Bénin: « Plusieurs dispositions ont été prises pour une rentrée apaisée dès le 18 septembre » selon Lucien Kokou

Bénin: « Plusieurs dispositions ont été prises pour une rentrée apaisée dès le 18 septembre » selon Lucien Kokou

Contrairement aux rumeurs qui fusent de toutes parts, la prochaine rentrée scolaire risque de ne pas être perturbée. Des mesures ont été prises pour donner satisfaction aux revendications des enseignants assure le ministre Lucien Kokou.

Bac session de juin 2017 : 41,78 % de taux de réussite au plan national

A la faveur de la session du conseil national consultatif qui s’est ouvert ce mercredi à Cotonou, le ministre de l’enseignement secondaire, technique et de la formation professionnelle a énuméré les mesures qui ont été prises pour une rentrée scolaire apaisée.

L’autorité ministérielle a fait observer que les revendications des enseignants, acteurs clefs du système seront satisfaites. Ainsi, les près de 3000 enseignants recrutés l’année dernière et qui n’ont pas eu leur salaire jusque-là, peuvent rentrer en possession de leur arriéré de salaire avant la date prévue pour la rentrée scolaire.  Le ministre a assuré que les cadres du ministère des finances et ceux de l’enseignement secondaire sont à pieds d’œuvre pour rendre effectif l’opération de paiement.

A cela, il faut ajouter les subventions aux écoles, dont le gouvernement aurait déjà préparé celles de la prochaine rentrée selon le ministre Lucien Kokou. Des arriérés de 2015-2016 ont été payés. De même, les primes des enseignants sont prêtes. Il va falloir que chaque enseignant fournisse les dossiers qu’il faut pour avoir le virement sur le compte bancaire.

Mesures salutaires, mais le gouvernement doit faire un peu plus d’efforts…

Pour le secrétaire général de la Cosi-Bénin Noël Chadaré, interrogée par la radio nationale, ces mesures sont salutaires mais elles ne sont pas des conditions suffisantes pour une rentrée effective. En dehors de ces mesures, l’acteur syndical a fait remarquer qu’il y a de sérieux problèmes qui minent le bon fonctionnement du système. Notamment les statuts particuliers des personnels des enseignements maternel, primaire et secondaire.

« Rien n’a été fait à ce niveau », se désole le syndicaliste.

Il a également mis l’accent sur la situation des contractuels d’Etat qui attendent toujours d’être reversés en agents permanents d’Etat. Aussi a-t-il fait savoir que les contractuels de 2007 et 2008 sont toujours au même salaire, les actes ne sortent pas.

« La balle est dans le camp du gouvernement qui doit faire des efforts un peu plus encore pour que la rentrée ait lieu » a soutenu ce dernier.

Commentaires

Commentaires du site 0