Mésentente dans les communes du Mono-Couffo: Les conseils communaux au bord de la crise

Mésentente dans les communes du Mono-Couffo: Les conseils communaux au bord de la crise

Ce n’est plus la parfaite entente dans les communes du Mono-couffo. D’Athiémé à Comè en passant par Toviklin, Lokossa, Aplahoué et Dogbo, les pommes de discorde sont nombreuses entre les membres de ces conseils communaux.

Plan de contingence de Cotonou: La Mairie anticipe la gestion des risques

Elles ont pour nom : détournements de fonds, corruption et abus de pouvoir. C’est d’abord la commune de Dogbo qui a donné le ton de ces désaccords  dans les communes des  départements du Mono et du Couffo.

Son maire Vincent Acakpo n’est pas allé par quatre chemins pour dénoncer son adjoint sur une chaîne de radio locale. Il l’accuse d’avoir reçu des pots de vins lors d’une passation de marché. Cette déclaration du maire  est intervenue en justification de la décision prise par ce dernier de limoger l’adjoint fautif de son poste de président de la commission de passation des marchés.

Le mis en cause, en la personne de Dénis Sossoukpoui n’a pas lui aussi tardé à prendre d’assaut les antennes d’une radio locale pour apporter son droit de réponse, indexant le conseil communal dans une affaire d’attribution de marché pour l’érection du bâtiment de l’hôtel de ville. Il a ensuite demandé un débat contradictoire entre lui et le maire. L’autorité communale après cet appel à la contradiction, s’est gaussé de son adjoint qui selon lui, s’acharne à mener une campagne précoce en vue des élections législatives de 2019.

Dans la commune d’Athiémé également ça grogne. Les conseillers des Forces démocratiques unies (FDU) ne ménagent pas leur salive pour dénoncer la gestion qui est faite de la commune par le maire Joseph Anani élu sur la liste Union fait la Nation.

Précédemment, les communes de Toviklin, de Lokossa, de Comè et d’Aplahoué avaient eu droit à leur pomme de discorde. Dans la commune de Toviklin même, le maire Rigobert Tozo est sur la sellette. Une procédure de destitution est en cours contre lui.

Jusque-là épargnées par le vent de destitution qui souffle sur les communes du Bénin, les populations  du Mono Couffo pourraient connaître leur premier maire destitué si les conseillers communaux de Toviklin arrivaient à décharger Rigobert Tozo de ses fonctions.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire

    C’est la preuve de l’échec du processus de la décentralisation. Après avoir vendu tous les terrains disponibles dans le domaine public jusque dans les communes d’arrondissement, les tyraneaux des villages se mettent à siphonner les marchés publics. Ils s’en mettent plein la poche et se dénoncent lorsque le partage des butins n’est pas équitable. En conséquence, il faut les destituer et, défaut, les révoquer. Dans l’impossibilité de mettre fin au désastre que constitue la décentralisation, il faut réintroduire l’Etat central, réduisant les compétences de ces institutions, exluant un certain nombre de prérogatives de leur champ d’action (vente de terrain, approbation de marché public au delà de 200 000…..). C’est une honte d’avoir transféré les tares de l’Etat central qui prennent alors la forme de crime dans les structures décentralisées. …..