Hélicoptère Ty-Abc de la Sobeh : Les dessous d’un scandale à multiples facettes (partie 1)

Hélicoptère Ty-Abc de la Sobeh : Les dessous d’un scandale à multiples facettes (partie 1)

Acquis dans les conditions assez obscures grâce au bonus des contrats de pétrole, l’hélicoptère Ty-Abc de la Sobeh qui devrait servir aux transports des agents des firmes sur les plates formes pétrolières, a été subrepticement détourné.

Achat de l’hélicoptère Ty-Abc au Bénin: Un véritable scandale financier

Pendant plus d’un an, il n’a servi qu’aux déplacements du président Boni Yayi jusqu’au crash du 26 décembre 2015. Depuis ce temps, l’enquête piétine et semble être entouré de mystères, comme son achat et sa gestion. Enquête.

Scandale  à forte odeur de pétrole

Le Bénin ne figure pas sur les tablettes des pays exportateurs du pétrole. Si le pays dispose d’un « demi-verre  de pétrole » qui ne fait pas pâlir d’envie de grandes firmes pétrolières, il a réussi à en gagner quelques miettes. C’est justement avec celles-ci qu’il a été acquis en Février 2014, un hélicoptère pour les opérations pétrolières.

Mais jusqu’au crash du 26 décembre 2015 qui a mis fin à ses vols au Stade Atchoukouma de Djougou, cet engin n’a servi qu’aux pérégrinations de l’ancien Chef de l’Etat Boni Yayi.  Retour sur l’histoire de cet hélicoptère blanc dont la courte vie a été une série de scandales.

« Je suis convaincu que notre pays a du pétrole. Le Bénin n’est pas un pays maudit. Si le Nigéria, le Ghana, la Côte d’Ivoire ont tous trouvé du pétrole, nous-mêmes on doit trouver ».*

Cette déclaration faite par le président Boni Yayi a été l’élément déclencheur des nouvelles explorations pétrolières qui ont commencé sur nos côtes à partir de 2013 avec le changement du portefeuille du Ministère des mines, de l’énergie et de l’hydraulique en Ministère des mines, de l’énergie et des recherches pétrolières. Faut-il le rappeler, c’est la deuxième génération d’exploration sur nos côtes après celles des années 60.

« C’est en 1964 qu’il y a eu la première signature de contrat de recherche sur le bassin côtier béninois entre DAHOTEX et le gouvernement dahoméen de l’époque », rappelle Mme Suzanne Amelina, conseillère technique aux recherches pétrolières du Ministre des mines, de l’énergie et de l’hydraulique.

Le portefeuille a été confié à Barthélémy Kassa qui avait occupé le même portefeuille entre 2008 et 2011. Pour plus d’efficacité dans les recherches, il a été créé au sein de ce ministère la Société Béninoise des Hydrocarbures(SOBEH). Le décret portant approbation des statuts de cette société a été pris en Conseil des ministres le 24 décembre 2013. Cette société nouvellement créée avait pour attribution de gérer le volet de l’exploration pétrolière.

Entre 2013 et 2015, elle a signé plusieurs contrats avec des firmes pétrolières pour faire de l’exploration. Pour le déplacement des agents de ces firmes sur les plateformes pétrolières en haute mer, la SOBEH  était obligée de solliciter les services de Bristow Nigéria qui lui louait des hélicoptères. Mais au fil des mois, la facture qui avoisine les 500.000 dollars US par mois alourdissait les charges de la Société.

Pour arrêter la saignée, elle a décidé d’acquérir sur fonds propres un hélicoptère qu’il pourra utiliser pour les déplacements des agents sur les plateformes mais aussi qu’il pourra louer pour gagner un peu d’argent.  A cet effet, une communication a été introduite en Conseil des ministres et la procédure de l’achat a été lancée. Le Conseils des ministres du 17 juillet 2014 a d’ailleurs statué sur la question avec deux communications.

La première est la communication No852/14 sur la « Création au sein de la SOBEH d’un département logistique et transport aérien dans le cadre des opérations pétrolières. Une deuxième communication No 889/14 sur « le recrutement d’un pilote et d’un mécanicien pour opérer l’hélicoptère acquis dans le cadre des opérations pétrolières ». . « Le Conseil des ministres a par ailleurs autorisé : la négociation de contrat avec la compagnie pétrolière Oilserv Limited , l’acquisition d’un second hélicoptère… » ; précise le communiqué du Conseil des ministres du même jour. Le 28 août 2014, le Ministre de l’énergie, des recherches pétrolières  et minières, de l’eau et du développement des énergies renouvelables Barthélemy Kassa a créé par arrêté No 2014-094/MERPMEDER/DC/SGM/CTJ/DRFM/DG-SOBEH/SA une commission spécialisée des marchés publics d’équipements spécifiques chargée de l’acquisition d’un hélicoptère AW 139 dans le cadre des opérations pétrolières.

