Subventions aux établissements publics : Une mesure salutaire de la rupture

Subventions aux établissements publics : Une mesure salutaire de la rupture

Dans le souci de permettre aux établissements publics de faire face efficacement aux dépenses des trois premiers mois de l’année scolaire, le gouvernement a décidé de mettre des fonds à disposition du Ministère concernés.

Libertés sur les réseaux sociaux au Bénin: Le régime Talon n’a pas violé la constitution

Une décision qui vient à point nommé eu égard aux difficultés que rencontrent lesdits établissements en début d’année. Les directeurs des établissements publics peuvent se réjouir en cette veille de rentrée scolaire.

En effet, le gouvernement lors du conseil des ministres du 30 août 2017, a décidé de mettre respectivement au profit du Ministère des enseignements maternel et primaire et du Ministère des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle, les sommes de 1 597 500 000Fcfa et 770 250 000 Fcfa. Une décision qui vient accorder du crédit à certains engagements pris par le gouvernement.

Il avait en effet promis à la fin de l’année scolaire écoulée, mettre des fonds à la disposition des écoles publiques, afin de leur permettre de faire face aux dépenses des trois premiers mois de l’année scolaire à venir. Lequel engagement a été honoré au regard de cette décision. Une initiative nouvelle dans le secteur de l’enseignement, qui a toujours reçu lesdites subventions des mois après l’entame des cours. Loin de faire l’apologie du régime, cette décision, est opportune dans la mesure où ces établissements publics sont souvent confrontés à des problèmes de matériels didactiques et autres. Ces sommes permettront aux directeurs des différentes écoles publiques du Bénin, de faire face efficacement à leurs problèmes. Cette mise à disposition en amont des subventions aux établissements publics, traduit la volonté du gouvernement d’avoir à nouveau pour l’année scolaire 2017-2018, de bons résultats en fin d’année.

Laquelle volonté doit aussi être perceptible dans d’autres dossiers et secteurs, pour un essor réel du Bénin. La question qui préoccupe et qui mérite d’être posée, est de savoir si les fonds mis à disposition ne seront pas destinés à d’autres fins. A cette préoccupation, la bonne foi des directeurs est interpellée pour que les fruits tiennent la promesse des fleurs

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire
    CODJO ATAKOUN 2 mois

    Le problème, c’est surtout le circuit qu’empruntera cet argent une fois débloqué car comme des intermédiaires, chacun voudra prendre sa part et les écoles publiques n’en auront qu’une toute petite part. Les bonnes intentions n’aboutiront pas à cause du problème endémique des détournements d’argent public. Osons croire que le gouvernement suivra de près cet investissement en faveur des écoles publiques.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 2 mois

    Poudre aux yeux , ici encore la ruse pour endormir les syndicats de l’enseignement alors que leurs revendications ne sont pas satisfaites

    • Avatar commentaire
      Pacha 2 mois

      Vous faites preuve demauvaise foi, là !

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR 2 mois

        Oh! Pacha , le médicament pour me soigner s’appelle : ” ruptu.c.ons dehors “

        • Avatar commentaire
          Chrystelle 2 mois

          Oumar il faut rester dans tes rêves. il fera les 5ans et si tu ne sais pas les 10ans tu n’auras q tes beaux yeux pour pleurer;

          • Avatar commentaire
            OLLA OUMAR 2 mois

            Christelle toi là , va faire des Clinton à Aziz , ainsi ta bouche aurait servi à quelque chose .