Cantines scolaires au Bénin : Des établissements publics contraints d’attendre

Cantines scolaires au Bénin : Des établissements publics contraints d’attendre

Contrairement à ce qui se dit, toutes les écoles publiques du Bénin ne bénéficieront pas systématiquement des cantines scolaires gouvernementales pour le compte de la rentrée scolaire 2017-2018.

Bénin: Les premiers fruits des réformes du ministre Karimou Salimane

C’est le ministre de l’enseignement maternel et primaire, Salimane Karimou, qui l’a fait savoir hier dimanche 10 septembre 2017, sur l’émission ‘’zone franche’’ de la télévision privée Canal3 Bénin. Occasion pour expliquer aux acteurs de l’école et parents d’élèves, que l’objectif de cette réforme est de rehausser le taux de couverture desdites cantines.

51%. C’est le taux de couverture des cantines scolaires que le gouvernement veut atteindre d’ici 2021. Annoncée avec beaucoup de fanfares et relayée par la presse béninoise,  l’ouverture de ces cantines scolaires ne sera malheureusement pas effective dans tous les établissements publics du Bénin, pour la rentrée scolaire 2017-2018.

Cette information a été rendue publique hier dimanche 10 septembre 2017, par le ministre de l’enseignement maternel et primaire, Salimane Karimou, sur l’émission ‘’zone franche’’ de la télévision privée Canal 3 Bénin. Donnant les raisons de cette situation, le ministre a fait savoir que cette réforme vise simplement à rehausser le taux de couverture des cantines scolaires gouvernementales au Bénin, qui poursuit-il, tourne actuellement autour de 30%.

« L’engagement que le gouvernement a pris est de rehausser tout au moins le taux de couverture actuel », a-t-il précisé. Mieux, argue-t-il, cela est prévu dans le Programme d’actions du gouvernement (Pag). Conscient que toutes les écoles du Bénin ont droit à une cantine scolaire, le ministre a fait savoir qu’une politique en la matière est mise en place pour qu’avant 2021, cette ouverture soit effective dans toutes les écoles publiques.

« Nous avons encore environs 1400 écoles à créer. Et nous allons le faire avant la fin du quinquennat », a souligné le ministre. Abordant les critères qui conditionnent la création d’écoles à cantine, il a mis l’accent sur les plus essentiels. A l’en croire, il faut que l’école soit dans une zone reculée et difficile d’accès. De plus, elle doit avoir un faible effectif d’apprenant, pour pouvoir encourager les écoliers à venir au cours a laissé entendre Salimane Karimou.

« Nous avons fait la politique du choix des écoles frontalières, pour maintenir nos enfants ici, parce que les Etats frontaliers du Bénin essayent de créer des cantines scolaires pour appâter nos apprenants », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, il a fait remarquer que c’est le Programme alimentaire mondial (Pam) qui est l’organisme retenu pour accompagner l’Etat dans son projet, avant d’indiquer que cet accompagnement se fera durant le temps que va durer ce projet, (jusqu’en 2021). Expliquant le choix de cet organisme, Salimane Karimou a fait observer que le Pam a une expérience en la matière.

« Après une étude sur comment fonctionnent les différentes structures dans le domaine, nous nous sommes rendu compte que le Pam est la structure la mieux organisée. C’est comme cela que nous avons décidé de transférer les ressources au Pam…», a-t-il expliqué

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 2 mois

    Les ruptu.c.ons et leur chef sont toujours dans des effets d’annonce pour le grand public , alors qu’eux mangent de “gré à gré sous abris ; les gloutons malhonnêtes

  • Avatar commentaire
    Ren 2 mois

    Celui qui a écrit l’article était probablement dans un trou. Il n’a jamais été dit que les cantines scolaires couvraient toutes écoles publiques.