Bénin : Les députés adoptent à l’unanimité leur budget 2018

Bénin : Les députés adoptent à l’unanimité leur budget 2018

(14.056.442.591 Fcfa prévus pour la gestion 2018) Réunis en séance plénière hier au palais des gouverneurs à Porto-Novo, les députés de la 7e législature ont examiné et adopté à l’unanimité leur projet de budget pour la gestion 2018.

Assemblée nationale: Le Front pour le Sursaut Patriotique reporte son sit-in

Aucune augmentation n’a été opérée par rapport au budget de 2017. Selon le rapport présenté par le premier questeur de l’Assemblée nationale, l’honorable Valentin Houdé, assisté du deuxième questeur Boniface Yèhouétomè, au titre de l’année 2018 le budget de l’institution parlementaire s’élève à 14.056.442.591 Fcfa.

Et il a été engagé au titre de 2017 au 30 juin de la même année, 7.862.271.753 Fcfa, soit un taux de 55,93%. Aussi, au cours du premier semestre 2017, les dépenses engagées représentent les autorisations annuelles globalement. En dépit des pics observés au niveau de certaines lignes, le budget moyen de consommation des crédits au cours du premier semestre de 2017 se situe au-dessus de la moyenne ; les fonds reçus du ministère de l’économie et des finances au cours du premier semestre se chiffrent à 7.068.391.500 Fcfa, soit 100,57% des ressources attendues au cours de la même période, à savoir 7.028.221.296 Fcfa. Le premier questeur a également abordé les grandes masses du projet de budget gestion 2018 du parlement, conformément à la nomenclature budgétaire. Pour les dépenses réparties c’est-à-dire les dépenses de personnel et les achats de biens et services, elles s’élèvent au titre de 2018 à 10.271.292.591 Fcfa. En ce qui concerne les dépenses non réparties regroupant les achats de biens et services et les autres transferts courants, elles s’élèvent à 2.482.500.000 Fcfa. Enfin, pour ce qui est de l’équipement socio-administratif, il regroupe les acquisitions de biens et autres, et se chiffre à 1.302.650.000 Fcfa. Ce qui fait un total de 14.056.442.591 Fcfa. Au cours des débats à l’hémicycle, certains députés ont déploré le fait que le budget 2018 n’a pas connu d’évolution. Pour se justifier, le premier questeur a fait savoir que le parlement a tenu compte de la morosité économique qui sévit dans le pays pour tailler cet avant-projet de budget 2018. D’autres députés ont tenté d’introduire des amendements qui n’ont pas finalement été pris en compte.

Quelques préoccupations de députés

Honorable Patrice Nombimè plaide pour l’augmentation de la prime d’animation des circonscriptions électorales, et propose la poursuite de la construction du siège de l’institution parlementaire :  S’il est vrai que le montant du budget 2018 n’a pas varié, il est important selon lui de réajuster quelques rubriques. Compte tenu des nombreuses sollicitations des députés, l’élu du peuple a plaidé pour que la ligne budgétaire réservée à la prime d’animation des circonscriptions électorales soit augmentée à 9 voire 10 millions de Ffa par député et par an. Et pour y parvenir, il a proposé que la ligne destinée aux Équipements soit revue à la baisse. Deuxièmement, dans son intervention le député Patrice Nombimè s’est intéressé à la construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale. Pour lui, les députés ne doivent pas rester les bras croisés face à cette situation. Ainsi, il a plaidé pour qu’un budget annexe de 15 milliards de Fcfa soit mis en place pour la poursuite de la construction du nouveau siège de la deuxième institution de l’État.

Honorable Louis Vlavonou se réjouit des efforts du bureau du parlement à propos des réalités économiques actuelles : Le député Louis Vlavonou a réagi sur la présentation de l’avant projet du budget du parlement au titre de l’année 2018. Dans son intervention, l’élu UN de la 21e circonscription électorale a porté un regard réaliste sur les efforts consentis par le bureau de l’Assemblée nationale. Il a salué  les efforts du premier questeur et de son équipe pour maintenir constant le montant du budget. Cela veut dire, a-t-il poursuivi, que le parlement a tenu compte des cris de détresse de la population ainsi que de la morosité économique actuelle. Si de 2013 à 2017 les différents budgets du parlement ont connu un accroissement et que pour 2018 le montant de 2017 a été reconduit, c’est la preuve que les parlementaires sont conscients qu’il ne fallait pas l’augmenter en raison de l’inflation, a-t-il insisté.

Propos recueillis par IK

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    TÔFFÔ 3 semaines

    Grosso-modo et malheureusement tous les journalistes sont sous l’éteignoir, soit au parlement, soit à la présidence. Plus personne ne fait une analyse des comportements de nos députés dont on devrait pas être vraiment FANS.
    Entre l’arrivée de HOUNGBEDJI, et en seulement deux mandatures (3 budgets), à ce jour, il a déjà permis à ses amis de la questure de s’octroyer 4 Milliards de nos francs en PLUS!
    A défaut de rendre ce qu’ils ont pris illégalement entre 2015 et 2016, parce que les mêmes besoins farfelus ne pourraient être reconduits en 2018, certains journaux vont jusqu’à nous parler de budget RUPTURISÉ.Ouahou !
    Notez vous-mêmes.
    En 2011 : sous NAGO : 10.098.903.574
    En 2015 : sous NAGO : 12.854.327.307
    En 2016 : sous HOUNGBEDJI : 13.442.788.538
    En 2017 : sous HOUNGBEDJI : 14.056.442.591
    En cours, soit en 2018 : 14.056.442.591 budget siamois, dirions-nous, qui s’explique par la honte dont ils se sont couverts il n’y a pas si longtemps et qui est encore dans les cœurs dont ils auraient envie de guérir.
    Comme dirait un internaute en 2016 sur ce forum, on devrait pouvoir accéder aux rapports de la Cour Suprême sur les budgets successifs de l’Assemblée Nationale.
    J’ajouterais qu’il est temps qu’il y ait une commission AD HOC de vérification de l’usage que font nos députés de l’argent du contribuable, depuis un certain nombre de législatures. Il y a ce que la loi prévoit et il y a les transgressions qu’ils se permettent sous formes d’astuces d toutes sortes qui ne sont que très visibles pour qui voudrait voir et comprendre.
    En somme, une forme de banalisation du million qu’ils s’octroient jour après jour, mois par mois, année par année.

    • Avatar commentaire
      Che Guevara 3 semaines

      Merci.
      Heureusement il y a encore dans ce pays des gens qui savent reflechir.

      Ces dezonorables profitent du silence de ce peuple meurtri.