Coup d’Etat du 26 octobre 1972: voici comment feu Mathieu Kérékou a pris le pouvoir

Coup d’Etat du 26 octobre 1972: voici comment feu Mathieu Kérékou a pris le pouvoir

Paiement de factures de Soglo et Kérékou : Le gouvernement veut corriger le double octroi d’indemnité

Le 26 octobre 1972, une nouvelle page de l’histoire politique du Bénin a été ouverte par des officiers de l’armée, qui ont chassé du pouvoir feu Justin Ahomadégbé. 45 ans après, beaucoup de témoins de l’histoire se rappellent encore de cette date.

Si pour de nombreuses personnes jusqu’à ce jour, c’est Mathieu Kérékou, alors chef de bataillon qui a conduit ce coup de force, les récits de l’histoire nous révèlent qu’il n’en était pas un acteur au premier plan. Du moins, il n’était pas le chef d’orchestre de cette opération.

Le Bénin est aujourd’hui considéré dans la sous-région comme un model de démocratie et de paix, surtout après l’historique conférence des forces vives de février 1990. Mais avant d’en arriver là, d’énormes sacrifices ont été consentis et l’histoire du pays a été très agitée. Le souvenir d’un fait marquant de cette histoire politique du Dahomey est d’ailleurs toujours vivace dans les mémoires. Il s’agit du 26 octobre 1972. Pour certaines personnes rencontrées dans Cotonou, l’officier Mathieu Kérékou, chef de bataillon à l’époque, est le chef d’orchestre de ce putsch. D’autres  proches d’un témoin de l’histoire, attestent que le putsch de 72 a été conduit de main de maître par le capitaine Janvier Assogba.

Après son accession à la souveraineté internationale le 1er août 1960, le Dahomey a connu des moments de graves crises socio-politiques, avec des coups d’Etat fréquents et une instabilité observée nulle part ailleurs. Et le monstre à trois (03) têtes va davantage enfoncer le pays dans la crise.

En effet, pour gérer cette crise, les trois (03) leaders politiques du Dahomey de l’époque à savoir Hubert K. Maga (du nord), Justin Ahomadégbé (du centre) et Sourou Migan Apithy (du sud), tous en exil, ont été rappelés pour siéger tour à tour à la tête du pays. Chacun d’eux devra faire un mandat de deux (02) ans à la tête du Dahomey. Hubert Maga a été le premier, du 07 mai 1970 au 07 mai 1972. Son bilan n’a été pas reluisant et les officiers avaient trouvé que la succession à tour de rôle n’était pas la meilleure option.

Lire Alphonse Alley : La descente aux enfers du héros solitaire

Au tour de Justin Ahomadégbé en mai 72, l’autorité de l’Etat était bafouée, les jeunes officiers n’avaient plus confiance en leurs ainés, et le pays s’est enlisé encore plus. C’est alors que conscients du danger qui guettait le Dahomey à cette époque, certains officiers de l’armée ont décidé de prendre le contrôle de la situation.

Janvier Assogba, véritable auteur du putsch !

Le commandant Mathieu Kérékou alors chef d’Etat-Major, ayant constaté que le pays va à la dérive, a décidé de se concerter avec de jeunes officiers de l’armée, fraichement sortis des écoles militaires occidentales. Au camp militaire de Ouidah, considéré comme le plus grand en ce moment parce que l’armement s’y trouvait, Kérékou rencontrera des officiers à qui il a demandé de chasser Ahomadégbé du pouvoir, puisqu’il ne comptait plus sur les anciens de la classe politique pour mener cette opération. Il a eu des entretiens avec Alphonse Alley, Michel Aïkpé, Janvier Assogba et autres. Mais la seule question qui taraudait les esprits, c’est qui peut faire l’affaire si on parvient à renverser Ahomadégbé ? Mathieu Kérékou propose le colonel Alphonse Alley, mais cette proposition est repoussée par

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 31
  • Avatar commentaire
    Habib 4 semaines

