Bénin: « Si on sait parler, on doit savoir aussi se taire », selon Azannaï

Bénin: « Si on sait parler, on doit savoir aussi se taire », selon Azannaï

Lors du troisième congrès du parti Restaurer l’Espoir, son président et ex-ministre de la défense a fait des révélations sur les motifs de son départ inopiné du gouvernement de Patrice Talon en avril 2017.

Après sa démission, Candide Azannaï rompt le silence

Avec un palais des congrès comble de personnalités politiques, les déclarations de Candide Azannaï étaient très souhaitées hier samedi.

Pourtant, soutien de première heure, il a démissionné du gouvernement actuel du Bénin. Mais depuis, l’ex ministre de la défense a joué la carte du silence. « Vous savez, je sais parler. Mais vous savez aussi que si on sait parler, on doit savoir aussi se taire. », a-t-il justifié.

Leurs intérêts particuliers…

Toujours implicite dans ses propos, Candide Azannaï  évoque la question de “l’intérêt personnel” au sommet de l’Etat. Il affirme.

« Il est du principe de l’intérêt général que l’Etat ne peut pas être réduit à une association d’individus ayant en vue leurs intérêts particuliers. C’est très important ! ».

L’ex-ministre de la défense reste très attaché aux valeurs d’intégrité et de morale qui, selon lui, devraient guider tout gouvernant.

Des dissensions selon un proche d’Azannaï

Le 04 avril dernier, quand il s’est agit de l’examen du projet de révision de la constitution, le suppléant de Azannaï, le jeune député Guy Mitokpè, a voté “non”. Cette opposition à la réforme constitutionnelle était intervenue quelques jours après la démission de son mentor du gouvernement.

« Il y a des dissensions entre le gouvernement et nous-mêmes. » a confirmé le suppléant d’Azannaï, Guy Mitokpè.

Même si, Candide Azannaï continue de faire la fine bouche, les raisons de son départ du gouvernement se sont précisées, un peu plus, lors de ce 3ème congrès de son parti politique.

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire
    sonagnon 3 semaines

    La gestion des affaires publiques exige une obligation de compte rendu et de transparence totale.
    Quiconque pour quelque raison que ce soit, se refuse à mettre sur la place publique, des affaires qui vont à l’encontre des intérêts du peuple, est aussi coupable en tant que complice.

  • Avatar commentaire
    Jean 3 semaines

    Ce Guy Mitokpè est à la messie de Azannai, peut-être même que c´est à Azannai qu´il verse la totalité de son salaire et primes de député.
    Il est en prison libre, son challenge est de s´affranchir de Azannai, le pauvre Mitokpè, il souffre en silence. kkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkk

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 semaines

    Parlez oh ! se taire oh ! azanaï et les ruptucons .DEGAGEZ

  • Avatar commentaire
    Jean 3 semaines

    Azannai n`a aucune popularité, il ne profite que des situations pour se faire élire depuis qu´il a abandonné les Soglo.
    Cette fois-ci sa stratégie ne prendra pas.

  • Avatar commentaire
    Jean 3 semaines

    Azannai doit se taie á jamais, il n´a plus rien à nous vendre, on le connait assez.

  • Avatar commentaire
    Je crois 3 semaines

    Il sait parler pour manipuler ses partisans plutôt.C’est mieux qu’il la ferme.