

      Une analyse..beaucoup plus approfondie..impose de constater…que la restructuration actuelle..est la conséquence…des années..d’erreurs accumulées,une certaine idée de l’état,de la culture de fonctionnaire,des situations de rente…et surtout de manque de réflexion,et de vision….

      D”abord..sur le plan de la formation des fonctionnaires..

      En effet..jusqu’au debut des années..80..la plus grande partie de nos cadres..n’avaient que la maitrise.de diplomes généraux..de l’uac..c’est à dire…les gens avaient une culture générale…inadaptée…au monde de l’entreprise…seul créateur de plus value..

      De l’autre..les gens étaient..placés directement..sans concours..dans les differents regies..d’état…

      Le gout de l’effort,de prise de risques…de travail bien fait…ne faisaient pas partie..de notre logiciel de pensée..

      Et d’ailleurs…chacun se disait…l’état c’est pour tout le monde…qu’est ce que j’ai à foutre si celà ne marchait pas..

      C’est la banque mondiale et le fmi…qui nous ont forcé..à changer..nos mentalités…puisque l’embauche systematique..n’était plus autorisé..

      Le phenomene des zem,la creation des structures privées…se sont donc imposés…à nous puisque l’instinct de survie..implique que chacun se prenne..en charge
      ..

      Aujourdhui..donc..nous sommes arrivés…au bout d’un cycle..et les derniers avatars de l’état providences…doivent etre balayés…puisque c’est la dialectique des choses…qui l’impose

      Une société humaine..qui ne se reforme pas …est appellé à mourir

      Tous ces gens scotchés..à leurs avantages,incapables d’innover…et qui restent allergiques..à tout changement…perdent leurs temps…

      Il faut tout reformer..s’adapter..au temps,à la marche du monde..se confronter aux réalités…telles qu’elles s’imposent..

      Ce n’est pas une histoire…de gouvernance…ni de rupture..c’est uen histoire de responsabilté..car en effet..nulle part…le populisme..n’a jamais cassé des briques…

      • Avatar commentaire
        SEGNI 5 mois

        Il y a certaines analyses de Aziz qui me fascinent et montrent qu’il a une expertise de la chose publique, alors que d’autres sont purement partiales! Tout le monde ne peut pas se cacher sous le fallacieux “agents permanents de l’Etat”, seulement la manière laisse à désirer!

  • Avatar commentaire
    souali Abdus-samad 5 mois

    Une structure étatique qui ne sert qu’à pillée nos maigres sous, c’est vraiment déplorable. Ces agents devaient être poursuivi en premier lieu

    • Avatar commentaire
      Thierry HOUNKPE 5 mois

      Je veux bien vous demander si c’est les travailleurs qui pillent les ressources des entreprises publiques les dirigeants nommés par les gouvernements. Mieux,toutes les dénonciations du personnel face à la mauvaise gestion de ces dirigeants, restent sans suite car ils ont des protecteurs en haut. Ils sont parfois repêchés par les gouvernants et ce sont malheureusement eux qui prennent ces décisions de dissolution.
      A l’avènement de la rupture, des plantes ont été faites sur le DG Bénin Télécoms infrastructures et un audit a été commandité. Nous avons eu les conclusions qui ne sont pas bien à sont encontre mais il est peinard et mieux il siège au conseil numérique qui sort de telles décisions. C’est ce qui est révoltant.

      • Avatar commentaire
        SEGNI 5 mois

        C’est le grand danger, une maison qui était plus solide à son arrivée en mars 2014, est aujourd’hui moribonde dont la dissolution comme Libercom a été récupérée par une recapitalisation à son profit en retirant le secteur filaire à BTS SA. Une gestion approximative depuis 3 ans dont le régime ne veut pas le débarquer. Il ne reste plus beaucoup pour lui. C’est dommage. C’est l’Etat même qui cautionne la mal gouvernance. Que va-t-il chercher dans l’agence numérique ce DG BTI? Que s’est-il des Télécoms?

