Bénin Télécoms SA: Djalil Assouma explique le bien fondé des réformes

Bénin Télécoms SA: Djalil Assouma explique le bien fondé des réformes

Au Bénin, de nombreuses inquiétudes tournent autour de la liquidation des sociétés d’Etat. Concernant le cas de Bénin Télécoms sa, Djalil Assouma est monté au créneau pour expliquer les atouts liés aux réformes engagées par le gouvernement dans le secteur.

Bénin: Les Syndicats de Bénin Télécom s’approprient le code du travail

Le réseau public de téléphonie mobile Libercom et sa structure faîtière Bénin Télécoms SA ont été frappés par la vague de réformes du gouvernement  actuel. Selon le DG de Bénin Télécom SA, Djalil Assouma, il s’agit de réformes pour remettre sur pieds la structure.

 « La décision prise vise à transformer le Bénin en une plateforme numérique à l’horizon 2021. » a-t-il affirmé.

Une décision issue de nombreuses difficultés

En effet, depuis plusieurs années, le réseau Libercom a connu de nombreuses difficultés et continue d’en connaître surtout au niveau opérationnel. A cela, il faut ajouter la désuétude des infrastructures. A en croire Djalil Assouma, Libercom souffre d’un manque d’investissements. Ce qui empêche le réseau de fonctionner normalement et de se conformer aux exigences du numérique.

Ainsi, « cette décision fait suite à un ensemble de réflexions qui ont eu lieu et qui ont abouti au meilleur schéma pour la restructuration des opérateurs publics que sont, Bénin Télécom Infrastructures, Bénin Télécom Services et Libercom. », a conclu le directeur général de Bénin Télécom SA, Djalil Assouma.

Commentaires

Commentaires du site 11
  • Avatar commentaire
    Oswald 3 semaines

    Vraiment béninois est compliqué! MaiS Qui est Bon pour vous au final? 🤔

  • Avatar commentaire
    Amaury 3 mois

    Ce garçon, DG de BT est la preuve vivante du deux poids deux mesures de la rupture et de l’incohérence de celle-ci. Voici un garçon sans aucune expérience pertinente parachuté à la tête de BT et qui ne sait quoi faire pour sortir la société de ses difficultés, aucune stratégie viable.
    À l’avènement de la rupture, tout le monde s’attendait à ce qu’il soit relevé de ses fonctions pour incompétences mais patatras, il y est maintenu parce que, protégé par le VP de la république. Allez y comprendre quelque chose !
    Après on nous parlera de désert de compétences.

  • Avatar commentaire
    Gbetomagnon 3 mois

    Il y a un autre aspect auquel est lié la situation de BT sa et Libercom.

    Cette société a toujours eu les mains liées du fait de son statut d’entreprise d’Etat. Incroyable ! Les décisions, même opérationnelles, étaient (sont) soumises, à l’approbation de l’Etat. Sans approbation gouvernementale, rien ne pouvait se faire.

    Vu les “cadeaux” dont beaucoup ont bénéficié, les entreprise privées Moov, MTN, … étaient mises au courant des velléités de leur concurrent national…

    Une question. Les secousses de l’opérateur national sont elles liées aux coups de semonces adressés au opérateurs qui ne remplissent pas leurs obligations vis à vis des consommateurs ?

  • Avatar commentaire
    Morel Guidi 3 mois

    Entièrement d’accord avec @ALLOMAN et @Aziz
    Certaines réformes de PATA sont très difficile mais le fait est que le pays en a réellement besoin, car les entreprises publiques au Bénin sont des plateformes de détournement et d’enrichissement De quelques groupuscules de personnes. Des entreprises comme la Sonapra (que je connais personnellement) et BTSA devraient tout simplement être restructurée. Il faut un fou pour redresser entièrement le Benin , car il y a énormément de désordre et il faut être très courageux pour engager les réformes. Il faut aussi que cet homme soit psychologiquement fort car à coup sûr il sera très impopulaire à cause de la souffrance générée par lesdites réformes.
    Courage à mon cher PATA

  • Avatar commentaire
    Helian 3 mois

    Aloman, tu as tout dit. J’ai des actions de la sonatel et je peux te dire que je ne mettrai pas un copeck dans Btsa. Que le dg la ferme. Faire du Benin un Hub numérique. ..je rigole, il rigole, nous rigolons.

