Zoom sur le métier de démarcheur à Cotonou : Quand l’informel devient incontournable

Zoom sur le métier de démarcheur à Cotonou : Quand l’informel devient incontournable

Les agents immobiliers, communément appelés ‘’démarcheurs’’, sont depuis de nombreuses années à Cotonou, une passerelle incontournable entre chercheurs de logements et propriétaires.

PVI – Bénin Control : La Douane revient en partie à la charge

Toujours au courant des moindres opportunités de location dans la ville et ses environs, ils offrent à leurs clients un service que d’aucuns qualifieraient d’efficace et de rapide. Désormais, presque plus de location sans passer par eux.

Considérés comme des intermédiaires entre les futurs locataires et leurs propriétaires, les agents immobiliers communément appelés ‘’démarcheurs’’, constituent des acteurs clés dans la recherche de logements à Cotonou. Tels des fonctionnaires, ils sont quotidiennement à leurs postes, déjà à partir de 08 heures. Au quartier Fidjrossè, on les trouve généralement à la place du calvaire. A Vodjè, ils se rassemblent devant la pharmacie située dans la deuxième rue après le complexe ‘’Clé de la réussite’’.

En contact avec plusieurs propriétaires qui souhaitent mettre en location leurs chambres ou maisons et disposant de contrats avec ces derniers, ils prennent les clés des chambres à louer qu’ils font visiter aux clients. De nombreuses chambres de diverses caractéristiques peuvent ainsi être visitées par le client qui pourra choisir celle qui lui plaira.

Pour George Agossa, démarcheur à Cadjèhoun cette façon de faire permet au démarcheur de varier sa chance afin de vite trouver de preneurs pour ses chambres à louer. Elle est toute aussi utile pour le client. Elle lui permet de faire un bon choix dans la diversité des chambres proposées. Ce que confirme Elie Agbogba en ces termes : « Moi, je suis satisfait du service de ces démarcheurs parce qu’après avoir visité deux différentes chambres en location qui ne m’ont pas plu, la troisième répondait totalement à mes préférences ».

Leur talon d’Achille, l’informel

Bien que leurs services soient appréciés par beaucoup de béninois pour leur promptitude à trouver des locations à leur client, les démarcheurs ont aussi leurs caprices.

« Les démarcheurs sont dans l’informel et sont libres de faire ce qu’ils veulent, ils n’ont de compte à rendre à personnes par rapport à la qualité de leurs prestations. » conteste Nadine HOUESSINON, gérante de l’agence immobilière ‘’Katek Immo’’.

En effet, pour faire visiter au client les trois premières chambres, certains démarcheurs exigent une somme de 2000 fCFA pour le déplacement. De même, il est exigé du client, avant son aménagement dans la chambre, quelques mois de loyer d’avance. D’autres démarcheurs se font doublement payés en percevant un mois de loyer qui leur revient chez le client puis un autre mois sur l’avance reçu par le propriétaire.

Mais comme tout métier, celui des démarcheurs a aussi ses revers. « Il arrive des jours où on dépense énergie, crédits, essence et argent pour le compte d’un client mais on ne gagne en fin de compte rien parce que le client n’avait aucune somme sur lui ou il n’avait pas retrouvé ce qu’il cherchait. », explique Joseph Alignito, démarcheur a Fidjrossè-calvaire.

Quoi qu’il en soit, les démarcheurs semblent incontournables à Cotonou car même des propriétaires s’adonnent à ce métier. Rodrigue Amoussou, un citoyen rencontré par LNT en a fait les frais. Ne voulant pas passer par un démarcheur, il a cherché lui-même sa chambre mais a dû payer la part revenant au démarcheur car son nouveau propriétaire l’a exigé prétextant qu’il était lui-même son propre démarcheur. Avec le développement de ce secteur informel il est bien nécessaire que les autorités puissent réglementer cette activité pour le bien être des locataires.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    come 2 semaines

    Il est important de mettre de l’ordre car il y a trop d’abus dans ce milieu. Démarcheurs et propriétaires sont tous des requins.