Installation du Cnds au Bénin: Assogba et Chadaré invitent le gouvernement à éviter le surplace

Installation du Cnds au Bénin: Assogba et Chadaré invitent le gouvernement à éviter le surplace

Sans nier les efforts fournis par le gouvernement pour l’installation des membres du Cnds, Martin Assogba et Noël Chadaré , ont appelé le gouvernement à aller au-delà l’installation du conseil.

« Les députés ont voté contre la révision pour empêcher la lutte contre la corruption » selon Martin Assogba

Ceci pour un vrai dialogue social. Dans une interview accordée à la télévision nationale, à la sortie de l’installation, les deux acteurs ont chacun appelé l’exécutif à jouer sa partition pour un bon règlement des conflits et des mouvements sociaux.

En effet, Noël Chadaré espère que ce cadre qui va jouer pleinement son rôle et qu’il n’y aurait pas une parodie de dialogue. De ce conseil national de dialogue social installé, il attend un vrai dialogue pour éviter les crises. Les travailleurs ne vont pas rester les pieds et les mains liés dans un cadre inopérant.

Pour le président de l’Ong Alcrer, il faut que l’Etat discute véritablement dans la transparence avec le conseil national du dialogue social afin qu’eux à leur tour puissent informer les acteurs sociaux de ce qui est possible, de ce qui faisable, pour éviter qu’il ait des grèves. Car les grèves n’arrangent rien selon l’acteur de la société civile.

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire
    Totchénagnon 2 mois

    Je salue la mise en place d’un tel cadre de concertation. Pour que ce cadre soit crédible, c’est d’amener également le gouvernement à tourner son canon de transparence non seulement vers les opposants au régime, mais également vers les brebis galeuses qui sont tapies dans la bergerie. C’est d’exiger du gouvernement un titre officiel de M. BOKO Olivier qui est un véritable intrus dans l’appareil d’état. Sinon, ce serait un machin de plus.

  • Avatar commentaire
    Jean 2 mois

    Olla Omar,
    Cessez de voir le caractère budgetivore du Cnds, il suffit que nos cadres qui y officient renoncent à toutes les primes et avantages et le tour est joué.
    Le cadre beninois étant ce qu’il est (cupide par nature), il exigera des primes au delà de la normale.
    Le problème de ce pays, ce sont nos cadres.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR 2 mois

      Alors si ces ruptu.c.ons le savent pourquoi créent-ils ce machin budgétivore ? Bande de couillons “

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 2 mois

    C’est quoi encore ce machin de conseil , qui va être budgétivore pour le pays ;
    Il y a les syndicats , le conseil économique et social celà ne suffit-il pas pour le dialogue sociale avec le gouvernement ?
    On vous a bien dit qu’avec les ruptu.c.ons , ce sont des incantations , des artifices , du pinrlin-pimpin ” dans les yeux , et il se trouve des comme agadjavi et tundé pour gober ; qu’ils dégagent .
    Chadaré, lokossou ( qui mangeaient gloutonnement au maquis ivoirien chez amy ) vendredi midi , venez nous débarrasser des monstres ruptu.c.ons que vous avez amenés au beninois

    • Avatar commentaire
      Jean 2 mois

      Olla Omar,
      Cessez de voir le caractère budgetivore du Cnds, il suffit que nos cadres qui y officient renoncent à toutes les primes et avantages et le tour est joué.
      Le cadre beninois étant ce qu’il est (cupide par nature), il exigera des primes au delà de la normale.
      Le problème de ce pays, ce sont nos cadres.

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR 2 mois

        ” renonciation aux primes ” n’est pas beninois et vlan !