Bénin: Les Syndicats de Bénin Télécom s’approprient le code du travail

Bénin: Les Syndicats de Bénin Télécom s’approprient le code du travail

Ont pris part au séminaire organisé par les syndicats de Bénin télécom (Sa) les différentes organisations syndicales de l’entreprise. Trois communications ont meublé les échanges.

Bénin Télécoms SA: Djalil Assouma explique le bien fondé des réformes

S’approprier le contenu de la loi n° 2O17-05 fixant les conditions et la procédure d’embauche, de placement de la main d’œuvre et de résiliation de contrat de travail en république du Bénin, et comparer ces dispositions à celles de la loi n°98-04 portant code du travail en république du Bénin, pour voir s’il y a eu amélioration ou régression des acquis des travailleurs. Tel est l’objectif principal du séminaire qu’ont organisé les syndicats de Bénin Télécom (Sa) le vendredi 2 juin dernier au siège de la société à Cotonou.

L’étude des documents

La première communication portant sur l’étude comparative entre la nouvelle loi n° 2017-5 de travail en cours d’étude à l’assemblée nationale, et celle n°98-04 en vigueur en république du Bénin, a été assurée par Constantin Changobiyi,  inspecteur du travail et Sg du syndicat des administrateurs de travail au ministère de la fonction publique.

Invitant les participants à suivre attentivement avec lui l’étude comparative des dispositions des deux textes portant code de travail au Bénin, et s’appuyant les articles 8 et 30 de la constitution du 11décembre 1990, le Sg Constantin Changobiyi a, article par article, disposition par disposition, relevé  les insuffisances  de la nouvelle loi n°2017-05 par rapport au code du travail en vigueur.

Par exemple au niveau de l’article 1er du titre  1er portant champ d’application de la nouvelle loi n°2017-o5, la disposition « fixant les relations entre employeurs et travailleurs exerçant leurs activités en république du Bénin, ne figure pas dans le titre de la loi n°2017-05 » a déploré l’inspecteur.

Plus loin, au niveau du titre III  portant conclusion du contrat de travail et cessation de la relation de travail, précisément  l’article 10 a été jugé dangereux au regard de son répondant dans le code du travail en vigueur.

« Cet article 10 fait abstraction des droits de préavis d’indemnités de réparation, vis-à-vis de l’employé en cas de cessation de l’essai, clairement fixé dans le code de travail», a fait observer le communicateur.

Sans faire étalage exhaustif ici de toutes les limites de la nouvelle loi élaborée, il faut rappeler qu’aux dires de l’inspecteur tout le texte est jalonné d’insuffisances.

Les syndicats de Bénin Télécom entretenu sur la loi n°2O17-03

La deuxième communication a été faite sur la loi n°2O17-03 portant régime général d’emploi des collaborateurs externes de l’Etat. Elle a été assurée Laurent Mètognon Sg du Syntra-finances, qui relève que les dispositions de ladite loi traitent mieux les collaborateurs externes de l’Etat que les travailleurs nationaux. A l’en croire, c’est une injustice faite aux travailleurs nationaux que de faire gagner 5 fois leur salaire à ces collaborateurs externes.

La dernière communication du séminaire a eu pour objet l’élaboration du plan social en cas de licenciement économique. A en croire le communicateur Patrice Adjihanou conseiller en ressources humaines à Bénin télécom (Sa), « le plan social » a pour vocation essentielle d’empêcher les licenciements en cas de crise des entreprises.

Mais à défaut, il « définit et met en œuvre un ensemble de moyens et de mesures pour reclasser les agents en cas de suppression des postes, ou d’accompagner ceux qui seront licenciés », a clarifié le conseiller

Commentaires

Commentaires du site 0