Oléoduc Niger-Côte béninoise: La délégation nigérienne édifiée par sa visite à Cotonou

Oléoduc Niger-Côte béninoise: La délégation nigérienne édifiée par sa visite à Cotonou

Du 13 au 15 juillet 2017, une délégation nigérienne conduite par son ministre du Pétrole a séjourné à Cotonou au Bénin. Une visite de travail qui a permis d’évaluer les atouts du Bénin pour la réalisation du projet de construction d’un pipeline, du territoire nigérien jusqu’à la côte béninoise.

Gestion déléguée de la Sbee : Les clarifications du ministre Jean Claude Houssou

Collecter des informations techniques en vue de la réalisation d’une étude de préfaisabilité pour le projet de construction de pipeline du Niger vers la côte Atlantique du Bénin. C’est la principale motivation de la délégation nigérienne qui a séjourné à Cotonou du 13 au 15 juillet 2017.

Conduite par Foumakoye Gado, le ministre du pétrole du Niger, cette délégation a eu plusieurs séances de travail avec des autorités béninoises, et a visité des sites et infrastructures susceptibles de faciliter la mise en œuvre efficiente du projet.

Satisfaction et espoirs réciproques

En effet, le Niger est officiellement producteur de pétrole depuis 2011. Pays enclavé, il lui faut trouver un exutoire pour écouler le pétrole brut produit. En concurrence avec le Nigéria et le Tchad, le Bénin est pressenti pour le passage sur son territoire du pipeline que le Niger envisage construire du site pétrolifère d’AGADEM dans la région de Diffa (Sud-est), vers la côte Atlantique. C’est donc pour cette raison fondamentale que la délégation nigérienne est venue à Cotonou sur recommandation de l’opérateur chinois (CNCP NP), en charge de l’exploitation du gisement. Edifié par les informations reçues et par ce qu’il a vu au cours des différentes visites de sites (INSTALLATIONS PETROLIERES ONSHORES DU CHAMP PETROLIFERE DE SEME, Port Autonome de Cotonou, tank de Octogone Trading SA etc), le ministre du pétrole du Niger a exprimé son entière satisfaction.

Pour Foumakoye Gado, les réponses appropriées ont été apportées à ses préoccupations. Mieux, des informations utiles mises à sa disposition permettent de se faire une opinion sérieuse des atouts réels du Bénin en termes infrastructurel, économique, sécuritaire, environnemental, commercial et autres. A l’en croire, la mission est fructueuse et largement satisfaisante. Car, il y a un existant en matière de disponibilité de terrain et d’installations appropriées. « … Il sera peut-être question de les renforcer ou de les rénover. De toutes les façons, des techniciens reviendront pour une visite plus approfondie de ces sites. Cela peut induire des réductions de coût… un aspect important qui pourrait militer en faveur de l’axe du Bénin », a laissé entendre le ministre nigérien du pétrole.

Perpétuer la tradition de coopération

Hôte de la délégation, le ministre béninois en charge de l’Energie et des Mines a estimé que le Bénin est le port naturel du Niger. Et que la tradition de coopération qui a toujours existé entre les pays doit être préservée. Dona Jean-Claude Houssou a donné l’exemple de l’Organisation commune Daho-Niger (OCDN devenu plus tard OCBN). Pour lui, c’est l’occasion de construire une nouvelle page de notre histoire commune. Et par conséquent, le Bénin est disposé à offrir toutes les facilités pour que ce projet soit une réalité en ce qui concerne la traversée éventuelle du territoire béninois. Il a été appuyé par son homologue de la sécurité SACCA Lafia, qui a rassuré la délégation nigérienne sur les questions d’ordre sécutaire.

Tout comme Basile Adjo, directeur général de l’industrie minière et pétrolière qui a énuméré les avantages à tirer de la réalisation de ce projet, Abdoulaye Bio Tchané, ministre du Plan et du Développement, a rappelé le contexte et précisé que l’opérateur chinois souhaite avoir des concessions de la part du Bénin. « Nous allons les étudier puisqu’il s’agit de projets structurants avec beaucoup d’impacts pour les Béninois et le territoire national. Parallèlement, nous allons mener des études pour évaluer l’impact socio-environnemental. Ce qui est sûr, le Gouvernement du Président Patrice Talon va prendre rapidement une décision », a-t-il rassuré. A l’en croire, le Bénin est en concurrence avec le Nigéria et le Tchad. Et face à ses interlocuteurs, le représentant du Chef de l’Etat béninois dit avoir démontré les avantages de l’option béninoise, et a contrario les risques des autres options. Notamment, les conditions sécuritaires fiables et stables que le Bénin offre. Ce qui n’est pas forcément le cas ailleurs. Mieux, des avantages en termes de revenus et d’emplois pour nos deux populations sont certains, conclut-il.

La délégation nigérienne a quitté Cotonou ce samedi 15 juillet 2017 avec beaucoup de satisfaction.

L’exception Octogone Trading SA

Lors de la descente sur le terrain de la délégation nigérienne, la visite des installations de la société Octogone Trading SA a été séduisante. Le ministre nigérien du pétrole n’a pas caché son admiration. Pour Foumakoye Gado, qu’un opérateur privé arrive à construire des installations pour le stockage des produits pétroliers raffinés n’est pas une activité courante. Car, la plupart du temps, cela se fait avec des capitaux étrangers. Un Béninois a réussi à le faire, il mérite des félicitations. Il a exhorté l’Etat béninois à le soutenir. Car, sécuriser l’énergie est vital pour un pays. Mieux, le ministre nigérien du pétrole s’est dit intéressé par ces installations. Pour lui, le Niger a pris l’habitude de venir se ravitailler en hydrocarbures sur la côte au Bénin. Donc, ces dépôts sont d’une utilité certaine, dit-il. Le PDG de Octogone a exprimé sa satisfaction et sa fierté de recevoir deux ministres de deux pays différents sur ses installations. Razak Saka a rappelé que ce projet, fruit de la coopération sud-sud, a pour objectif de sécuriser le carburant pour tous les pays de l’hinterland. Il a salué la vision du président nigérien qui a toujours fait du stockage des hydrocarbures une nécessité. Razak Saka a dit sa disponibilité à servir le Niger, et rassuré ce pays en cas d’investissement, car, le soutien de l’Etat béninois ne lui a pas fait défaut. Pour finir, il a remercié tout le gouvernement du Benin pour son assistance.

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 3 mois

    “le Bénin…en Afrique…peut bâtir une économie…à l’image de ces pays. Mais,

    -il faut une classe politique au dessous de tout soupçon.
    – Une ressource humaine de qualité.”

    Tout est dit là selon moi: les enjeux, les conditions de succès.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 mois

    Bravo razak saka autre digne fils d’un benin qui gagne

  • Avatar commentaire
    Sonagnon 3 mois

    La situation géographique du Bénin a elle seule présente un atout économique très important pour le pays et les pays de l’hinterland.
    Il faut assainir les moeurs politiques, et développer une économie de services, telle est la vocation du pays.
    Pour en arriver là, nous devons nous inspirer des pays comme la Hollande, Luxembourg, Suisse, Hongkong.
    Par rapport au Nigéria et les pays de l’hinterland, le Bénin est le seul pays en Afrique qui peut bâtir une économie de services à l’image de ces pays.
    Mais, il faut une classe politique au dessous de tout soupçon.
    Une ressource humaine de qualité.

    Ce régime dit de la rupture est elle capable de relever ce défi?
    Moi je n’y crois pas, mais voilà le destin de notre pays.