Bénin : Les syndicats exigent la libération de Trèkpo et de Akiyè

Bénin : Les syndicats exigent la libération de Trèkpo et de Akiyè

Les secrétaires généraux des confédérations et centrales syndicales, ont fait une déclaration commune hier, jeudi 07 septembre 2017, pour se prononcer sur la mise aux arrêts de rigueur du secrétaire général du Synapolice, Clément Akiyè, et récemment du secrétaire général du Syna-Efc, le capitaine Patrice Trèkpo.

Bénin : Les forestiers veulent la libération sans conditions de Patrice Trèkpo

Ils dénoncent la violation des libertés syndicales, et exigent la libération pure et simple de ces derniers. Lire l’intégralité de leur déclaration

Déclaration sur la situation récurrente de violation du droit syndical au sein des corps paramilitaires

Le renouveau démocratique sera bientôt trentenaire dans notre pays. Le droit syndical est un acquis démocratique consacré par la loi fondamentale du 11 décembre 1990. Faut-il rappeler que le Bénin a ratifié les Conventions fondamentales de l’Organisation Internationale du Travail notamment celles relatives à la liberté syndicale et au droit syndical !

Ce rappel est fait pour montrer que notre pays est connu en Afrique et dans le monde entier comme un pays de droit et de liberté. Mieux, le droit syndical même encadré est reconnu aussi bien aux personnels de la Police Nationale, de la Douane et des eaux et Forêts du Bénin. (Confère loi n°2015-20 du 19 juin 2015 portant statut spécial des forces de sécurité publiques et assimilées).

Nous ne comprenons donc pas les mesures de représailles qui s’abattent depuis quelques temps sur les responsables syndicaux des forces paramilitaires qui exercent en toute légalité un droit que les textes de la République leur confèrent. La hiérarchie militaire ignore-t-elle que les forces de sécurité et assimilées sont encore républicaines dans notre pays ?

Hier c’était le camarade AKIYE Clément Secrétaire Général du SYNAPOLICE, victime d’une mise aux arrêts de rigueur de façon tout à fait rocambolesque dans une procédure ubuesque dénoncée par l’ensemble des organisations syndicales. Aujourd’hui, c’est sur le capitaine TREKPO Patrice, Secrétaire Général par intérim du Syndicat National des eaux et Forêts que s’abat l’arbitraire que l’on érige progressivement en norme dans la gouvernance actuelle de notre pays.

Ce qui est reproché à ces deux responsables syndicalistes, c’est d’avoir joué le rôle qui leur est dévolu par le mandat qu’ils ont reçu en tant que défenseurs des droits des travailleurs. Les deux camarades, après avoir épuisé les voies de recours à l’interne pour obtenir satisfaction des revendications légitimes et justes maintes fois ressassées, ont choisi de faire des dénonciations publiques médiatisées conformément aux lois de la République. Les sorties médiatiques de ces camarades portent effectivement sur la défense des intérêts moraux, matériels des militants et militantes de leurs organisations syndicales. En dénonçant, preuve à l’appui, les errances de gouvernance et de gestion dans leur secteur respectif, ils n’ont fait que préserver les intérêts du peuple béninois tout entier.

Les confédérations et centrales syndicales signataires de la présente déclaration, au regard de ce qui précède, attirent l’attention de l’opinion publique sur les évidences suivantes :

Les mesures de mise aux arrêts infligées aux camarades secrétaires généraux du SYNAPOLICE et du SYNA-EFC ont illégales, arbitraires, abusives et indignes d’un Etat de droit ;

Les restrictions d’acquis démocratiques tendent à se multiplier dans notre pays depuis l’avènement du régime de la rupture. D’un côté des interdictions de marches pacifiques, et d’associations estudiantines, de l’autre, des arrestations injustifiées de leaders syndicalistes agissant dans le cadre de leur mandat syndical ;

Le silence du gouvernement face à la liberté que prend la hiérarchie militaire avec les libertés syndicales chèrement acquises s’apparente à une caution donnée à l’arbitraire et au saccage de la démocratie béninoise.

La CSA-Bénin, la CGTB, la COSI-Bénin, l’UNSTB, la CSUB et la CSPIB dénoncent cette attitude irresponsable d’un gouvernement dont les actes rassurent de moins en moins les forces sociales sur sa volonté réelle de préserver l’état de droit et les acquis démocratiques.

Cette situation n’est pas de nature à faciliter le dialogue social nécessaire à une gouvernance apaisée au service du bien-être commun.

Les organisations syndicales signataires de la présente déclaration exigent la libération pure et simple des camarades Secrétaires Généraux du SYNAPOLICE et du SYNA-EFC.

Elles rendent responsables le gouvernement et les auteurs de ces abus, des conséquences qu’engendrerait leur silence. Elles appellent les forces sociales et syndicales à la mobilisation contre les dérives totalitaires de plus en plus fréquentes dans notre pays.

Ont signé

CSA-BENIN                                      CGTB

Anselme AMOUSSOU              Moudassirou BACHABI

Secrétaire Général                Secrétaire Général

COSI-Bénin                                      UNSTB

Noël CHADARE                      Désiré SEMEVO

Secrétaire Général            Secrétaire Général Adjoint

CSPIB                                                  CSUB

DOVONON Christophe          HOUESSIONON Christophe

Secrétaire Général                      Secrétaire Général

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 3 mois

    Mise à pied, si la hiérarchie l’estime nécessaire oui; pour avoir transgresser la discipline. Mise aux arrêts, l’intention qui transparaît est celle de réduire au silence.

    On ne joue plus dans la même cour

  • Avatar commentaire
    ADISSA 3 mois

    Le syndicalisme n’est pas de l’anarchie. On ne vient pas insulter publiquement son Chef et le traiter d’incompétents encore c’est un corps paramilitaire. Il faut qu’on réclame dans la discipline et le respect des règles établies. Vous pouvez avoir raison mais quand vous y prenez de façon maladroit cela se retourne contre vous.

  • Avatar commentaire
    Tchité 3 mois

    Hontes aux fossoyeurs des nos lois, nos acquis de liberte’, et surtout honte aux gouvernants qui baffouent tout ou laissent faire.

    Le peuple doit prendre ses responsabilite’ ec face de telles situation qui n’honnorent guerre le vaillant peuple Beninois.

  • Avatar commentaire
    Bossouko 3 mois

    Essé icko n’a pas signe parce qu’il ne fait pas du conformisme. il a une vision dans la tête . si un paramilitaire enfreins a la réglementation de la hiérarchie il sera tapé dans le dos . la-bas c’est l’ordre . ce n’est pas parce qu’on est syndicaliste qu’il faut pas respecter les règles de la déontologie militaire.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 mois

    Essé icko pourquoi ton syndicat n’est pas signataire ?
    Toi laourou de la douane , Avec ça tu peux maintenant avoir le courage de dénoncer ce que le croc.es de talon fait du côté de la douane en siphonnant avec son pvi les recettes de la douane