Logements sociaux au Bénin : Plus de 33 milliards de Fcfa partis en fumée

Logements sociaux au Bénin : Plus de 33 milliards de Fcfa partis en fumée

Bénin : Bientôt des logements sociaux dans le Zou

Dans le cadre du projet « Pour des médias plus professionnels au Bénin » de la Maison des médias (Mdm) financé par Open society initiative for west Africa (Osiwa), des journalistes ont été commis pour mener des enquêtes journalistiques sur divers sujets.

Celui qui retient notre attention et dont la présentation a été faite hier mercredi 12 juillet 2017, est relatif au thème : « Programme de logements sociaux au Bénin : Un véritable serpent de mer ». Il est ressorti de cette présentation que plus de 33 milliards de Fcfa du contribuable béninois ont été gaspillés dans ces logements sociaux, et que lesdits logements sont convertis en éléphants blancs. C’était à la faveur d’une conférence de presse, à la Mdm à Cotonou.

893 logements sociaux construits au lieu de 10 000. Ce fossé témoigne combien de fois la mal gouvernance est entretenue au Bénin. Lancée en 2009 par le régime défunt, la construction de 10 000 logements sociaux s’est avérée un éléphant blanc et un gouffre financier légués au gouvernement du président Talon. Ces chiffres ont été rendus publics hier mercredi 12 juillet 2017, à la faveur d’une conférence de presse tenue à la Maison des médias à Cotonou.

Dans sa présentation, Affisou Anonrin a fait remarquer que c’est un montage financier qui endette l’Etat pour près de 19 milliards de nos francs auprès des banques. Des 19 milliards, 09 sont des frais financiers et ont été souscrits par le gouvernement du régime défunt, au profit de ce projet. « Sur instruction du chef de l’Etat d’alors, les travaux avaient démarré sans un contrat formel » déplore le chargé des affaires juridiques de l’Agence de gestion des travaux d’intérêt public du Bénin (Agetip-Bénin), a rapporté le rédacteur en chef du quotidien béninois ‘’La presse du Jour’’.

Selon ses explications, le président d’alors a dépêché une mission d’audit à l’Agence foncière de l’habitat, aux fins de situer les responsabilités. Mais jusqu’à nos jours s’offusque-t-il, aucune suite sur cette affaire. Sur les 893 logements sociaux achevés soutient-t-il, seulement ¼ sont occupés. Plusieurs raisons expliquent la réticence des potentiels acquéreurs à l’en croire. Entre autres : les coûts élevés des logements, la qualité douteuse des matériaux de constructions, et des raisons socioéconomiques. « De 1960 à nos jours, aucun des projets immobiliers qui ont été initiés n’a connu le succès escompté » s’est-t-il désolé. Selon ses investigations, la corruption, la cupidité de certains promoteurs immobiliers et l’inertie de l’Etat, sont autant de raisons à la base des échecs enregistrés.

Défis à relever

Au vu de ce qui précède, des défis restent à relever. Primo, les députés doivent continuellement interpeller le gouvernement sur la question et mettre en place une commission d’enquête pour situer les responsabilités.

Deusio, prendre des dispositions pour réhabiliter les logements achevés et abandonnés aux intempéries, achever les logements en chantier et initier une

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 13
  • Avatar commentaire
    Tundé 2 mois

    Je redis encore, que Alibaba Yayi et ses acolytes ont siphonné plus de 1000 milliards du pays. 1000 milliards en moins dans les ressources d’un pays ne peuvent pas passer inaperçu.
    Le gouvernement de la Rupture fait preuve de retenu pour éviter qu’il soit taxé de mener une chasse aux sorcières .. Le trou est béant

    Tout sest saura !!!!

