Bénin : Un vent de privatisation et de contestation souffle sur Libercom SA

Bénin : Un vent de privatisation et de contestation souffle sur Libercom SA

Le rang des travailleurs des sociétés d’Etat contestataires des réformes à l’ère du régime de la rupture s’allonge. Après les travailleurs de l’Asecna, du Cnhu, du Port Autonome de Cotonou (Pac) et de la Sonapra, les travailleurs de Libercom SA entrent dans la danse.

Démission d’Azannai : Deux jours après, toujours pas une version officielle

Ils sont mécontents de la décision du Conseil des ministres de ce mercredi 21 juin de dissoudre, et ce de façon anticipée, la filiale mobile de Bénin Télécoms qu’est Libercom SA.

Dans un communiqué de presse publié hier mercredi 21 juin 2017, ils dénoncent un «bradage du patrimoine de l’Etat au profit des sociétés privées », et annoncent un rassemblement général pour aujourd’hui à 8 heures, à la Bourse du travail. Le gouvernement de son côté, parle plutôt d’une mesure pour booster le secteur du numérique au Bénin.

Selon le communiqué du conseil des ministres de ce mercredi, le Gouvernement a, dans son programme d’action 2016-2021 pour le secteur du numérique, prévu de « transformer le Bénin en une plateforme de services numériques d’Afrique de l’Ouest, pour l’accélération de la croissance et l’inclusion sociale d’ici 2021 ».

Restructuration de Libercom SA

Afin d’atteindre son objectif continue le communiqué, il est prévu que l’Etat apporte son soutien à « l’émergence d’une concurrence efficace dans le secteur », et au « déploiement d’une infrastructure de transmission à haut et très haut débit. Celle-ci sera détenue par une société de patrimoine publique dont l’exploitation et la maintenance seront confiées à une société de gestion privée, avec pour objectif une utilisation massive des infrastructures pour tous les opérateurs exerçant au Bénin ».

C’est donc à ce titre que le conseil des ministres a adopté le plan de restructuration de Libercom SA, de Bénin Télécoms Services SA, et de Bénin Télécoms Infrastructures SA, dont la mise en œuvre nécessite, assure-t-il, la dissolution anticipée de Libercom SA, de Bénin Télécoms Infrastructures SA, ainsi que l’option d’une gestion de type privé à Bénin Télécoms services.

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire
    Tchité 2 mois

    Les sociétés d’Etat sont devenus le bordel. Les gens qui y travaillent ne se soucient pas de l’avancement de ces structures, mais ils se préoccupent seulement de leurs intérêts personnels et oublier que leur survie dépend du succès de l’entreprise. Si la privatisation est la meilleures solution, elle est donc la bienvenue. Sinon dissolution pure et simple. Car les médiocres ne devront pas commercer a’ crier si leurs actions irresponsable produisent des conséquences du type a’ mettre les sociétés a’ genou.

  • Avatar commentaire
    Totchénagnon 2 mois

    Parmi le lot des sociétés d’Etat à liquider, même si on pouvait trouver à dire sur les autres, la liquidation de Libercom est une évidence.

    Pouvez-vous m’indiquer où trouver à acheter une carte de crédit Libercom ? Pouvez-vous nous dire combien d’utilisateurs actifs y a-t-il encore sur ce réseau ? Pouvez-vous dire si vous vous acquittez régulièrement de vos dettes vis-à-vis de vos partenaires ? Combien de vos sites sont encore fonctionnels ?

    • Avatar commentaire
      ALLOMANN 2 mois

      Carte de crédit Libercom? Est ce que ça existe encore? Libérez le plancher fainéants,…. pédateurs,….. incompétents…Sonatel au Sénégal était au même point que Bénin Telecom en 1993. Aujourd’hui Sonatel, sous le management d’un seul Directeur Général,…. dégage un bénéfice de 200 milliards sur un chiffre d’affaire de plus de 1 000 milliards…
      Bénin Telecom, qui a laissé 200 milliards de dettes prises en charge par l’Etat, est éclaté en 3 ou 4 structures avec au moins 3 Directeurs Généraux ..et le chiffre d’affaire global de ces machins n’excède pas 1 milliards avec des défécits d’exploitation structurels…Ca suffit….Basta..

  • Avatar commentaire
    Big 2 mois

    L’article n’est qu’une reprise des décisions du CM.
    Je m’attendais à plus de détails et d’explication des enjeux

  • Avatar commentaire
    Che Guevara 2 mois

    Bonne decision du gouvernement