Recrutement des vacataires: Les censeurs doivent siéger dans la commission d’études selon M. Hokoundé

Recrutement des vacataires: Les censeurs doivent siéger dans la commission d’études selon M. Hokoundé

Le communiqué du ministre de l’enseignement secondaire et de la formation professionnelle, en date du 13 juillet dernier et relatif au nouveau processus de recrutement des enseignants vacataires, n’a pas laissé indifférents lesdits enseignants.

Education: Les écoles publiques affectées par le retard des subventions

Par l’entremise du porte-parole du Front d’action des trois ordres de l’enseignement, Maxime Hokoundé, ils l’ont fait savoir le lundi 13 août 2017. Canal choisi : la télévision privée Canal 3 Bénin et l’émission ‘’90 minutes au Bénin’’.

Dans le souci d’insuffler un nouveau dynamisme au secteur de l’éducation, le gouvernement de la rupture a pris un certain nombre de décisions. Au nombre de celles-ci, figure le communiqué du ministre des enseignements secondaires et de la formation professionnelle, Lucien Kokou. Ce communiqué en date du 13 juillet 2017, est relatif au processus de nouveau recrutement des enseignants vacataires dans les établissements secondaires publics.

Laquelle décision, bien que saluée par lesdits enseignants, ne règle pas le problème de rançonnement qui s’observe lors des recrutements. Mieux, ils déplorent le fait que dans la commission d’études des dossiers ne figurent pas les censeurs. Ces propos ont été rendus publics par le porte-parole du Front d’action des trois ordres de l’enseignement, Maxime Hokoundé, le lundi 13 août 2017, sur l’émission ‘’90 minutes au Bénin’’  de la télévision Canal 3 Bénin. Ce dernier n’a pas eu la langue de bois pour faire savoir à leur ministre de tutelle que la place des directeurs d’études (censeurs) dans ladite commission, est indispensable pour un recrutement plus efficient.

Selon ses explications, les censeurs sont ceux qui gèrent les enseignants au quotidien pendant une année. De plus, poursuit-il, ceux-ci (censeurs) gèrent les cahiers de texte et sont en mesure de savoir quel enseignant est régulièrement en retard, ne prépare pas son cours ou ses fiches. Il estime que lors du recrutement, priorité sera donnée aux anciens, c’est-à-dire ceux qui ont une certaine expérience en la matière. Raison de plus, argue-t-il, pour que les censeurs qui sont les directeurs d’études des établissements soient appelés à siéger dans ladite commission. A l’en croire, il serait bien que les censeurs assistent les chefs d’établissements pour mieux les renseigner, afin qu’il n’y ait pas d’informations superficielles ou pas trop complètes sur un profil qui poserait problème.

« Nous pensons que si les censeurs sont associés, le travail sera plus au moins parfait », a laissé entendre le porte-parole.

D’ailleurs, ce n’est pas seulement le diplôme que l’on regarde lors du recrutement, il y a aussi le comportement de l’enseignant a fait remarquer Maxime Hokoundé. Il conclut en mentionnant que ce nouveau processus de recrutement des enseignants vacataires va leur permettre de gagner en respect. La commission mise sur pied dans chaque établissement, est composée du chef d’établissement, d’un représentant syndical, d’un conseiller pédagogique, et d’un représentant des inspecteurs.

Commentaires

Commentaires du site 0