    C’est vraiment un plaisir pour moi de relire l’histoire de mon pays . Je vous prie beaucoup mes papa ,mes grand frères et mères, de bien concerner ces récits afin que nos petits enfants puissent connaître

  • Avatar commentaire
    unbeninois 4 semaines

    C’est important de rappeler souvent l’histoire. L’histoire, à mon humble avis, est l’oracle de l’homme, de l’humanité. Aziz disait, à juste titre selon moi, ” l’histoire permet à l’homme de se géolocaliser…”

    Pour comprendre certaines choses dans notre vie, nous interrogeons, pour certains, le “fa”.
    De même pour un pays, l’histoire doit être régulièrement consultée pour éviter que les mêmes causes, ne produisent les mêmes effets.

    Ainsi, les raisons du coup d’état du 26 octobre 19272, ne doivent jamais être oubliées.

    Les militaires du 26 octobre ont pris le pouvoir pour mettre fin à: l’injustice- l’exclusion- le capitalisme sauvage-régionalisme- gouvernement fantoche- corruption (affoudouto)- finir avec ceux qui se servent au lieu de servir le pays…

    L’avènement de ce gouvernement, GMR (Gouvernement Militaires Révolutionnaires) , se caractérise par l’amour de la Patrie- Le respect de la chose publique- compter d’abord sur soi même- L’accès à l’éducation à tous (et non seulement à quelques privilégiés, ce que rappelait d’ailleurs Sourou).

    Avec le temps, le GMR s’est ouvert à des civiles. C’est à partir de ce moment que des loups déguisés en agneaux sont entrés dans la bergerie, ce qui a conduit à l’expression “intellectuels tarés”.

    Que remarquons nous aujourd’hui?
    Instauration de barrières pour empêcher le grand nombre d’accéder à l’enseignement supérieur- Augmentation exponentielles des frais d’inscription dans les universités- Le manque de patriotisme- L’impunité de la corruption…

    Finalement, je me demande: d’où venons nous et où allons nous? si on sait que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON 4 semaines

    CORRECTION :
    LIRE

    QUAND ON DIT QUE NOUS SOMS UN MODELE POUR LA DEMOCRATIE DS LA SOUS REGION , ALORS IL FAUT EN RIRE …
    YAYI BONI ET TALON SURTOUT ONT REGRESSE LE BENIN AU NIVEAU DE TAIROU CONGACOU CE PERSONNAGE DU NORD QUI A REGNE AU POUVOIR 24 H.
    IL FAUT A LA PLACE DE SOUVENIRS LUGUBRES DU 26 OCTOBRE DEMANDER AU PARLEMENT DE LEGIFERER AFIN QUE CETTE JOURNEE SOIT RESERVEE AUX PRIERES DANS LES CENTRES RELIGIEUX AFIN QUE LES MORTS DU A LA DICTATURE DE KEREKOU NE MEURENT EN VAIN !
    POUR AZIZ ET OLLA OUMAR , J’AI DE LA PEINE A SAVOIR QUE DES DEGUSTEURS EN CHEFS DE COCHON OSENT PARLER DE KEREKOU ALORS QU’ILS NE SONT PAS NES LE 26 OCT 1972.
    PLAISE A DIEU QUE DES 2018 LE PROCHAIN 26 OCTOBRE SOIT COMMEMORE DANS LES PRIERES.