Cette commission qui dispose d’un mandat de six mois est chargée de « mettre en œuvre la procédure d’acquisition de l’hélicoptère  conformément aux dispositions règlementaires en vigueur ; négocier le contrat d’acquisition de l’hélicoptère et d’en rendre compte au ministre en charge des recherches pétrolières, faire signer le contrat d’acquisition de l’hélicoptère ; procéder à la réception de l’hélicoptère ».

Comme on peut le comprendre à travers le communiqué du Conseil des ministres ; il ne s’agit nullement du premier hélicoptère qui a fini dans un crash le 26 décembre 2015 mais de celui d’un deuxième. Le premier a été acquis en Février 2014 comme le précise le communiqué du Conseil des ministres du 12 février 2014 : «  Le Ministre de l’Energie, des Recherches Pétrolières et Minières, de l’Eau et du Développement des Energies Renouvelables a rendu compte au Conseil des Ministres de la mission de réception technique de l’hélicoptère acquis dans le cadre des opérations pétrolières à Milan en Italie ».

Mais comment a été acquis cet hélicoptère ? Selon nos investigations, c’est grâce au « bonus sur signature »- bonus qu’une firme pétrolière qui veut faire des explorations verse à l’Etat-versé par la firme américaine Hunt Oil que cet hélicoptère a été acheté. Mais précise une source proche du dossier qui a requis l’anonymat « La procédure n’a pas respecté l’orthodoxie. Les fonds n’ont jamais transité  dans les comptes de l’Etat ». Et d’ajouter que c’est le ministre Kassa qui a géré personnellement les choses en prétextant qu’il serait très difficile dans le système béninois de décaisser les sous après une fois que c’est rentré dans les caisses de l’Etat. L’argent a été versé directement par Hunt Oil au vendeur, la société Agustawestland S.p.a basée à Rome et représentée par Enrico Lalia Morra . Ce que confirme le Ministre Kassa en disant subrepticement : « C’est une négociation qu’on a faite pour avoir cet appareil. On n’a pas sorti un franc des caisses de l’Etat ».

Le contrat de vente dont nous avons obtenu copie précise que le montant de l’achat d’un hélicoptère AW139 est de 11.994.275 Euros. Mais le total avec les frais  liés au transport, aux publications techniques, à la formation, aux pièces de rechange et matériel de soutien au sol est chiffré à 13.946.075 Euros. Le même contrat précise les modalités de paiement à la « banca popolare di Milano ». Hunt Oil Compagny of Bénin Energy Sarl a signé le 24 août 2013, un contrat d’opération commune avec la SOBEH pour un permis d’exploitation et d’exploration sur le bloc offshore 2. Dans ce consortium, Hunt Oil détient 65%, Century 20% et SOBEH 15%. « Il s’agit d’un contrat de trois ans qui est arrivé à terme le 23 août 2016 mais le consortium n’a plus renouvelé son contrat », précise Mme Amelina. Selon une source proche du dossier qui a requis l’anonymat,

« C’est le ministre Barthélemy Kassa qui a géré lui-même les négociations en dépit de l’installation au ministère d’une commission chargée de l’achat d’un hélicoptère »

Commentaires

Commentaires du site 12
  • Avatar commentaire
    Jojo 2 semaines

    Le couple Soglo dont la femme est corrompue et corruptible est loin d’être le duo idéal pour la mission de salubrité de l’administration publique.

    L’administration publique doit être suivie par les usagers.

    Tunde ignore les gecko les cafards et les rats des égouts.

    Partage nous tes analyses, moi j’aime te lire…

    Bon courage à toi !

    Nous sommes ensemble et nous ne lâcherons pas la lutte bravé soldat.

  • Avatar commentaire
    aziz 2 semaines

    ollah…!!!

    Pour plus d’éfficacité..on se partage les taches..

    Toi..tu cognes..la tete chauve de tundé…situationniste notoire et condescendant..

    Et moi…je m’occupe de son gros ventre..et ses grosses fesses..d’abomeens….

