Bénin : L’école se porte très mal sous l’ère Talon, selon la Fésen/Cstb

Bénin : L’école se porte très mal sous l’ère Talon, selon la Fésen/Cstb

L’école béninoise est loin de se porter bien comme le prétend le gouvernement. Il subsiste à plusieurs niveaux des problèmes aussi bien en ce qui concerne l’état même de l’école, que par rapport aux conditions de vie et de travail des enseignants.

Donga : Les cantines scolaires effectives dans 144 écoles

C’était en substance le point fait sur le système éducatif béninois par la Fésen/Cstb, lors d’une conférence de presse tenue hier mercredi 27 septembre 2017 à la bourse du travail.

La campagne menée par le gouvernement à la veille de la rentrée scolaire et qui fait état de ce que toutes les mesures sont prises pour une année sans problèmes, est un leurre à en croire la Fédération des syndicats de l’éducation nationale, affiliée à la Confédération des syndicats des travailleurs du Bénin (Fésen/Cstb). C’est la grande information d’une conférence de presse animée hier mercredi 27 septembre 2017 à la bourse du travail, par le Secrétaire général adjoint (Sga) de cette fédération, Rodolphe Sègnanka, avec à ses côtés la Secrétaire générale confédérale adjointe de la Cstb, Mathurine Sossoukpè. Rodolphe Sègnanka remet en question l’annonce du gouvernement selon laquelle des milliards de francs Cfa ont été décaissés pour répondre aux revendications des enseignants. A en croire le Sga, ces primes tant vantées se situent entre 109 000 et 121 000 francs Cfa par an pour un enseignant, et n’ont même pas encore été payées en majorité. Il conteste également l’information d’après laquelle des avant-projets d’arrêtés d’application seraient en étude. Pour lui, tout ceci est faux et n’a pour objectif que le camouflage de l’état désastreux où se trouve depuis de nombreuses années l’école béninoise.

Plusieurs dysfonctionnements évoqués

Selon le conférencier, ‘’l’école béninoise est en ruine’’ et les programmes d’enseignement en vigueur en constituent l’une des causes. Pour preuve, les échecs aux différents examens scolaires atteignent le seuil d’au moins 60% au Bepc et au Bac les dix dernières années. Par ailleurs, des arrêtés arbitraires sont pris et conduisent entre autres à la fermeture de groupes pédagogiques et au conditionnement du passage en seconde à l’obtention de la moyenne de classe et du Bepc. Le manque d’infrastructures scolaires, l’inexistence presque totale de bibliothèques et de laboratoires, la réduction des manuels scolaires mis à la disposition des établissements, ont été indexés par la Fésen/Cstb. Le Sga a aussi mentionné le manque criant d’enseignants qualifiés au niveau des trois ordres d’enseignement. En plus de tout ceci, la gestion du personnel enseignant laisse à désirer car faite avec clientélisme et de façon arbitraire, laisse-t-il entendre. Les salaires très insuffisants octroyés au personnel enseignant n’ont pas non plus été oubliés. Pour le conférencier, les salaires actuels sont en déphasage avec la cherté de la vie qui va grandissante. Mais en plus des salaires de misère, le corps enseignant selon Rodolphe Sègnanka est menacé par l’Etat qui procède à des affectations punitives à l’endroit de ses représentants syndicaux. Ce qui a été le cas, d’après lui, du professeur vacataire Régis Ado.

Des revendications émises

D’après la Fésen/Cstb, les conditions actuelles ne permettent pas une année réussie. Pour ce fait, la fédération réclame du Gouvernement, en autres, le recrutement d’enseignants en adéquation avec les effectifs des apprenants, la généralisation du principe d’élection des responsables des administrations scolaires par le personnel enseignant, la construction en urgence d’infrastructures scolaires et universitaires. L’indexation de 2 points, 1,90 point, 1,80 point, respectivement sur le salaire des différents corps des enseignants du 1er et du 2nd degré, et le recrutement de tous les vacataires victimes de la répression politique, notamment de Régis Ado, sont aussi revendiqués

Commentaires

Commentaires du site 12
  • Avatar commentaire
    Chrystelle 3 semaines

    Kémi Seba a démonté votre chouchou national LZ que votre Mr Yinwè veut nous imposer comme Gouverneur français.
    Allez sur le net visualiser.
    c’est pitoyable pour ce monsieur et pour vous qui le soutenez.
    Oumar et Aziz vous êtes où?

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR 3 semaines

      On est là ” popodipo” toi Christelle là tu es tombée sur la tête ou quoi ,? Comparer kemi à LZ 😡😡😡 ! Foutaises de chez les foutaises !
      Tu auras des problèmes avec ton chéri Aziz .
      Je passais sur mes ” talon ” croc.es

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 semaines

    Qu’est-ce qui n’est pas leurre chez le croc.es de talon et les ruptu..c.ons ?
    – PAG c’est un leurre
    – budget de 2010 milliards , c’est un leurre
    – BOT , c’est un leurre
    – benin , révélé et prospère , c’est un leurre
    Avec eux , c’est leurre , leurre, leurre puissance N
    J’oubliais , ce qui n’est pas leurre , mais réalité, c’est pillage effréné de l’économie du benin et zombification zut talonification des beninois , sans oublier la destruction de leur étalage

  • Avatar commentaire
    Samuel 3 semaines

    une fete de nos enseignants serait vraiment une innovation béninoise. je valide

    • Avatar commentaire
      aziz 3 semaines

      Oui…!!!

