Bénin : Point sur le démarrage de la rentrée scolaire

Bénin : Point sur le démarrage de la rentrée scolaire

Le lundi 18 septembre 2017 est la date prévue pour la rentrée des classes sur toute l’étendue du territoire nationale. Elèves et enseignants ont donc hier sacrifié à la tradition, mais certains n’ont pas encore démarré les cours à cause de quelques dysfonctionnements.

Bénin: Les Ace en sit-in ce jour au Mestfp et au Mef

Comme l’a dit Vissio « pendant deux lunes toute entière la petite école a dormi (…) c’est la fin des belles vacances, c’est l’école qui recommence ». Ainsi, l’école a rouvert ses portes hier lundi 19 septembre 2017 pour les apprenants béninois. Elèves et enseignants ont renoué avec le chemin des classes sur toute l’étendue du territoire national.

Après un passage à Cotonou et Calavi, on constate que certains établissements ont effectivement démarré avec les cours. C’est le cas surtout des établissements privés tels que le complexe scolaire ‘’Vihoutou’’ dans la commune d’Abomey-Calavi, où les élèves ont renoué avec les activités pédagogiques. Le même constat est fait aux complexe scolaire ‘’Notre dame de laurette’’, ‘’st Jean Eudes’’ d’Agla et autres. S’agissant des établissements publics dont le Collège d’enseignement général (Ceg) de Houéyiho, le Ceg ‘’Les Pylônes’’, le Ceg ‘’Kouhounou-Vedoko’’, le Ceg 1 d’Abomey-calavi, certains enseignants agents permanents d’état et agents contractuels de l’état effectuent déjà le premier contact avec leurs élèves. Néanmoins, on note encore la présence de nombreux élèves dans la cour desdits établissements.

Ce qu’explique Laurent koumako, surveillant général du Ceg Houéyiho par ces termes : « En ce qui concerne les élèves qui ne sont pas dans les classes, certains sont des nouveaux dont les transferts sont en train d’être effectués. Les autres sont ceux dont les cours doivent être donnés par les enseignants vacataires. ». Selon une décision gouvernementale, les vacataires disposent jusqu’à la fin du mois de septembre 2017 pour entrer en possession de leurs emplois du temps. Les raisons de la présence d’élèves dans les cours ne sont pas les mêmes partout.

A l’école primaire publique Quartier B, Bouté Kegnide la directrice dit : « Les élèves sont dans la cour parce que nous sommes confrontés à une situation de manque d’enseignants. Nous ne sommes que deux et nous ne pouvons pas gérer toutes les six classes ». La directrice déplore cette situation et espère que d’ici la fin de la semaine de nouvelles affectations seront faites au profit de son école, pour qu’enfin les cours puissent effectivement y démarrer. En dépit de ces quelques dysfonctionnements à certains niveaux, apprenants et enseignants ont répondu présent à l’appel

Isaac Ahivodji constate l’effectivité de la rentrée à Cotonou

A la tête d’une délégation de la municipalité de Cotonou, le troisième adjoint au maire en charge des affaires scolaires et sociales Isaac AHIVODJI, a effectué lundi 18 septembre 2017 jour de la rentrée scolaire 2017-2018, une tournée dans certaines écoles situées sur le territoire de Cotonou. Objectif : constater de visu l’effectivité de la rentrée des classes et s’enquérir des difficultés auxquelles sont confrontés les responsables d’établissements.

Accompagné pour la circonstance du Directeur Départemental des enseignements maternel et primaire, du Chef Service Examen et Concours et des cadres de l’administration municipale, le troisième Adjoint au Maire de Cotonou Isaac AHIVODJI et sa suite ont sillonné de nombreux établissements scolaires de la ville de Cotonou. De l’école primaire publique Nouveau Pont dans le 5e arrondissement à l’EPP Yèmicodji dans le 12e arrondissement, en passant par l’EPP Finagnon au 1er Arrondissement, le constat est le même. La rentrée des classes est effective. Les cours ont même commencé au niveau de certains établissements.

