Bénin: Les Fcbe rejettent les accusations de dénigrement des actions de Talon

Bénin: Les Fcbe rejettent les accusations de dénigrement des actions de Talon

Depuis le 8 juillet dernier, l’alliance des forces cauris pour un Bénin émergeant est en tournée dans tous les départements du pays, afin de remobiliser la troupe à la base et de lui doper le moral après le revers de 2016.

Renoncement au mandat unique: Azatassou accuse Talon de faire du chantage

Mais certaines personnes ont tôt fait d’affirmer dans l’opinion publique que les protégés de Boni Yayi sont plutôt en campagne de dénigrement des actions du pouvoir en place. Approché, le coordonnateur national des Fcbe, Eugène Azatassou, a rejeté ces accusations.

Contrairement à ce qui se dit au sein de l’opinion publique nationale, l’alliance  des forces cauris pour un Bénin émergeant n’est pas un regroupement en déclin. Malgré les défections constatées à l’avènement du régime Talon, les verts ont toujours leur base intacte et ont toujours leur place sur l’échiquier politique national. La récente tournée nationale initiée par la coordination nationale a donné la preuve qu’il faut toujours compter avec eux.

En effet, depuis le 8 juillet 2017, les perdants de l’élection présidentielle de 2016 ont entrepris une descente sur le terrain, pour remobiliser la troupe en vue de leur prochain congrès. Plusieurs régions du pays à savoir Kandi, Parakou, Djougou, et Natitingou, ont déjà été sillonnées par la coordination nationale des Fcbe.

Selon les explications du coordonnateur national Eugène Azatassou, à chaque étape, la mobilisation a été forte, contrairement aux attentes. Beaucoup sont venus écouter leurs responsables sur la situation et le positionnement de l’alliance après les nombreux départs pour la mouvance présidentielle. A Parakou par exemple, plus de 2000 militants ont pris part à la séance d’échanges avec leurs responsables.

« Ça a suscité un grand engouement. Nous avons perçu que les militants étaient demandeurs de cette tournée … Ils nous ont emmenés sur les débats internes. Nous avons donné des explications sur ce qui se passait. Nous avons aussi donné nos impressions sur la gouvernance actuelle. Nous allons poursuivre avec les collines et le Zou le week-end prochain », a laissé entendre le coordonnateur.

Les cauris n’ont pas encore déclaré leur appartenance à l’opposition de façon officielle, même s’ils critiquent les actions du régime en place. Seul le congrès pourra décider de la position à adopter par l’alliance.

… pas une tournée pour tirer sur la gouvernance Talon

Il est vrai les Fcbe ont profité de la tournée dans le septentrion pour se prononcer sur le départ de certains de leurs camarades et la gouvernance de l’actuel régime. Contrairement à ce qui se dit dans l’opinion publique, ce n’est pas une campagne de dénigrement, mais plutôt une tournée de remobilisation. Au sujet des départs, Eugène Azatassou ne trouve pas d’objection.

« Les départs, ça fait partie de la vie des organisations. L’essentiel  pour nous, c’est que la masse reste compacte », a-t-il fait savoir.

Il déplore tout de même le manque de conviction de ses camarades. Pour lui, ce n’est pas parce qu’on n’est plus au pouvoir qu’on ne peut plus rien faire.

Les cauris par la voix de leur premier responsable saisissent l’occasion pour demander au régime Talon de revoir sa philosophie du développement du Bénin,  sa façon de concevoir le développement du Bénin, et qu’il mette en œuvre des initiatives qui valorisent l’homme. Les Fcbe descendent encore sur le terrain ce week-end. Ils seront précisément dans le Zou et dans les Collines. La tournée prend fin le 19 août prochain par le Littoral

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    azatassou joachim 3 semaines

    Un pays;c’est un peuple uni qui le construit….Pas de politique de diversion chers amis!

  • Avatar commentaire
    Gigo 1 mois

    DU CLOCHARDISME DIPLOMATIQUE À LA NATION RESPECTÉE… 0

    By isdeen on 15 juillet 2017 OPINION

    Par : Yves DAKOUDI

    La fonction présidentielle est une affaire de prestige. Il faut avoir du goût pour y accéder. Ainsi, lavée et débarrassée de la vase du populisme béat, épileptique à souhait, elle change considérablement l’image d’un pays et force le respect. Le Bénin sous la présidence de Patrice Talon, en très peu de temps, est passé du rang d’un clochard diplomatique à celui d’une nation respectée, qui traite d’égal à égal avec les autres nations du monde. Une réciprocité diplomatique parfaite. Toute chose qui répond aux aspirations de la jeunesse montante africaine, plus exigeante envers ses dirigeants.

    La visite d’Etat Doris Leuthard Présidente de la Confédération Suisse au Bénin permet de faire une petite comparaison, bien amusée, mais assez profonde. Nous n’avons pas quitté le pays. Il y a encore peu, à une époque pas si lointaine que ça, on aurait demandé de mobiliser 1000 Zemidjan sur trois jours, à raison de 10 000 FCFA par jour et par tête. On aurait surtout décidé de les vêtir en jaune flambant neuf, frappé de l’effigie du parti au pouvoir. Les pauvres ! Il faut qu’ils soient propres, présentables. Il ne faut surtout pas que leurs maillots aux coutures arrachées par la misère quotidienne et leur pestilence rebutent à l’aéroport l’hôte prestigieux qui risquerait de rebrousser chemin et de reprendre son vol et repartir avec son chéquier. Les responsables syndicaux de ces Zemidjan auraient mobilisé moins de 300 conducteurs, les auraient payé à 5000 par jour, pour les plus chanceux et les plus rebelles et se seraient partagés la différence avec les proches du dispositif sécuritaire présidentiel. À prendre ou à laisser.

    Pour cette visite qui n’est intervenue qu’en début de soirée, nos mères auraient été vidées des marchés environnantes par leurs responsables qui vivent de cette filière de la mobilisation présidentielle. Puis, en uniformes avec des couronnes de tissus sur la tête à couper le souffle, castagnettes au poignée, elles y auraient passé toute la journée à s’égosiller, à raison de 5000 FCFA par mobilisée…et seraient réparties dans leurs ménages, aphones et esquintées…

    Et pour couronner le ridicule qui consiste à étaler aux yeux du monde toute la chaleur ambiante du nègre, éternel ébahi devant le Blanc, toutes nos divinités et nos danses traditionnelles à travers leurs rythmes auraient été sorties des couvents. Nos frères des ensembles artistiques et culturelles auraient été sollicité pour exposer leurs pectoraux pour finir par se désarticuler sur le tarmac…Une belle confusion entre un festival de danses et un accueil diplomatique…

    Je m’en arrête là parce que la liste de la saignée est longue.

    Cependant, ce que personne ne voit c’est le coût de ces lubies pour les finances publiques. Autres temps autres mœurs. Le Bénin assurément est sur une autre planète avec Patrice Talon. Il faut le reconnaître et s’y adapter. C’est à cela que l’intelligence patriotique nous appelle . Ceux qui sont là ont la chance de vous avoir vu faire. Ils s’inspirent donc de vos erreurs pour améliorer l’image du Bénin. Souffrez donc que de temps en temps, ils vous décochent quelques flèches empoisonnées que vous en aviez usé.

    C’est de bonne guerre.

  • Avatar commentaire
    Gont Gont 1 mois

    Allez les FCBE,
    Vive YAYI et vivent les FCBE;
    A bas la rupture et tous ces rupturiens mange-mil.