Benin- Affaire Ofmas: He Guy Mitokpè adresse deux questions orales au gouvernement

Benin- Affaire Ofmas: He Guy Mitokpè adresse deux questions orales au gouvernement

L’affaire Ofmas intéresse l'He Guy Mitokpè. Le suppléant de Candide Azannai vient d'adresser deux questions orales au gouvernement à ce sujet. C'est à travers une correspondance reçue ce lundi par le secrétariat particulier du patron de l'hémicycle Me Adrien Houngbédji.

Bénin : Azannaï précise sa « nouvelle orientation politique » samedi prochain

Dans cette correspondance, le député dit avoir constaté des « bouleversements extraordinaires »  au sujet des travaux d’aménagement et de bitumage des tronçons Porto-Novo- Akpro Missérété, Pobè-Adja-ouéré- Ouinhi.

Des bouleversements” qui seraient intervenus  selon lui,après que le marché public ait été retiré à une entreprise sud-africaine pour être attribué au groupe Ofmas qui bénéficie par-dessus le marché des “financements fantaisistes“. Afin de voir clair dans le dossier, le député invite le gouvernement à venir répondre à  deux questions orales à l’assemblée nationale.

La première amènera l’exécutif à éclairer la lanterne de l’hémicycle sur les raisons qui l’ont poussé à retirer le marché à l’entreprise sud-africaine pour le confier au groupe Ofmas. La seconde question permettra aux députés de comprendre pourquoi le gouvernement a décidé de remettre un financement de 20 milliards à la société Ofmas alors que c’est cette dernière qui est censée financer le projet comme il est dit dans le contrat que les deux parties ont signé.

Commentaires

Commentaires du site 11
  • Avatar commentaire

    Le député Mitokpè pose de bonnes questions mais c’est de la distraction démocratique cette disposition des “questions orales”.
    Que peut un parlement incapable de faire la lumière sur le détournement des fonds destinés à construire son nouveau siège?
    Ce parlement est un lieu de marchandage et il faut rien attendre de ce refuge de …….
    La preuve un article du journal Matin Libre de ce jour 26 Septembre 2017.
    A l’ère de la Rupture et sous la présidence de Me Adrien Houngbédji à l’Assemblée nationale, les députés sont gâtés. Tellement le Parlement est arrosé financièrement que cela suscite d’inquiétudes dans les rangs. Les chuchotements s’amoncelant, votre journal Matin Libre est allé fouiner dans les couloirs du Palais des Gouverneurs à Porto-Novo. Les données collectées sont renversantes et interpellent.

    De nos investigations auprès de sources bien introduites au Parlement, au cours de la deuxième quinzaine du mois d’Août 2017, chaque député a miraculeusement reçu la somme de quatre millions cinq cent mille (4.500.000) francs Cfa. Cette générosité débordante et soudaine de l’institution parlementaire, présidée par Me Adrien Houngbédji, a motivé ceux qui n’y comprenaient rien à pousser leur curiosité par rapport à un tel don. Mais il leur a été simplement dit de s’en servir pour aller rencontrer leurs mandants. Or, faut-il le rappeler, en 2016, dans le cadre du projet de la révision de la Constitution qui a échoué, c’était déjà cinq millions (5.000.000) francs Cfa par tête et pour le même objectif, avait-on dit. C’est un secret de polichinelle puisqu’à la suite de la doyenne d’âge Rosine Vieyra Soglo, le député Gildas Agonkan l’a avoué dans les médias. A la question de savoir si c’est une tradition ou une pratique courante au Parlement, une source s’en indigne : « Ca ne correspond à rien et c’est quand même l’argent du contribuable ». Elle poursuit : « Sous le président Nago ça se faisait mais il ne donnait pas autant d’argent. Il vous donne 1 million mais il exigeait qu’on fasse des tournées pour aller expliquer des actions du Parlement dans nos circonscriptions. Et c’était des délégations. C’est quand vous y allez qu’on vous paie là-bas. Cela veut dire que quand vous n’y allez pas, vous n’êtes pas payé. On est payé au maximum à 1million, sinon c’était 500 ou 600.000 FCfa. Et avec ça on payait l’essence, le manger… ». De l’argent frais qui pleut à gogo sur l’Assemblée nationale, cela devrait interpeller tout adepte de la lutte contre la corruption et de la promotion de la bonne gouvernance. Surtout lorsqu’on se rappelle que courant 2016, parce que les députés burkinabé se sont octroyés chacun un million (1.000.000) francs FCfa pour aller faire des tournées dans leurs circonscriptions administratives, les fonctionnaires burkinabé ont déposé une motion de grève pour manifester leur désapprobation contre une telle chose.