  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON 4 semaines

    QUAND ON DIT QUE NOUS SOMS UN MODELE POUR LA DEMOCRATIE DS LA SOUS REGION , ALORS IL FAUT EN RIRE …
    YAYI BONI ET TALON SURTOUT ONT REGRESSE LE BENIN AU NIVEAU DE TAIROU CONGACOU CE PERSONNAGE DU NORD QUI A REGNE AU POUVOIR 24 H.
    IL FAUT A LA PLACE DE SOUVENIRS LUGUBRES DU 26 OCTOBRE DEMANDER AU PARLEMENT QUE CETTE JOURNEE SOIT RESERVEE AUX PRIERES DANS LES CENTRES RELIGIEUX AFIN QUE LES MORTS DU A LA DICTATURES NE MEURENT EN VAIN !
    POUR AZIZ ET OLLA OUMAR , J’AI DE LA PEINE A SAVOIR QUE DES DEGUSTEURS EN CHEFS DE COCHON OSENT PARLER DE KEREKOU ALORS QU’ILS NE SONT PAS NES LE 26 OCT 1972.
    PLAISE A DIEU QUE DES 2018 LE PROCHAIN 26 OCTOBRE SOIT COMMEMORE DANS LES PRIERES.

  • Avatar commentaire
    Sonagnon 4 semaines

    A l’époque, aucun coup de force n’était possible sans KEREKOU, mais il ne se sentait pas à la hauteur de la tâche et a proposé un autre.
    Selon les informations, c’est Janvier ASSOGBA, qui lui a fait savoir qu’il pouvait être à la tête de l’opération,le temps de réorganiser le pays.

    Le caméléon a aimé le pouvoir malgré son incapacité manifeste à conduire un pays vers le développement. La suite nous l’a connaissons.

    Néanmoins, je pense que cette expérience n’était pas que malheureuse à tous les niveaux, notre pays a touché du doigts des réalités qui font que nous devrions mieux que beaucoup d’autres pays du continent avancer.

    Mais que faisons nous de cette expérience????
    Rien à mon avis, elle a servi un temps,c’est elle qui a fait le succès de la conférence nationale.
    Mais depuis le pays tourne en rond, et l’élection de Patrice TALON est l’apogée de l’errements.
    Espérons que la nouvelle génération puisse tirer leçon des enseignements qui s’imposent pour un Bénin mieux dirigé.

  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON 4 semaines

    QUANT A KEREKOU , J’INVITE LES MEDIAS A VITE OUBLIER CETTE DATE LUGUBRE QUI NE FAIT QUE REVEILLER DE TRISTES SOUVENIRS A CEUX QUI ONT PERDU DES LEURS ET CEUX QUI ONT CONNU LES PRISONS .
    POUR AZIZ ET OLLA OUMAR , PARDONNEZ CHERS FORUMISTES , NE LISEZ PLUS LEURS COMMENTAIRES DIGBE DES VERSETS SATANIQUES .

    • Avatar commentaire
      aziz 4 semaines

      Toi franck…!!!

      Je vais réciter…les sourates …tabatiadah,kafirouna et finir..avec koursyou…tu vas voir

  • Avatar commentaire
    aziz 4 semaines

    Bizzarement…le 26 oct 1972…était un jeudi…comme aujourdhui

    La veille..un petit bariba..m’a insulté..en me disant en public…que je suis un sale peulh…que je pu les crottes de cheval…le cu de vache…et du lait caillé

    J’ai pas dormi la nuit…et j’avais décidé de régler cette affaire..à ma manière…

    Je me suis armé de mon porte plume…à l’époque pour lui troué…le corps comme du lard

    Arrivé tot le matin…c’est notre instit…que j’ai trouvé…dans la cours de l’école..le transistor collé à l’oreille…avec la musique miliataire

    Et je me dis mince…alors…je ne peux plus me batte…mais..ou est ce que je vais trouvé les 5 grs..pour la photo du president nouveau

    • Avatar commentaire
      aziz 4 semaines

      rappelons quand ces temps là…en tout cas tout au long de notre enfance…chaque 3 mois..ou 6 mois…au plus..il y avait la musique militaire..et la conséquence…c’est qu’on devait cotiser..5 frs…pour acheter la photo du nouveau president qu’on collait dans les classes

      5 frs…à cette époque…équivalent..10 000.frs

      C’était la galère

      Ma grand mère…en était outrée…grave

      Vendre la cola,le tabac à chiquer et le lait…et trouver les 5 frcs…c’était un calvaire

