Débats d’orientation budgétaire au Parlement: Les prévisions budgétaires revues à la baisse

Débats d’orientation budgétaire au Parlement: Les prévisions budgétaires revues à la baisse

La quatrième édition des débats d’orientation budgétaire à l’Assemblée nationale, institués par la nouvelle loi organique portant loi de finances, a été effective le vendredi dernier au palais des gouverneurs.

Projet Bénin Taxi : 50 voitures déjà disponibles

Des députés ont fait des observations et soulevé des inquiétudes en présence du gouvernement représenté par le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané.

Les débats d’orientation budgétaire pour le compte de l’année 2018 ont été effectifs conformément aux textes en vigueur. Ceci, suite à la transmission à l’Assemblée nationale par le gouvernement de tous les documents principaux exigés par la loi à savoir le document budgétaire pluriannuel et économique de programmation, ainsi que les documents pluriannuels des dépenses.

C’est la commission des finances et des échanges qui a présenté le rapport en plénière. En prélude aux débats, le président de cette commission des finances, l’honorable Raphael Akotègnon a fait des mises au point. Selon ses propos, le Bénin a opté, en ce qui se concerne la pluriannualité instituée par la loi organique, pour l’horizon triennal alors que la loi donnait la latitude d’aller jusqu’à cinq ans.

S’agissant de prévisions, il dira qu’il est plus prudent de rester dans un horizon court terme au lieu de se lancer dans des prévisions à moyen terme qui ne garantissent pas du tout la pertinence des données. Le rapport présenté a fait cas des perspectives économiques et financières pour le compte de 2018 et celles prenant en compte la période 2018-2020, sans oublier les observations, préoccupations et recommandations des honorables députés. Pour ce qui est des perspectives économiques et financières de 2018, les objectifs spécifiques du programme reposent sur trois (03) piliers que sont : créer les conditions pour la consolidation de la démocratie et l’enracinement de la bonne gouvernance, développer la base pour la transformation structurelle de l’économie et améliorer les conditions de vie des populations.

Ces piliers sont définis en cinq (05) axes stratégiques qui sont opérationnalisés à leur tour en soixante dix sept (77) réformes et environ trois cents (300) projets dont quarante cinq (45) projets phares. Le rapport précise que sur la base de l’évolution probable de la conjoncture au plan international et sous-régional, et en tenant compte de l’évolution prévisible de l’économie sur la période 2018-2020, plusieurs sentiers de croissance sont envisageables.

Mais le scénario de référence affiche la prudence dans les prévisions de croissance. Quant aux perspectives économiques et financières 2018-2020, au niveau des finances publiques, les recettes budgétaires devraient croître de 11,4% en moyenne annuelle sur la période 2018-2020. Du côté des dépenses, leur exécution sera orientée vers une réduction progressive du déficit budgétaire et l’amélioration des critères de convergence de l’Uemoa.

Au titre du PIP 2018, le gouvernement retient une enveloppe qui s’élève à 425,300 milliards FCFA. L’accent a été également mis sur l’amélioration de la sécurité sociale à travers la CNSS et le FNRB. Quant au plan des finances locales, l’Etat entend accroître le volume des transferts au profit des communes, améliorer la qualité des dépenses des communes par le renforcement de l’assistance-conseil des services déconcentrés de l’Etat aux communes et des contrôles et audits par les corps de contrôle.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire

    ces messieurs sont nuls. J’ai dit sur certains foras que c’était des incantations tout ce qu’ils sont venus exposer par rapport au PAG. Certains ne m’avaient pas compris. Ils ne sont pas des sachants. C’est une bande qui ne pense qu’à eux mêmes. Banquiers, économistes expert-comptable, confondent gestion de société à celle d’une nation. Leur businessman déguisé qu’ils ont toujours pratiqué pour être milliardaire aujourd’hui est différent. J’ai honte, ils n’ont jamais compéti. Le monopole a été toujours leur mode de fonctionnement par des tours de passe passe. Aujourd’hui, ils sont obligés de revoir le budget à la baisse. La banque mondiale le leur avait demandé. Ceux qui m’avaient attaqué je leur avais donné le 30/06/2017 pour le point d’exécution de la mobilisation des ressources. Oû en sommes nous? Ils ont été cyniques envers les contribuables.En effet, pour montrer qu’il y a eu mobilisation des ressources et qu’ils ont atteint un niveau de mobilisation des ressources, l’administration fiscale a sorti une note de service interdisant le paiement des impôts par crédit. En effet, lorsque l’état vous doit la loi prescrit que vous pouvez payer vos impôts en compensation de votre crédit. Voilà les chantres du nouveau départ qui inventent tout pour justifier les 2010 milliards. Or il fallait faire un état des lieux par rapport au budget que yayi a porté à 1000 milliards. Ils sont des comédiens. Ils sont devant le fait accompli. Malgré on continue d’inventer le PAG. Vous voyez que ces messieurs n’ont pas la crainte de dieu. cela ne m’étonne guerre vu le passé de ceux-là dans une affaire qui avait défrayé la chronique. Prions tout simplement car, c’est un monsieur qui tient en respect tout le monde. bruno ammoussou, et consorts ne peuvent rien. Peuple béninois prend ton destin en main. Nous avons été attaqués et nous devons nous défendre par tous les moyens légaux pour bouter ces messieurs dehors. Préparons nous pour les échéances à venir. Ces vieux briscards doivent être écartés de la chose publique.