Examens nationaux de licences et de masters: 2500 candidatures enregistrées à ce jour

Examens nationaux de licences et de masters: 2500 candidatures enregistrées à ce jour

2500 ! C’est le nombre de dossiers déjà enregistrés par la direction des examens et concours dans le cadre des premiers examens nationaux de Licences et de Masters au Bénin.

Examens nationaux de Licence au Bénin : Les candidats fixés le 30 septembre

Ces examens visent à mettre un terme à la co-signature des diplômes universitaires de licences et de masters par l’Etat.. Cela permettra aux détenteurs de ces parchemins de valider les acquis de leurs formations. Les candidats à ces examens vont plancher les 28 et 29 août prochain.

Pour ceux qui n’ont pas encore déposé leurs dossiers, ils ont jusqu’au 21 août 2017 pour le faire. Le dépôt des dossiers peut se faire individuellement ou par le biais de l’université du candidat.

Les établissements privés sont mis en demeure d’informer leurs étudiants des matières fondamentales retenues pour l’examen national dans leurs filières respectives. Ils doivent également organiser des séances de travaux dirigés (TD) et de travaux pratiques (TP) au profit de leur candidat.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 3 mois

    Cet examen apparaît comme le concours d’entrée en sixième au temps de ma génération qui décidait de la vie d’un individu.

    POUR AVOIR LA LICENCE il faut au Minimum suivre les Cours d’enseignement supérieur pendant 3 ans. Pour avoir le Magistère il faut 4 ans d’enseignement supérieur.

    Comment peut on vouloir faire l’évaluation d’un tel cursus rien qu’avec le résultat de deux jours de composition?

    Alors que le système LMD prévoit l’évaluation par étape avec le modèle de point en crédits que l’on aura accumulés pendant les trois ans voire les quatre ans. Ce qui paraît juste et raisonnable.

    Décidement le Bénin partagé entre la volonté de devoir copier le classicisme francais ou de s’adapter aux normes modernes, ne manquera jamais de curiosité.

    Devrons-nous être plus royaliste que le roi?