Bénin : « Le gouvernement fait de l’hyper communication autour des subventions » selon A. Amoussou

Bénin : « Le gouvernement fait de l’hyper communication autour des subventions » selon A. Amoussou

Dans une récente interview accordée à la Béninoise Tv, le Sgde la Csa-Bénin Anselme Amoussou est revenu sur la communication outrancière du gouvernement autour des subventions accordées aux syndicats et les exigences des travailleurs pour une année scolaire 2017-2018 apaisée.

« La Cour constitutionnelle donne raison à la Csa-Bénin » selon Anselme Amoussou

Tout n’a pas encore été appréhendé dans le monde syndical par le gouvernement de la rupture et du nouveau départ. Conscient que quelque chose est amorcé depuis l’avènement du régime Talon pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants, l’acteur syndical précise tout de même que l’octroi des subventions aux confédérations ne date pas de ce régime.

Anselme Amoussou a fait observer que c’est depuis les années 1999 sous le président Kérékou que le gouvernement avait décidé d’accompagner les confédérations en les subventionnant d’un montant de 200 millions par an (à toutes les confédérations et non 200 millions par confédération). Il s’insurge contre la médiation de cette subvention que le gouvernement a octroyée aux confédérations. Il estime que le gouvernement est en train de réussir son coup, c’est-à-dire faire de la désinformation.

« Le gouvernement fait de l’hyper communication autour d’un banal positionnement de subventions pour des organisations sociales » a-t-il confié.

Les exigences des travailleurs pour une année apaisée

A ce niveau, Anselme Amoussou demande au gouvernement franc et sincère sur l’application de leur statut particulier. Il affirme que les travailleurs ne veulent pas tout et tout de suite. Il veut un règlement progressif de la question de la formation des enseignants, notamment ceux communautaires contractuels locaux. Que de petits problèmes qui n’ont pas besoin d’aller en conseil des ministres puissent être réglés au niveau sectoriel et que les travailleurs sentent la volonté de discuter et de respecter les engagements.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Tundé 3 jours

    Depuis Kerekou,cette information est cachée a l’opinion. La Rupture c’est la fin des vilaines pratiques obscures. C’est une clarification qui milite pour la bonne gouvernance.