      Meme..si on a rien…à leur donner..un simple merci…leur fera du bien

      Ce que yayi a fait à son maitre…de tchaourou..alors…pr..m’a beaucoup touché

      Aussi…jusqu’aux années..1970….la majorité…pour ne pas dire la quasi totalité…de nos enseignants au nord benin…étaient des fons,des adja,des ouéménou et…bizzarement beaucoup de nagot..

      C’est pourquoi…dans..l’instauration..de la nation beninoise…nous les nordistes..nous avons une dette énormes…vis à vis…des gens du sud..

      Je le penses,….je le dis…et c’est la vérité….le azizisme…quoi…!!!

      • Avatar commentaire
        Napoléon1 3 semaines

        Aziz, vous n’avez aucune dette. La Nation béninoise est une et indivisible.

        Dites-vous qu’il y a eu des compatriotes du septentrion à qui le pays doit aussi beaucoup de choses.

        Souvenez-vous Chabi Mama a été Ministre de l’agriculture et de la coopération. C’est à lui que l’on doit les pépinières d’élaboration de ce qui a germé plutard les CARDERS.

        Du reste, le septentrion n’en peut pour rien si le savoir comme la civilisation moderne ont dû d’abord passer par le Midi du Dahomey.

  • Avatar commentaire
    aziz 3 semaines

    moi…j’ai beaucoup de respect..pour tout le corps enseignant (hors mis ceux du supérieure…qui ont prostituer cet enseignement)

    Nos instituteurs,nos profs..dans nos lycées,et colléges..dans des coins réculés du pays…dans des conditions tres difficiles et toujours mal payés….sont à la base..de ce que nous sommes tous devenus

    Il faut beaucoup de considération..pour ce métier ingrat..par nature

    Pourquoi pas…une journée nationale…pour honorer…nos enseignants…grace à qui nous sommes…ce que nous sommes aujoudhui

    J’ai toujours…eu un culte…pour mes maitres…

    Je les recherchais..meme apres leur retraite parfois miséreuse..pour leur faire quelques gestes…des dettes…que je payais ..en quelque sorte

    Au lieu des fetes idiotes..occidentales…et de mimétisme cretins…de fetes de mères ou de père chaque année…je propose…une fete de nos enseigants…ou chacun devait faire un geste à son enseigant

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon 3 semaines

      J’adhère à 100%. Ce sont eux ceux qui maintiennent et passent la connaissance, le savoir et les valeurs (normalement).

      Dès que la révolution béninoise a attaqué ce bastion, qui avait fait la réputation des béninois, partout où ils allaient, la descente aux enfers a commencé.

      Tout ça pour dire que le travail de sape, a commencé à produire ses effets avant TALON.

      L’enseignement (dit) supérieur a depuis produit, la génération qui dirige le Bénin. Avec sa mentalité, ses insuffisances et son goût du vice, des apparences, plutôt que de l’excellence.

  • Avatar commentaire
    Samuel 3 semaines

    ce Rodolphe Sègnanka n’a qu’a se faire foutre; c’est lui qui ment ; 109000fcfa et 121000fcfa c’est une petite somme; s’il ne veut pas il n’a qu’a demissionner de la fonction enseignante ; est ce qu’on l’a oblige a être enseigné. Les gens n’assument pas leur responsabilité. La vie c’est un choix et personne n’oblige personne; Certains sont allés a la fonction publique et ont démissionné et font autre choses aujourd’hui plus rémunérée; Vous n’assez encore rien compris . D’ici peu personne ne vous dira avant que vous n’alliez a la terre; Nous allons revenir a l’experience de la cote d’Ivoire et ici tout fonctionnaire aura son champ; ce serait une exigence; METTEZ VOUS AU TRAVAIL MES CHERS FRERS BENINOIS. NOUS DEVONS FAIRE DES SACRIFICES POUR LA GENERATION MONTANTE. TOUT PASSE DANS LA VIE.ET L’AVENIR EST POUR CEUX QUI SE RELEVE TOT.

    • Avatar commentaire

      MERCI SAMUEL ,j’apprécie bien votre analyse ,mettons nous tous au travail ,j’invite les autres à faire des analyses objectives au lieu de venir barvader,injuruer,raconter leur vie de …………,etc .

      merci samuel .

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR 3 semaines

      Un SM qui apprécie un autre zozo de Samuel dans ces inepties ; peut-être que ce sont les même personnes . Bref
      Et de leur répondre : ” à quoi bon travailler , si c’est pour voir détruire , voler le fruit de leur ouvrage , par des vils individus comme le croc.es de talon et son sbire de toboula

  • Avatar commentaire

    Talon et son gouvernement sont des menteurs. Mais sa va les rattraper tous