Association béninoise du droit constitutionnel : Procès de la gouvernance Talon

Association béninoise du droit constitutionnel : Procès de la gouvernance Talon

Il y avait du monde ce jeudi 5 octobre 2017 à la salle de conférence du centre de documentation et d’information juridique de la Cour d’appel de Cotonou.

Atelier de l’Abdc sur « La justice et les citoyens »: Pour une justice béninoise au service des justiciables

En dehors des quatre communicants : Me Huguette Gnacadja et les honorables Eric Houndété, Orden Alladatin et Valentin Djenontin, il y avait aussi le modérateur et président de l’ABDC, Pr Frédéric Joël Aïvo, et des centaines de participants.

Le thème : « la démocratie béninoise à l’ère des antagonismes politiques : comment faire grandir la démocratie dans la divergence et l’apaisement » ?, a juste servi de prétexte aux participants pour faire le procès du régime Talon.

Me Huguette Bokpè Gnacadja a présenté la situation de la vie politique au Bénin depuis l’alternance politique d’avril 2016. Elle a fait remarquer que : « la vie politique est animée sans répit par les partis politiques… le débat politique contribue à l’enracinement de la démocratie ». La présidente de Wildaf a proclamé la déchéance des formations politiques. Remettant ainsi en cause la possibilité d’un regroupement politique. Etant donné que tous les partis aujourd’hui ont perdu de leur superbe. Elle a fait le constat du rejet des partis politiques par les citoyens, un véritable problème qui peut être source de divergences.

L’He Valentin Djénontin estime qu’il existe des faits et des actes qui constituent des menaces à la paix. Il a cité entre autres : le refus de la différence qui se manifeste par le rejet du point de vue de la minorité, et l’aliénation des libertés constitutionnelles des citoyens. Il relève ainsi une grande régression sous le régime de la rupture, et illustre ses propos par des cas de détention abusive des responsables syndicaux, des « lignes rouges tracées » à Cotonou, la traque des hommes politiques et des opérateurs économiques, etc. Orden Alladatin objecte ces constats de son collègue député Djènontin.

Pour le membre de la commission des Lois au parlement, les difficultés auxquelles le pays fait face aujourd’hui, sont dues en grande partie à la gestion catastrophique des affaires par l’ancien régime. Le député de Cotonou a donc pour l’essentiel rejeté en bloc les griefs formulés à l’endroit du régime, trouvant que les conditions d’une cohabitation apaisée sont actuellement réunies. Une assertion qu’Eric Houndété 1er Vice-président de l’Assemblée national, a relativisée. Lui qui trouve que « la situation du pays n’est pas encore alarmante, mais qu’il existe des signaux pouvant si rien n’est fait, conduire le pays au chaos ». Il a reconnu qu’il y a des inquiétudes et de grandes inquiétudes aux plans politiques et économiques ».

Eric Houndété a aussi reconnu que le Bénin a connu par le passé des situations pires. Mais que le pays a heureusement toujours su trouver des moyens de surmonter ces situations difficiles. C’est ce qu’il a appelé : « la magie de la démocratie béninoise ». Les échanges qui ont suivi ces communications ont constitué l’occasion pour la majorité des participants de faire des témoignages à charges à l’endroit du régime de la rupture. Que ce soit les universitaires, les syndicalistes, les représentants des OSC, des leaders de partis et de mouvements politiques, des journalistes, etc., nombreux sont ceux qui estiment que la gestion des affaires par le régime actuel est sujette à caution et une véritable source d’inquiétude.

Le modérateur et président de l’ABDC, Pr F. Joël Aïvo avait ouvert la séance avec la joie d’avoir rassemblé autant de personnalités pour réfléchir sur ces sujets préoccupants. Les entretiens politiques sont une initiative de l’ABDC avec le soutien de la Fondation Hanns Seidel

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    virgile 2 semaines

    EKOLLE quand on lit votre article où se trouve le procès du régime Talon? Soyons un peu sérieux lorsque nous voulons informer. Moi j’ai suivi l’élément à la télévision et bien compris le contenu. Mais curieusement en vous lisant je constate que le Titre que vous avez donner à l’article ne reflète pas son contenu.