    • Avatar commentaire
      Totchénagnon 4 semaines

      Laisse mon frère. Le pays est pourri jusqu’aux os. Les Agoh, chaque week-end dans nos contrées, sont une illustration patente de l’état de pourriture de ce pays. L’avenir de ce pays préoccupe très peu le béninois lui-même. Les églises sont remplies car chacun prie pour que son tour arrive ou au mieux, pour que ces billets distribués gracieusement passent aussi devant son portail pour qu’il prenne sa part. Voilà le pays. Vive la DÉMOCRATIE NESCAFÉ à la BÉNINOISE.

  • Avatar commentaire
    GboGboLiKiTi 4 semaines

    Le Ministre auteur n’est plus dans le gouvernement ou n’appartient plus à la rupture.

  • Avatar commentaire
    GboGboLiKiTi 4 semaines

    Hum ! J’admire beaucoup le courage et la determination et la pertinence du jeune Député Guy Mitokpè qui a toujours su pencher ses réflexions sur des cas d’intérêt général.

    Voilà deux questions très intéressantes bien posées par l’honorable à l’executif qui ne va tarder de les bâcler, surtout que le Ministre, 1er auteur de cette passation gré à gré, d’un marché qui coûte plusieurs milliards de nos francs à notre État.

    Qu’est-ce qui urge, pour qu’apres avoir arraché ce marché des mains de l’entreprise sud africaine, le gouvernement ne puisse pas s’organiser et lancer un appel d’offre international ?

    Je demande seulement à l’honorable de pousser loin sa curiosité jusqu’à découvrir ou toucher du doigt les vrais raisons qui sous-tendent le renvoi cette structure étrangère au profit d’une autre plutôt nationale.

    Je crains que nous n’ayions une suite bien éclairée dans ce dossier, parce que De Charcus, le PDG de l’Entreprise Ofmas, nouveau bénéficiaire du dit marché est l’un des bailleurs du parti PRD de Maître Adrien Houngbédji, Président de l’Assemblée National. Ce président du parti PRD étant, selon mes informations, actionnaire dans la dite structure OfMas, et son parti faisant partir de la majorité présidentielle, il doit bien évidement bénéficier de certains avantages de la part du pouvoir, qui à son tour aussi doit espérer quelque chose de la part du 1er responsable de la représentation nationale.

    On attend de voir, qui représentera Hêhomey à l’Hémicycle ce jour là, et comment il se prendra ou se comportera face à ces deux pertinentes questions.

    • Avatar commentaire
      Totchénagnon 4 semaines

      Pourquoi cette interrogation finale ? Hêhomey n’est plus ministre, mais le portefeuille ministériel existe toujours et est porté par M. Didier TONATO. L’État étant une continuité, celui-ci aura la responsabilité d’aller assumer l’intérim du Ministre Titulaire à l’Assemblée Nationale. Comme quoi, tout intérim n’est pas facile à assumer.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 4 semaines

    Pour donner la chance à cette question de prospérer il faut que nous fassions grand bruit comme pour le projet de révision avorté , comme celà l’autre impliqué et corrompu de houngbedji va benoîtement dire du haut de sa tribune ” comme ça , c’est fait et vidé “

  • Avatar commentaire
    Akindes 4 semaines

    C’est en fait le Président de l’Assemblee nationale qui décide de transmettre puis d’appeler la question en plénière. Quelle chance cette action a-t-elle de prospérer ?

    • Avatar commentaire
      Totchénagnon 4 semaines

      Si le Président de l’Assemblée Nationale bloquait le processus de transmission, ce serait une preuve de plus pour comprendre l’accointance qu’il aurait avec l’affaire. Comme quoi, il vaut mieux réfléchir par mille fois avant d’agir quand on assume des charges de président de la république. M. Hêhomey ne serait pas limogé de cette façon qu’on n’aurait pas su les dessous puants de cette affaires. La rupture est victime de sa rupture avec la RUPTURE.

    • Avatar commentaire
      Sonagnon 4 semaines

      HOUNGBEDJI est un vendu, il va certainement jouer rendre service à TALON plutôt que de permettre le contrôle de l’action du gouvernement.

      Lorsque qu’au premier conseil des ministres de ce gouvernement, il a été débloqué plus de 42 milliards au profit des entreprises de Patrice TALON, le parlement a t il cherché à contrôler la régularité de cette opération????

      Le retour du PVI, de l’AIC, le monopole de fait des entreprises de TALON dans le secteurs du coton, le remplacement de l’entreprise de sécurité à l’aéroport par une entreprise d’un homme de main de TALON etc…

      Qu’a fait le parlement de HOUNGBEDJI face à ces dérives????

      Des députés godillots sous la direction de Adrien HOUNGBEDJI qui volent et trompent le peuple!!!

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 4 semaines

    Ça c’est ” bonnes questions ” ça , et ce mitokpe honoré la race des ” garçons piles ” comme le dirait les ivoiriens ;
    Houngbedji ne te débine pas , tance le gouvernement des ruptu.c.ons à venir s’expliquer devant la représentation nationale , le peuple du benin vous attend , le monde vous attend