    • Avatar commentaire
      Chrystelle 4 semaines

      Sacré Aziz

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN 4 semaines

    “Un peuple qui veut taire son histoire est un peuple recidif” je cite @ Napoleon1. Que signifie un peuple recidif????
    Au delà des tentatives d’exégèses des uns et des autres, il convient de s’accorder pour reconnaître avec Agadjavi, le recul abyssal dans lequel ces errements ont conduit notre pays en matière d’organisation et de prospérité économique et social. Au point que nous sommes obligés de tout recommencer à zéro avec des réformes dont la profondeur ne peut qu’être douloureuse pour les populations habituées à la facilité, à l’indiscipline, aux prébendes et à la corruption galopante dans un contexte de rareté de ressources….

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon 4 semaines

      ” le recul abyssal…en matière d’organisation et de prospérité…tout recommencer à zéro avec des réformes” Exact. Et pour les faire il est capital de de connaitre l’histoire de ce recul. ça évitera des “réformes” à la TOBOULA…

    • Avatar commentaire
      Napoléon1 4 semaines

      @ Allomann,

      lire: recidive: “Action de commettre , dans les mêmes conditions une deuxième infraction après une première qui a résulté une condamnation définitive”.

      merci pour la remarque

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 4 semaines

    La connaissance de l’histoire, même événementielle, est utile. Je suis sur ce coup 100% d’accord avec “azziz”.
    L’ignorance est fatale. Le débat libre aussi est utile ( libertés démocratiques…). L’essentiel est de pouvoir en tirer des leçons.

    Pour celle que semble voir “napoléon1”, (“Le Roi Gbêhanzin lui-même n’a -t-il pas été trahi” ), pour rappel ce point d’histoire n’est pas clair (trahi ou reddition convenue pour tenter ce qui pouvait l’être du pouvoir royal ?).

    Par ailleurs, je rappelle à “Napoléon1” que l’avènement de BEHANZIN sur le trône (récusé par les oracles, gaucher dyslexique), s’est faite grâce à la mort très opportune et si soudaine, du Prince AHANHANZO, autre fils de GLELE… Ces “accidents” et autres mœurs sont très répandus dans le monde féodal sous toutes les latitudes.

    Pour l’histoire contemporaine au bénin, les révolutionnaires qui s’entre-déchirent une fois au pouvoir, le monde, ailleurs qu’au Bénin, en est plein: CASTRO-Le CHE, Les dirigeants du FLN algérien, SANKARA-COMPAORE…

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon 4 semaines

      “… reddition convenue, pour tenter DE SAUVER ce qui pouvait l’être”

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 4 semaines

    Cette aventure sans gloire dans notre pays pour autant livré deux enseignements:

    Le premier enseignement, c’est que le béninois ne doit jamais compter sur son frère: La trahison est immanante dans l’esprit béninois. Le Roi Gbêhanzin lui-même n’a -t-il pas été trahi par ses propres frères, qui ont été de connivence avec l’envahisseur à qui il s’est finalement livré lui-même pour être déporté de sa terre natale? La trahison qui a divisé le royaume pour créer la lignée Agoli-Agbo avec qui les héritiers du trône Gbêhanzin sont toujours en guerre jusqu’à ce jour.

    Avant le coup d’Etat de 1972, le Président Ahomadégbé dont c’était le tour à la tête de l’Etat savait bien qu’il y avait quelque chose que les militaires mijotaient. Mais il avait fait confiance à ceux-là même, ses frères de l’Etnie fon (les Aikpe Michel, Alladayè Michel, Assogba Janvier et Martin Dohou Azonhiho.

    Cependant, c’étaient ceux-là mêmes qui étaient au front pour le renverser en Octobre 1972.

    Le second enseignement, c’est que nous avons beau sous-estimer nos compatriotes du Nord, l’histoire démontre qu’ils sont et seront toujours en avance sur nous autres du Sud en ce qui concerne la stratégie de conquête du pouvoir et en conserver pour un longtemps.

