Zanfanhouédé, une nouvelle étoile du métier d’art au Bénin

CEP 2017 – Bénin : 27.137 candidats planchent dans le Mono et le Couffo

Jeune et plein d’ambitions pour l’art, Zanfanhouédé est un artiste plasticien de nationalité béninoise qui est tombé amoureux des arts plastiques tout petit. Malgré le désaccord de ses parents, il réussit à se faire former dans le domaine et en a fait aujourd’hui une carrière professionnelle.

De son vrai nom Franck Zannou, l’artiste plasticien Zanfanhouédé a découvert sa passion pour les arts plastiques dès son enfance. Déjà au primaire, il illustrait des cahiers de choix et dessinait pour exprimer ses sentiments. Aussi a-t-il appris à peindre et tatouer. Plus il grandissait et plus sa passion pour les arts se développait, arrivant à prendre le pas sur ses études. Après un premier essai manqué au Brevet d’étude de premier cycle, le jeune Franck décide de se consacrer à cette passion. Dans sa quête de devenir plasticien, il a donc commencé à soumettre son travail à plusieurs aînés dont Florent Eustache Hessou, qui a toute de suite reconnu son talent et l’a encouragé à faire carrière dans le domaine. Et quoique son père et son entourage n’épousaient pas cette idée de s’aventurer vers les métiers d’art, la persévérance de l’artiste et sa passion lui ont permit de les rallier à sa cause.

Le déclic

« La première fois que j’ai suivi monsieur Zinkpè sur BB24, j’ai eu les larmes aux yeux et je me suis dit que si ceux-là y sont parvenus je le pouvais également », confie le jeune plasticien. L’artiste a de ce fait pris pour modèle et formateur le plasticien Dominique Zinkpè pour se perfectionner et se faire un nom dans le milieu. C’est alors qu’il a commencé une formation avec l’illustre ainé en 2004. Au bout de trois mois, Franck Zannou a réalisé sa toute première sculpture qu’il a nommée ‘’Trophée’’. Il a également appris au cours de sa formation à perfectionner ses connaissances en peinture. Après l’obtention de son attestation, l’homme a commencé à s’affirmer en tant qu’artiste en réalisant des œuvres d’arts beaucoup plus professionnelles, et qui laissaient voire son génie. C’est alors qu’il fut accepté et soutenu par son père et ses proches dans son aventure artistique. L’homme a aujourd’hui à son actif plus de 10 expositions ainsi que des ateliers et Workshops, faits dans plusieurs grandes villes du pays. Sa dernière exposition a eu lieu au centre d’art et culture de Lobozounkpa.

Zanfanhouédé à travers ses œuvres aborde plusieurs thématiques dont l’amour, la vie, l’émancipation de la femme, la déception et bien d’autres… Sa particularité est la sculpture à travers laquelle il rend hommage à la femme africaine. « Je rends à travers mes œuvres un grand hommage à la femme africaine et plus particulièrement à ma mère que j’ai perdue trop tôt », raconte-t-il. C’est d’ailleurs de cet hommage que résulte son nom d’artiste Zanfanhouédé, qui n’est rien d’autre qu’une combinaison de son nom de famille et celui de sa mère. Franck Zannou a pour habitude de réaliser des sculptures de forme humaine mais sans tête, avec des clous plantés dans l’œuvre en guise de décoration. « Les clous représentent tout ce qu’on a vécu de bon ou de mauvais. Pour moi il est important de prendre les énergies positives ou négatives sur soi et d’en faire sa propre armure afin de faire face aux épreuves de la vie», explique-t-il.

Cette manière de faire permet à Franck de se démarquer des autres artistes, lui qui entend désormais concilier sculpture et peinture

Commentaires

Commentaires du site 0