Projet emploi des jeunes au Bénin : Le gouvernement offre 12 véhicules pour le renforcement des activités

Projet emploi des jeunes au Bénin : Le gouvernement offre 12 véhicules pour le renforcement des activités

10 pick-up et deux stations wagon, ces moyens roulants sont remis aux structures qui ont en charge l’exécution du projet emploi des jeunes. C’est le ministre de la fonction publique en personne qui a remis les clés de ces voitures à ces structures.

Bénin – Projet emploi des jeunes : 17.000 bénéficiaires pris en compte

Avec l’appui de la Banque mondiale, le gouvernement de la rupture et du nouveau départ a pu mettre à disposition de ces entités étatiques ces moyens roulants. Toute chose qui faciliterait le suivi et le renforcement des activités. En effet, la ministre de la fonction publique a signifié que la remise de ces véhicules est essentiellement destinée au suivi des activités, des jeunes qui sont en formation.

Selon les autorités, 8 véhicules iront à l’agence nationale pour l’emploi, deux seront réservés au fonds de développement de la formation professionnelle continue, 1 à la direction technique de la formation professionnelle et 1 à l’unité de coordination du projet.

Par ailleurs, le directeur de l’enseignement technique Jean Pierre Yara aperçoit le geste comme une grande responsabilité et s’est engagé à jouer sa partition afin que les fruits puissent tenir la promesse des fleurs.

« C’est un effort à saluer » confie Urbain Amègbédji, directeur de l’agence nationale pour l’emploi (Anpe), qui a exhorté ses collaborateurs de faire un bon usage de manière à ce que les indicateurs et les objectifs puissent globalement être atteints.

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Mati 2 mois

    Mr Léon pourquoi tu est toujours contre le gouvernement ?

    • Avatar commentaire
      Napoléon1 2 mois

      Je ne suis pas contre le gouvernement, je suis contre les actes que l’on pose:

      Quand des populations d’un pays ont souffert de 10 ans de gouvernance calamiteuse Sous Yayi Boni, et que l’on accède au pouvoir avec des promesses que l’on sait, ce n’est pas la solution quand on décide de fermer les sociétés d’Etat pêle-mêle en renvoyant des béninois et des béninoises pères et mères de familles dans le chômage sans rien prévoir qui devait leur alléger le manque à gagner pour entretenir leur famille.

      Ceci parcequ’il ne doit pas y avoir une catégorie de béninois que l’on pourrait laisser pour compte.

      Quand on a accédé au pouvoir avec des promesses de vouloir améliorer la condition de vie des populations, ce n’est pas la solution quand on commence par casser les petites commerces de nos mères, de nos tantes et de nos soeurs, avec lesquelles elles ont élevé des générations entières dans ce pays, sans leur procurer une compensation de vie, comme si brusquement le Bénin n’est plus leur pays.

      Les déguerpir pour qu’elles aillent aller où? A-t-on bien pensé tout cela?

      Renforcer les activités des structures qui ont en charge la promotion de l’emploi des jeunes ne passe pas nécessairement par l’acquis des véhicules de hautes gammes à des coûts faramonieux (les Pick-ups et autres).

      Si l’on voulait vraiment satisfaire à cette cause, l’on pouvait injecter d’abord tout ce fonds dans la réalisation de beaucoup d’emplois aux jeunes. Et quand ces emplois commenceront à générer des fruits voire des bénéfices (c’est à dire les impôts et autres contributions à l’Etat) on pourra en servir pour Petit à Petit améliorer les conditions du travail à ceux qui ont ces structures en Charge.

      Mettre, pour ainsi dire la charrue devant les boeufs, et sachant bien que ce faisant, ce n’est pas la cause que l’on sert, mais que l’on dilapide des Fonds pour satisfaire les intérêts égoistes des amis et des copins.

      C’est contre cela que nous sommes.

      Au Bénin l’on a pas besoin de tout cela dans un premier temps avant d’améliorer la condition de vie des gens. Il faut savoir gérer avec le peu de ressources que l’on a.

      Moi j’ai commencé à travailler au Dahomey á pied dans la fonction publique. Les Premiers directeurs des secteurs agricoles au Dahomey n’avaient ni Velo ni moto. On marchait à pied de contrée à contrée après avoir passé la nuit dans le village d’à côté. C’est ce travail des Pioniers qui a généré les structures d’aujourd’hui les CARDERS et autre que le Gouvernement Talon vient de supprimer.

      Dans les pays mille fois plus riches que le Bénin, l’Etat procède par sobrété: Ainsi les députés, les hauts fonctionnaires n’ont droit à aucun moyen particulier de locomotion pour le Service. Les députés, les hauts Cadres vont á pied, à Velo au parlement et à leur fonction.

      Mains dans un pays aussi Sous-développé comme le Bénin, tous les députés ont exigé et ont eu des véhicule Pick-Up et autres á leur utilisation privée aux frais de l’Etat. Ils ont droit à résidence et au personnel de maison aux frais de l’Etat.

      C’est ce qui nous tue au Bénin. Et c’est ce qui bloque l’avancement du pays.

      Car nous employons le peu de ressources à notre disposition pour la consommation de satisfaire le besoin de quelques gens et non pour la production pour satisfaire les besoins du plus grand nombre.

      C’est contre cela que je suis.

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 2 mois

    C’est cela la ruse de cette bande de pilleurs.

    Emploi des jeunes: Est-ce vraiment des Pick-Ups des véhiculea acquis à grands coûts que vont manger les jeunes sans emplois? Que font ces structures pour les jeunes et qui nécessitent des véhicules de cette haute gamme? Combien de jeunes sur les milliers du pays béneficient de leur engagement. Que rapporte-il à chacun des jeunes gens. Le public n’a t-il pas droit à y voir clair?

    On crée des structures qui servent de paravants aux gaspillages, à la gabegie et au détournement des derniers publics, sans compte-rendu et sans contrôle et encadrement.

    Ce sont là les crimes que commet ce Gouvernement.

    Même si des organisations étrangères mettent des Fonds à la Disposition du pays, l’on s’arrange à générer des dépenses inutiles bugetivores qui engloutissent les 3/4 des fonds et il n’en reste qu’un résidu infirme pour le projet initial.

    Ainsi va le Bénin.

    Une Chose est sûre, ce n’est pas pour que les amis, les copins et copines puissent disposer des véhicules de complaisance que des organismes étrangers fournissent des aides à notre pays.

    Pour promouvoir des activités pour la masse des jeunes en chômage, doit on commencer par l’achat des véhicules?

    Cela n’a rien de commun avec la Promotion de l’emploi des jeunes.

    Vous êtes sans ressources pour oofrir un avenir meilleur à votre jeunes, mais le peu que les pays donnateurs vous offrent, vous les employez pour satisfaire des besoins luxueux de quelques gens.

    Pauvre Bénin.