Convention Medicrime au Bénin : L’He Prudencio plaide pour sa vulgarisation

Convention Medicrime au Bénin : L’He Prudencio plaide pour sa vulgarisation

La présidente de la commission de l'éducation, de la culture, de l'emploi et des affaires sociales, l’honorable Claudine Afiavi Prudencio, a fait le lundi 19 juin 2017 au Parlement, un plaidoyer après l’autorisation des députés pour la ratification de la convention MEDICRIME.

Séminaire parlementaire sur le tabac et les hépatites B et C au Bénin : Des chiffres alarmants

Selon le rapport présenté, cette convention permettra au Bénin de renforcer la santé publique et d’endiguer les conséquences des faux médicaments et de la vente illicite des produits pharmaceutiques. L’honorable Claudine Prudencio a mis l’accent sur la vulgarisation tous azimuts de ladite Convention, compte tenu de l’importance de la lutte contre les faux médicaments.

Selon ses explications devant le ministre de la santé, les dispositions au Bénin relatives à la lutte contre les faux médicaments et la vente illicite des produits pharmaceutiques sont quelque peu révolues et les sanctions prévues dans ce cadre paraissent dérisoires au regard de l’ampleur du phénomène et de la gravité des actes commis.

C’est ce qui justifie, a-t-elle complété, l’inefficacité de ces dispositions et le fait qu’on assiste encore à la circulation d’importantes quantités de faux médicaments qui sont à l’origine de plusieurs cas de décès et de nombreuses maladies dont l’insuffisance rénale.

Pour elle, des dispositions doivent être prises pour informer et sensibiliser davantage les populations. Aussi, a-telle laissé entendre que  cette ratification permettra au Bénin de renforcer la santé publique et d’endiguer les conséquences du trafic de faux médicaments et de la vente illicite des produits pharmaceutique, sur notre société et son économie.

 

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    CODJO ATAKOUN 5 mois

    Le Nigeria ! Ce pays transfére chez nous tous les vices qui le détruisent. Il y a un quart de siècle, on ne connaissait pas ce pléthore de médicaments “made in Nigeria”. Naturellement avec l’absence de contrôle de nos frontières et l’immigration massive en terre béninoise, on devrait s’attendre à ce phénomène de faux médicaments. Et pourtant cela ne date pas d’aujourd’hui car Nicephore Soglo, Matthieu Kerekou et Yayi Boni n’avaient rien pu faire contre…. le problème n’avait même jamais évoqué, il a fallu l’arrivée de Patrice Talon au pouvoir pour donner un coup de pied dans la fourmilière…. et encore nous ne sommes pas au bout de nos peines. D’ici à ce que ce problème soit réglé beaucoup de nos compatriotes mourront. Vous me direz que cela fera quelques chômeurs de moins que vous n’aurez pas tort même si ce n’est pas là le but visé !

  • Avatar commentaire
    CODJO ATAKOUN 5 mois

    Qu’est ce qu’elle est chargée ! Pourquoi ne pas prendre exemple sur la première dame avec sa simplicité !