Bénin : Azannaï – Nobimè, un divorce consommé

Bénin : Azannaï – Nobimè, un divorce consommé

Invité sur la chaîne canal 3, Patrice Nobimè prend acte de son exclusion et fustige l’attitude autocratique de Candide Azannaï. Son exclusion estime-t-il, montre combien de fois les partis politiques sont gérés comme des entreprises privées.

Bénin : Le parti Restaurer l’Espoir tient un congrès ordinaire demain

L’honorable semble ne rien se reprocher et croit avoir des principes qui font de lui un homme libre. « Je prends acte de cette décision et je refuse le grief qui parle d’insubordination. Vu mon rang social, ce mot est suffisamment grave. Je n’ai jamais été écouté par le bureau politique. Mes positions montrent que je suis un homme libre.».

Par rapport à son vote en faveur de la prise en considération du projet de révision de la constitution, le député Nobimè estime que la dernière sortie de son parti avant le vote n’était pas une protestation contre le projet en lui-même, mais pense que la lettre du gouvernement qui demandait une procédure d’urgence du texte n’était pas nécessaire parce qu’une session extraordinaire avait cours. Le parti Restaurer l’espoir a supporté et suscité la candidature de Monsieur Patrice Talon pendant la campagne de ce dernier. Il avait annoncé les réformes, et une fois au pouvoir il les a mises en application. Pour l’honorable, opposition comme mouvance sont conscientes des difficultés, mais celles-ci sont inhérentes aux réformes.

Par ces explications, le député du Parti Restaurer l’Espoir conteste son exclusion du parti lors du 3e congrès extraordinaire du vendredi 6 octobre à Abomey. Il dénonce la caporalisation du parti par les dirigeants qui décident unilatéralement et selon leurs humeurs de qui peut rester dans le parti. Il s’est indigné contre la procédure ayant conduit à son exclusion et a estimé que même si cette décision est prise lors du congrès, il fallait d’abord que le bureau politique se prononce avant que le congrès ne décide en dernier ressort. L’He Nobimè dans sa posture de contre-attaque ne semble avoir choisi que les aspects qui l’arrangent. Il ne s’est pas prononcé suffisamment sur son insubordination caractérisée par les positions contradictoires qu’il prend au sein de l’hémicycle en contredisant ouvertement le secrétaire général du parti Guy Mitokpè.

Dès lors, le député ne devrait s’en prendre qu’à lui-même. Même si on doit parler de la divergence de vue au sein du parti, cela ne devrait pas conduire un cadre du rang d’un député à exposer le parti au ridicule à travers des actes d’ignominie. Par ailleurs, en parlant de la démission du président du parti du gouvernement pour laquelle il n’a pas été contacté à l’avance, le député a toujours une marge de manœuvre. Soit il demeure membre du parti malgré les tares constatées, soit il démissionne parce que n’épousant plus les orientations du parti. Des griefs à l’endroit des dirigeants du parti, c’est compréhensible. Mais dire qu’un cadre du parti devrait agir comme bon lui semble parait discutable, et chaque parti a son idéologie

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 2 mois

    @Aziz,

    nous nous unissons toujours. Sauf les peuhls veulent faire le séparatisme.
    Partout où ils traversent Avec leurs bétails, ils tuent nouvellement les pauvres les pauvres paysans à coup de “Kalachinov” piétinent leurs récoltes et produits vivriers et s’en vont.

    Pour le peuhl, c’est lui ou c’est personne.

    C’est un comportement associal, n’est-ce pas?

  • Avatar commentaire
    joeleplombier 2 mois

    Monsieur Nobime ; et la discipline du parti. Quand on a pris sa carte pour se faire élire député sous la bannière d’un parti, on respecte les règles.
    Pourquoi vous vous étonnez de votre exclusion??? Manger encore jusqu’en 2019 et surtout mettez de l’argent de côté. Votre carrière politique prendra fin lors des prochaines législatives. Pauvre de vous.

    • Avatar commentaire
      aziz 2 mois

      Joe..je ne partage..pas ton avis..

      Ce nobimé..originaire de godomez…dépend de son électorat…à ce que je saches

      La const..de 1990…a montré ses limites..par la force de la dialectique..des choses..

      Elle ne correspond..plus à l’évolution..des choses et des ^pratiques dans notre pays..

      Rien n’est figé..tout est dynamique…n’est ce pas…

      La réforme du systeme partisan…est opportune….mais la nature du genre beninois..sera un handicap..et c’est là que se trouve…le probleme

      Les aboméens…les nagots,les adja,les baribas et dependances,les ouéménous et dependances..vont toujours ouevrer..pour se faire une belle.palce sur le coup…du chantage..

      En..2017…je dis..que celà ne doit plus etre le cas…puisque..nous sommes mainteant..un meme peuple

      Moi aziz..régionaliste,ethnocentriste…notoire..qui s’assume…et qui dit..que nous devons nous unir…est un signe…que celà bouge

      Sujet de réflexion…je suppose