    • Avatar commentaire
      Freegomas 3 mois

      Djalil est le fossoyeur de Benin telecom. Zero experience qd ce neveu de Yayi est devenu dg de Benin Televom. Il s’en ait bien mis ds la poche

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN 3 mois

    La honte ne tue pas dans notre pays!!!! Des cadres incapables, qui font faire du surplace à notre pays depuis des lustres….Dire que c’est maintenant que Bénin Telecom se met au renforcement de la fibre optique alors qu’en 1993, au même moment que la Sonatel au Sénégal, l’OPT avait emprunté plus de 100 milliards auprès de TITAN pour la couverture du Bénin en liaison fibre optique. Tout ce financement a été détourné …en partie à des fins politiques (financement des campagnes électorales..) Pis,…les cadres de l’OPT n’ont pas été capables de protéger leur entreprise contre la dévaluation au point que cette dette a été multipliée par 2, se chiffrant à plus de 200 milliards aujourd’hui. Toute cette dette a été endossée pour être remboursée par l’Etat….Même pas 10Km de lignes en fibres optiques n’ont été réalisées. Au Sénégal, Sonatel qui s’est endettée pour une centaine de milliards auprès d’Alcatel a achevé son programme, reliantgrâce à la fibre optique, Dakar à Tambacounda, Ziguinchor …dans les profondeurs du Sénégal… Si bien que l’ADSL s’est développé très rapidement, ce qui fait la bonne santé de cette entreprise aujourd’hui…. Mieux juste avant la dévaluation, les cadres de la Sonatel ont fait du swap de dettes, empruntant en CFA pour rembourser l’encours de la dette en FF. Si bien qu’à la dévaluation, la Sonatel était endettée en CFA et non en devise…Et on connait les performances de Sonatel aujourd’hui (200 milliards de bénéfice en 2016)
    Cette analyse comparée pour souligner les tares, la veuleurie de nos cadres qui ne font preuve d’aucun patriotisme, plongeant continuellement l’éconmoie de notre pays dans des profondeurs abyssales de régression…et.conduisant à l’extrême précarité de notre peuple aujourd’hui…(Combien de kilomètres de routes aurait-on pu construire avec les 200 milliards dilapidés dans un si pauvre pays..!!!!!!)
    Malheureusement, on continue la gabégie avec les mêmes schémas désuets…Une entreprise moribonde dont le chiffre d’affaires n’atteint même pas un milliard a été divisée en trois entité avec trois Directions générales ????? Heureusement que Talon a pris la mesure de liquidation de deux d’entre elles….Sonatel, qui a dégagé un chiffre d’affaires de 1 000 milliards en 2016, est managé par un seul Directeur Général……Que Djalil Assouma cesse de nous distraire avec ses élucubrations… Echec et mat….sur toute la ligne.

    • Avatar commentaire
      aziz 3 mois

      Quand talon a parlé de desert de compétence…on a reclamer qu’il soit accroché..à poils à un crochet de boucher..

      C’est ça..la mentalité de notre pays..

      Mais..moi j’ai bien réfléchi..à tout ça

      Les gens sont compétents… dès lors qu’ils sont soit à la tete de leurs propres affaires ou dans une structure privée..ou à la moindre faute ils sont virés..

      Comme je le dis..il faut en finir..avec les structures étatiques..qui ne sont meme pas dans le role de l’état..

    • Avatar commentaire
      Maou 3 mois

      Ye wee gni gan! Le reste n’a aucune importance en dehors de “Gbet n’a dou nou”. Ce sont la les deux mots qui constituent les maux de notre pays.

      • Avatar commentaire
        aziz 3 mois

        Gbet n’a dou nou…c’est quoi encore..çà..

        Tu nous insultes..hein…?

        C’est quelle langue ça…?

  • Avatar commentaire
    Fiacronero 3 mois

    Et puis quoi encore ? Quand on est DG d’une structure pareille et qu’ on n’a pu rien faire pendant tout ce temps, on se la boucle. Qu’est-ce qu’il vient expliquer que nous ne savons pas tous ?