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 2 mois

    Ce qui me paraît bizarre et curieux ici , est le fait que ce soit des journalistes , même pas d’investigation qui nous parlent de cette situation.
    Que le gouvernement publie les audits et ensuite fasse saisir la justice .
    Les responsables sont là , qu’ils répondent de leurs actes .
    Nous , nous déplorons et condamnons cette gabegie

  • Avatar commentaire
    Sonagnon 2 mois

    Le changement de Yayi Boni n’a pas pu grand chose à l’incompétence et la corruption des cadres béninois à divers niveaux.
    Cette incompétence et cette corruption à grande échelle ne datent pas de Yayi Boni pour tout observateur averti de la scène politique béninoise.
    Mais le drame, aujourd’hui c’est que le régime Talon ne fait que recycler ces poisons de la nation.

    car aucun des membres de l’actuelle équipe au pouvoir,en commençant par son Chef Patrice Talon n’est innocent des chapelets de scandales qu’on peut malheureusement citer depuis Nécéphore Soglo à Yayi en passant par Kérékou.
    A l’exeption de ceux qui font leur première expérience dans la gestion des affaires publiques.

    C’est pourquoi il est urgent de tout remettre à plat et de prendre un nouveau départ!!!
    Mais pas un nouveau départ, avec les mêmes hommes et les mêmes pratiques.
    Je mets au défi quiconque qui pourra me donner la preuve que quelque chose a changé maintenant.
    Rien n’a changé, après ce mandat, ce serait ainsi que vont se révéler des scandales, aussi spectaculaires les uns que les autres.
    Et après nous irons demandé un plan marshall pour l’Afrique. Un peu de honte!!!

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon 2 mois

      J’adhère à 100 % et attribue la responsabilité à ceux qui se sont succédés aux affaires, qui pour se sécuriser, ont créés des TALON, et autres fortunes surgies de nulle part aux dépens du Bénin, en mettant sur orbite les problèmes qu’ils lèguent en héritage aux générations suivantes.

  • Avatar commentaire
    TGV 2 mois

    Olla oumar? Tu es où?..voila cmnt vs avez gerer le pays pendant 10ans..et ces meme osent critiquer la gouvernance daujordhui, juste parce qu’on ne les laisse plus detourner.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR 2 mois

      TGV , OLLA OUMAR est bien là ” popodipo ” et va te répondre plus haut

  • Avatar commentaire
    Monpays 2 mois

    Les 33 milliards pouvaient bien servir de capital à 10 banques primaires dans les 10 départements du pays avec à la clé des emplois créés. Des employés du privé comme du public pourraient s’adresser à ces banques pour des crédits de logements.

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN 2 mois

    Ce désastre ne surprend personne et rend compte du fossé qui existe entre notre pays et les autres Etats de la sous-région dans tous les domaines, en particulier le logement social…Et donne la preuve de la veuleurie de nos cadres et des responsables à tous les niveaux…Le fossé est si profond que l’on se pose la question…à la Lénine : Que faire?
    Pourtant , des exemples de réussite d’hier et d’aujourd’hui existent non loin du Bénin : le Sénégal, la Côte d’Ivoire, et, dans une moindre mesure, le Mali et le Burkina.
    La Sicogi et la Sogefiha ont structuré la ville d’Abidjan. Au Sénégal, la Sicap et l’OHLM …au Mali, les projets Kadafi, ACI 2000, au Burkina…l’Avenue Kwame Nkrumah, Ouaga 2000 sont le fruit d’une vision politique….etc…
    Les causes de l’arriération du Bénin dans ce sous-secteur (comme partout d’ailleurs…) sont lointaines…absence de politique foncière (au Sénégal et en Côte d’Ivoire, la loi sur le domaine national au lendemain des indépendances a réglé cette question)…inexistence de structures administratives dédiées du fait des instablités politiques (multiples coups d’Etats),….absence de politique de financement de l’habitat….Aujourd’hui, la Banque de l’Habitat du Bénin (privée!!!) risque de disparaître faute d’emploi…en raison de l’instabilité de la politique foncière…..
    Je pourrai dérouler à l’infini, …..

    • Avatar commentaire
      Che Guevara 2 mois

      IL faut ajouter a la liste, l’impunite erigee en systeme de gestion.
      Dans un tel climat, il y a tres peu qu’on puisse accomplir.

      Les multiples scandales sont la a nos yeux mais rien n’est entrepris pour les decourager