    Evec nos baves..pleines de microbes..comme un varan

  • Avatar commentaire
    sonagnon 2 semaines

    Quoi qu’il en soit, il faut noter, que YAYI BONI a été dépassé par la gestion du pays à un moment donné.
    Certainement, qu’en voulant bien faire, il a eu à commettre des erreurs par naïveté ou ne l’écartons pas aussi, par silence coupable.

    Pour ma part, c’est pour remédier à toutes ces choses que nous avons parlé de rupture!!!
    Mais voilà que la rupture tourne au vinaigre dès le premier conseil des ministres.
    Mais nous n’allons pas baisser les bras, il y aura certainement un JJ Rowlings ou un Poutine béninois pour mettre terme à ce cercle vicieux de la corruption, de l’incompétence et du manque de patriotisme. Car voilà le centré des maux dont nous souffrons.

    Est ce que le Bénin a jamais connu un homme aussi décidé à lutter et à développer son pays contre vents et marrées???

    Je ne crois pas, KEREKOU révolutionnaire a essayé, mais il était trop inculte pour réussir quelque chose de bon.
    Soglo aussi a essayé avec le renouveau démocratique, il avait tout pour réussir, mais trop imbu de lui même, et prise en otage par sa femme et son clan, il a perdu le sens de la mission que le peuple attendait de lui, ce qui explique son échec.

    KEREKOU2, YAYI BONI c’est tout simplement l’échec de l’élite politique et intellectuelle béninoise, car durant ces 20 dernières années, ces deux hommes ont mis à l’épreuve toutes les potentialités intellectuelles du pays. Mais le résultat est le même, incompétence, corruption, manque de patriotisme et que sais je encore!!!

    TALON!!! c’est la descente aux enfers du Bénin, et que ce cauchemar finisse le plus vite possible!!!

    Pour rebondir, il nous faut un révolutionnaire, mais pas au sens marxiste.
    Un progressiste, un patriote, pas forcément un grand intellectuel, mais quelqu’un capable de faire bouger les lignes. Moi j’y crois encore, et le pays en a besoin!!!

    • Avatar commentaire
      sonagnon 2 semaines

      lire: voilà le concentré des maux dont nous souffrons.

    • Avatar commentaire
      Helian 2 semaines

      Tout à fait d’accord avec toi. C’est ce que nous preparons.

    • Avatar commentaire
      Freegomas 2 semaines

      On voit que vous etes un griot de Yayi. Le Benin ne decolera jamais avec des gent mediocres et evieux comme vous.

      • Avatar commentaire
        sonagnon 2 semaines

        De mon point de vue, la kyrielle d’affaires sous YAYI BONI, n’est pas du fait de sa malhonnêteté!!!
        Il a certainement fait du favoritisme, ou passé outre certaines dispositions légales. Mais, c’est beaucoup plus son impréparation à gérer les affaires publiques qui explique ce chapelet d’affaires.

        Le tout ne suffit pas d’être un économiste ou d’avoir un CV convainquant, il faudrait être capable de maîtriser l’administration publique qui est la gangrène de la société béninoise.
        Des expériences personnelles au Bénin, me permettent de faire cette affirmation.
        Nicéphore SOGLO était le profil idéal pour accomplir cette mission de salubrité dans l’administration, mais il n’était fait pour conduire politiquement un pays.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 2 semaines

    Tundé , tu vas voir que l’es.c.r.o.c de talon fera rendre une ordonnance de non lieu encore à son alter ego es.c.r.o.c de barthélemy kassa ; c’est ainsi dans le benin des rup.tu.c.o.n.s
    Tundé,tu as bien vu notre bave fétide de dégoulinant sur ton crâne de moineau !

  • Avatar commentaire
    Tundé 2 semaines

    Où sont passées les gueules puantes de olla Oumar et de aziz ?
    Je listais, il y a quelques jours le scandale de l’hélicoptère de Yayi Boni dans le tableau du prédateur et chef de la mafia , Yayi Boni.
    Dans l’affaire Pétrobas qui secoue le Brésil, le nom de Yayi y est cité ! !!! Lisez bien comment la pieuvre a noué ses stratégies

    En 10ans , le pays a été délesté de plus de 1000 milliards de nos francs.
    Comment , ce pays peur se retrouver en bonne santé économique en moins de 15 mois ?
    Il faut être stupides pour condamner les autorités de la rupture des performances désastreuses actuelles.
    Je rêve le jour ou Yayi sera devant les tribunaux

  • Avatar commentaire
    magbedo 2 semaines

    Que ceux qui savent faire des commentaires et injurier, réagissent

  • Avatar commentaire
    Jean 2 semaines

    Boni Yayi Auto et ses scandales