Bénin : Le gouvernement continue de faire diversion pour dissimuler ses frasques

Bénin : Le gouvernement continue de faire diversion pour dissimuler ses frasques

Protestations contre la gouvernance Talon au Bénin : Marches du FSP demain

L’information a fait le tour des réseaux sociaux tout au long du week-end et a été relayée par les médias classiques. Elle porte sur des correspondances du secrétaire du gouvernement, adressées aux anciens chefs d’Etat du Bénin.  Cette décision du gouvernement si fortement médiatisée, constitue un acte de diversion qui cherche à détourner l’opinion de sa gestion des affaires très critiquée.

Le gouvernement a trouvé une bonne parade pour détourner l’attention du peuple de ses agissements. Plus particulièrement, de son processus continu de privatisation des entreprises et structures d’Etat.  Pour s’assurer du détournement de l’attention de l’opinion de son processus de concession en catimini aux privés des biens publics, un ensemble de faits sensationnels a été inventorié par des stratèges, qui les injectent dans l’opinion, à une séquence prévue. C’est dans ce sillage qu’il faut comprendre la grande médiatisation des correspondances que le secrétaire du gouvernement a adressées aux anciens chefs d’Etats, notamment : Nicéphore Soglo et les ayants droits du Général Mathieu Kérékou. Le contenu de cette correspondance laisse entendre que ces anciens chefs d’Etat, par erreur produite au service de l’intendance de la Présidence de la république, percevaient doublement des indemnités relatives aux factures d’eau, d’électricité et de téléphone.

Ces correspondances semblent présenter les bénéficiaires comme des jouisseurs de mauvaise  foi, et les livrer ainsi à l’opinion. La surmédiatisation de ces correspondances ambitionne de capter l’attention du public sur ce dossier, et de montrer que l’un des bénéficiaires, notamment l’ancien président Dieudonné Nicéphore Soglo qui est très critique à l’endroit du régime, est loin d’être lui-même un modèle de probité. Le procès sous-jacent qui est fait aux destinataires de ces correspondances, est de dire qu’ils devraient par prédisposition civique et patriotique, signaler ces trop perçus au gouvernement. De telles accusations bien que fondées, si elles sont avérées, cachent en même temps une logique de récupération politique dans le but de faire diversion. Comment comprendre qu’au moment où des correspondances sont adressées à l’endroit de ces deux chefs d’Etat, rien n’est dit sur l’autre ancien président, le plus récent, Boni Yayi.

De sources dignes de foi, le président  Boni Yayi depuis son départ des affaires en avril 2016, soit 18 mois maintenant, n’a jamais perçu d’indemnités. Ce dernier a-t-on appris, aurait adressé deux correspondances aux autorités. L’une au président de l’Assemblée nationale, et l’autre à la présidence de la république. Selon nos sources, l’intéressé n’a reçu aucune réponse jusqu’ici. Et c’est pendant que cet ancien président de la république souffre le martyr de la discrimination du gouvernement actuel, que les projecteurs sont orientés vers les deux autres bénéficiaires, comme pour les livrer au peuple. Le plus grand dividende que le gouvernement veut tirer de cette campagne médiatique, est

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 mois

    La ruse et la rage sont les symboles de gouvernance des ruptu.c.ons .
    Oui on distrait l’attention des beninois sur quelques peccadilles perçues par une ou deux personnes de la république, pour mieux vo.ler , piller le pays Pensant que les beninois gobent leur manœuvre, ces ruptu.c.ons seront surpris