Cette tournée a permis aux autorités municipales de faire quelques constats sur le terrain. Entre autres, on peut citer la détérioration de certaines infrastructures scolaires rendant difficiles les conditions d’étude, et l’insuffisance en personnel enseignant. Face à ces constats, les autorités municipales ont promis tout mettre en œuvre pour que des solutions urgentes soient trouvées. Cette diligence vise à mettre les apprenants dans les conditions requises pour garantir de bons résultats en fin d’année. Ainsi, les écoliers et enseignants de plusieurs établissements primaires dont l’EPP Nouveau Pont, peuvent se réjouir car la reconstruction de leurs salles de classes et de la clôture de l’établissement endommagée, sera bientôt une réalité. Pour le troisième Adjoint au Maire, l’accompagnement de la municipalité de Cotonou ne fera pas défaut. L’autorité municipale n’a pas manqué d’exhorter les apprenants au travail bien fait afin de permettre à la commune de Cotonou d’enregistrer de meilleurs résultats aux différents examens. Pour finir, le troisième adjoint s’est séparé des enseignants et apprenants en les invitant à amorcer l’année scolaire sous de bons auspices.

Faute d’enseignants, le démarrage des cours traine dans le Mono

La rentrée scolaire 2017-2018 est effective dans le département du Mono. Pour le constater, le préfet du Mono, Komlan Séna Sedzro Zinsou et les directeurs départementaux en charge des enseignements maternel primaire et secondaire, ont effectué une tournée dans certaines communes ce lundi 18 septembre 2018. Les écoles et collèges de Lokossa, Houéyogbé et Bopa, ont reçu la visite du préfet du Mono, Komlan Séna Sedzro Zinsou, au cours de cette première journée de reprise des classes. L’objectif de cette descente est de constater l’effectivité de la réouverture des classes dans les communes du Mono. Mais l’autorité préfectorale s’est rendue à l’évidence durant sa visite, de la timide reprise des cours, faute de personnel enseignant, notamment dans les écoles primaires et publiques. Du côté des établissements secondaires, l’heure est encore aux inscriptions. M. Rodolphe Godovo, directeur départemental des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle du Mono, s’est rendu quant à lui dans les établissements des communes d’Athiémé, Comé et Grand-Popo, pour le même exercice. Il faut souligner qu’aucune disposition n’a été prise en amont pour accueillir les élèves dans le meilleur cadre d’apprentissage possible, car partout les écoles et collèges sont en proie à l’insalubrité et aux mauvaises herbes.

Le préfet du Mono a invité les directeurs des écoles visitées à tout mettre en œuvre pour le démarrage effectif des cours dans un bref délai, avant de leur rappeler de recenser leurs besoins et difficultés afin qu’ils soient étudiés et satisfaits.

Commune de Ouaké : Les enseignants boycottent la rentrée

Les cours n’ont pas repris dans les établissements scolaires de la commune de Ouaké, située dans le département de la Donga, comme dans d’autres endroits du pays. Les enseignants de cette localité ont décidé tout simplement de ne pas se rendre en salle et de commencer une grève de 72 heures pour compter de ce 19 septembre 2017. Cette décision a été prise lors d’un sit-in organisé par ces derniers dans l’enceinte de leur circonscription scolaire, juste après les cérémonies d’usages consacrant le démarrage des cours. Ils affirment avoir été victimes d’injustices dans le paiement des primes de rentrée. Selon eux, leurs collègues des autres communes auraient perçus régulièrement et à bonne date leurs primes, pendant qu’eux n’ont rien reçu. Pour ce fait, ils exigent du gouvernement le paiement sans délai desdites primes. Autrement, la grève de 72 heures déclarée juste à l’entame de l’année scolaire sera tacitement reconduite pendant toutes les semaines jusqu’à satisfaction totale

Commentaires

Commentaires du site 0