Bénin : La Cpfg apporte son soutien au peuple togolais

Bénin : La Cpfg apporte son soutien au peuple togolais

La convention patriotique des forces de gauche (cpfg), soutient le peuple togolais dans sa volonté de faire partir de la tête de leur pays le président Faure Gnassingbé. Elle l’a fait savoir à l’opinion publique le vendredi 06 octobre dernier, lors d’un meeting à la bourse du travail.

Bénin : La CPFG fait une analyse critique du Pag

Un meeting de soutien au cours duquel elle a évoqué toutes les ‘’raisons’’ pour lesquelles la destitution de l’actuel président togolais ne serait que justice pour le peuple togolais.

La convention patriotique des forces de gauche (Cpfg), offre son appui au peuple togolais dans la lutte qu’il mène depuis le 19 août 2017 pour éjecter Faure Gnassingbé du fauteuil présidentiel. Le mouvement a organisé mardi un meeting de soutien pour dire à quel point il trouve juste la cause que défendent les manifestants. Pour la convention, le peuple togolais a trop souffert sous la famille Gnassingbé qui occupe le pouvoir depuis maintenant 50 ans, et il est temps de mettre fin à cette ‘’dictature’’.

Selon, Gilbert Kouessi qui a parlé au nom de la coordination de la Cpfg, c’est suite à l’assassinat le 13 janvier 1963 du père de l’indépendance du Togo, Sylvanus Olympio, qu’Eyadéma Gnassingbé, père de Faure Gnassingbé, a accédé au pouvoir le 13 janvier 1967, après avoir été imposé par la France. A son arrivée poursuit-il, ‘’tous les partis politiques ont été dissous ; l’armée, républicaine au départ, a été transformée en une armée clanique avec l’élimination physique systématique de tous ceux qui pouvaient lui faire ombrage’’.

Seul le soulèvement le 5 octobre 1990 de la  jeunesse togolaise, soulèvement atrocement réprimé par le pouvoir, a permis au peuple d’organiser la Conférence Nationale et de disposer d’une constitution à défaut de chasser Eyadéma Gnassingbé du pouvoir. Une constitution que l’ancien président n’a pas hésité à violer pour se maintenir au pouvoir jusqu’à son décès le 05 février 2005. L’histoire aurait pris fin là si à sa suite son fils, Faure Gnassingbé, à qui il a préparé le terrain en ramenant l’âge d’éligibilité de 45 ans à 35 ans, n’avait pas usé de ruse pour prendre sa place en lieu et place du président de l’assemblée nationale devant assumer l’intérim du président en cas de vacance de pouvoir, explique Gilbert Kouessi.

D’après la Cpfg, non seulement l’actuel président n’a pas accédé légalement au pouvoir, mais depuis son accession à la présidence il n’a pas fait mieux que son paternel. Il s’est plutôt illustré à travers des élections truquées, des élections préfabriquées pour se maintenir au pouvoir, aggravant par ailleurs la souffrance du peuple togolais et mettant en péril l’indépendance chèrement acquise.

Le peuple togolais encouragé à mettre un terme à la ‘’dictature’’

Pour la Convention patriotique des forces de gauche (Cpfg), le peuple togolais dispose du droit de reprendre le pouvoir à Faure Gnassingbé, et par ricochet à sa famille qui tient le Togo en joug depuis 1963. Non seulement il dispose de ce droit, mais la façon dont l’actuel président a accédé au pouvoir et gère depuis lors le pays, lui en donne toutes les raisons selon la Cpfg. A cet effet, la convention dit encourager le peuple togolais qui se mobilise depuis le 19 août 2017 ans tous le pays. Pour le mouvement politique, l’heure est venue pour que le Togo se libère

Commentaires

Commentaires du site 0