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 5 mois

    Hop hop un tour de passe passe et la société tombe dans les mains du gang qui est aux affaires

  • Avatar commentaire
    Amaury 5 mois

    Cette société aurait dû disparaître depuis longtemps. Il était temps.

  • Avatar commentaire
    sonagnon 5 mois

    Ce gouvernement travaille pour le compte de qui???
    Des populations ou des groupes intérêts????

    Je me pose ces question pour comprendre la philosophie de cette équipe qui ne fait aucun cas de la sauvegarde des intérêts des travailleurs.
    Que ce soit à la SONAPRA, ONASA et toutes les autres structures liquidées le personnel est remercié sans aucune forme de procès.

    Alors qu’il y a toujours des mesures de restructuration possibles pour sauvegarder des emplois.

    Chez Patrice TALON, les travailleurs ne comptent pas, ce qui compte c’est la rentabilité, même dans l’injustice. Alors que l’homme est le centre de toute politique de développement.

    • Avatar commentaire
      ALLOMANN 5 mois

      @Sonagnon !!! L’oeuvre de salubrité publique ne fait que commencer… De quelle restructuration parlez-vous pour une entreprise de Télécom qui n’équilibre mm pas ses charges. Ces gens sont à l’origine des gaspillages de fonds de la Nation depuis 30 ans. Saviez-vous que d’État à du prendre en charge une dette de 200 milliards contractés avec Titan qui n’a jamais servi à rien sinon qu’à remplir les poches et les comptes des Responsables de cette boîte. Sonatel au Sénégal emprunté le même montant au même moment. Sonatel a un chiffre d’affaire dépassant aujourd’hui 1 000 milliards avec un bénéfice de 200 (deux cents)milliards en 2016……Vous n’avez pas pitié de notre peuple. Que n’aurait- on pu réaliser avec 200 milliards engloutis dans la magouille et la corruption?? …Sonagnon, je peux affirmer que vous êtes de mauvaise foi!!!Connaissez vous la situation financière de Sonapra et de l’Onasa? Des gouttes financiers.!!!!. Ça suffit ces cries d’orfraies sans analyse ni vision!!!!

      • Avatar commentaire
        sonagnon 5 mois

        Mr Allomann, nul n’ignore la mauvaise gestion caractérisée des structures étatiques au Bénin, et aucune personne raisonnable ne peut contredire une action qui vise à rendre performante ces structures.

        La liquidation pure et simple est elle la seule solution envisageable chez Patrice TALON et son équipe???

        Le secteur de la communication est l’un des secteurs d’activités les plus prometteurs de nos jours, il me paraît difficile d’admettre qu’on ne puisse pas trouver un repreneur à cette structure et faire le moins de casse social possible.
        Mais Patrice TALON et son équipe sont des gens qui n’arrivent pas à percevoir la misère du peuple qu’ils sont appelés à servir, c’est pourquoi, ils n’ont aucune sensibilité à ces pauvres travailleurs qui ne sont que des victimes.
        A la SONAPRA et l’ONASA, c’est certainement les mêmes problèmes de gestion, mais la pertinence de la liquidation de ces structures n’ont pas été démontrée. C’est pourquoi, je pense que c’est bien là que la restructuration est bien possible.

        Mais lorsque les entreprises du Chef de l’Etat sont en concurrence dans ce secteur d’activité, donc pour tuer son chien, c’est très facile de l’accuser de rage.

        Ma bonne foi est d’autant plus grande, que cet avis est partagé par bon nombres d’observateurs de la vie politique, et la prise en main totale de toutes les filières agricoles d’importance stratégique au Bénin par les entreprises de Patrice TALON et de ses apparentées est le témoignage manifeste, que nous avons plutôt à faire à une mafia, plutôt qu’un gouvernement qui travaille pour l’intérêt général.

        • Avatar commentaire
          ALLOMANN 5 mois

          @Sonagnon, mes excuses pour avoir douté de votre bonne foi. Mais j’ai limpression que vous connaissez mal certains travailleurs au Benin, surtout dans ce secteur si rentable. Ils sont enracinés dans la mentalité de fonctionnaire comme au bon vieux temps de l’OPT. Aucune remise en cause, l’arrogance à l’égard de la clientèle,revendications syndicales interminables sans production !!! Je vous révèle, si vous ne saviez pas, que Yayi Boni avait demandé à ORANGE de reprendre Benin Télécom au franc symbolique après que l’Etat ait repris l’endettement colossal de 200 milliards. Après évaluation, ORANGE à décliné l’offre du fait de l’état d’esprit du personnel rétif à tout changement et aux méthodes efficaces de gestion dans le secteur. Par conséquent, la seule solution est de balayer tout ce monde de manière à permettre l’attribution d’une licence à un opérateur majeur.
          En deuxième lieu, avant la liquidation de la Sonapra et Onasa l’Etat à créé d’autres structures qui emploient bien d’autres béninois. Il n’est donc pas juste de penser que Talon ne produit que des chômeurs. Certains le méritent car ils ont fait trop de mal à ce pauvre pays aux ressources limitées. Il faut bien que quelqu’un fasse le ménage un jour pour offrir de meilleures opportunités pour les cadres patriotes méritants.

          • Avatar commentaire
            Totchénagnon 5 mois

            Je valide ce que tu dis. Savez-vous que le secteur des télécoms est plus rentable que celui des banques ? Comment comprenez-vous que seul Libercom sur la place n’avait pu rien faire et qu’à l’arrivée de MTN, MOOV et Glo, chacun d’eux fait 100 fois ce que Libercom à elle seule réalise péniblement. Le vers est dans le fruit. Ce pays est jonché de criminels qui ne veulent que tout pour eux et eux-seuls. Vivement des réformes pour booster le secteur.

        • Avatar commentaire
          SEGNI 5 mois

          Plusieurs appels d’offres ont été lancés, même des ouvertures de capital qui sont restés infructueux!

      • Avatar commentaire
        SEGNI 5 mois

        Sonagnon est devenu un mal être, ne vous prenez plus la peine de lui répondre!

  • Avatar commentaire
    Tchité 5 mois

    Ils gerent mal la boite et refuse qu’elle soit disolue. Quand on veut garder quelque chose, il faut bien la gere, car son succes depend de votre survie.

    • Avatar commentaire
      Cica 5 mois

      Il y a certaines personnes qui raisonnent de manière assez passionnelles chers citoyens… vous n’y comprenez absolument rien au fonctionnement de Libercom; Peut être avez-vous des giefs contre certaines personnes; et si c’est la cas, c’est votre problème.
      Cette même entreprise que vous avez du plaisir à vomir, quand elle faisait des milliards de CA, personne n’en parlait et l’Etat en profitait allègrément.
      Pensez-vous que les travailleurs sont si nuls que cela? non! Car si c’était le cas, les concurrents n’allaient pas en recruter parmis les agents de Libercom. Voyez plutôt du côté de la procédure étatique , du clientélisme politique qui permet que l’on nomme parfois des personnes dont les visions ne cadrent aucunement avec les réalités de la société et dont l’objectif, est de lécher les bottes à ceux qui les ont nommés.
      Monsieur, toute personne est capable de donner le meilleur d’elle quand elle se trouve dans de bonnes conditions; la technologie ne fait pas de miracles, elle évolue avec le temps.
      Qui veut tuer son chien l’accuse de rage! Combien parmi ceux qui ont du plaisir à tirer à boulet rouge sur Libercom ont un numéro de ce réseau national et qui de par leur volonté arrivent à s’acheter 2000 de crédits chaque mois?????????
      Avant de condamner, cherchez à en savoir plus sur les réalités du terrain. Le tout ne suffit pas de s’accrocher aux dires des autres.