    Mathieu Kérékou seul tirait les ficelles et avait engagé les aboméens dans le push (sans se faire remarquer) mais une fois le coup d’Etat réalisé, il en est devenu par un miracle le chef et par la suite a liquidé tous les officiers puschistes du centre un à un (Assogba Janvier emprisonné, Aikpé Michel tué, Martin Dohou Azonhiho isolé pendant tout le règne) et est demeuré le seul chef à bord jusqu’à la fin de l’épisode.

    Cet èvènement qui a marqué à jamais notre pays doit toujours être thématisé, discuté afin que les générations et les générations montantes situent les responsabilités et savent en tirer les lecons.

    Un peuple qui veut taire son histoire est un peuple recidif.

    Les francais n’ont jamais cessé de thematiser à leurs générations l’histoire des deux révolutions qui ont fini par abolir la royauté en France.

    Encore une fois, le béninois est traître par nature et révisionniste pour opportunité.

    Nous devons à chaque instant en tenir compte .

    • Avatar commentaire
      aziz 4 semaines

      Oui napo…!!!

      Les nordistes…que nous sommes..sont un énigme…pour nous memes..d’abord..

      Et en plus…il vous ai impossible de nous comprendre

      Pour caricaturer..un peu..

      Dès que tu vois deux nordistes venir…aux mains…continues…ton chemin..si tu n’est pas de leur aire géographique…sinon…tu risque de voir ses deux lascars..te prendre à partie…

      Il y a parmi ces ethnies..des gens…qui sont comme chien et chat…ne peuvent meme pas se supporter…de vivre ensemble…et pourtant dès…que tu touches..à l’un…l’autre se sens agressé…et défendra l’autre jusqu’à mort s’en suive

      Mais .ne cassons pas les briques…les choses évoluent positivement…pour un benin..un et indivisible

      • Avatar commentaire
        Napoléon1 4 semaines

        Oui Aziz, vous ne m’apprenez rien de nouveau. Ce réflexe de nos compatriotes du septentrion, je le connais.: Le Ministre de l’Agriculture et de la coopération dans les années 1960, Chabi Mama, n’avait pas au départ une acceptance absolue de la part de ses co-régionnaires du Nord.

        Mais après que Justin Ahomadegbe l’a présenté à Ouidah en public pour le dénigrer (j’en étais témoins ) .Il se passa ce que voici: Mon tuteur Emile Poisson, bien qu’étant ami de d‘Ahomadegbe et membre éminent du Parti UDD n’avait pas apprécié ce traitement infligé au Ministre Chabi Mama. Il en a résulté une vive altercation entre Ahomadegbe et Emile Poisson cet après-midi là dans la coulisse loin des micros et caméras.
        Mais toujours est-il que le Ministre Chabi Mama, une fois qu’il a régagné son fief natal, a lancé une chasse aux résidents sudistes dans le nord. Une chasse acceptée unanimement par la population autochtone qui frappait, tabassait et tirait des flèches sur tous dont ils savent qu’ils venaient du Sud.
        Les sudistes ayant résidé longtemps dans le nord et ayant des amis et des sympathisants dans le pays, ont cru se faire héberger et protégés par leurs amis du Nord. Mais grand fut leur étonnement et déception quand c’est leurs amis de longue date qui les livraient encore au vindicte populaire lancé à leur encontre.
        Ceci a duré pendant des jours et Ahomadegbé a dû déployer un détachement de l’armée dahoméenne dans le nord pour en venir à bout.

        Cependant j’adhère aussi “pour un Bénin … un et indivisible”.

        • Avatar commentaire
          aziz 4 semaines

          Napo…fait ici preuve de mauvaise foi…en ne mentionnant pas…que ce qui s’est passé à parakou..est la conséquence directe du pogrom de zongo à cotonou en 1963 avec la chute de maga

    • Avatar commentaire
      Napoléon1 4 semaines

      De son vivant Assogba Janvier avait expliqué clairement ce que voici: „ Nous avons constaté (nous les jeunes officiers de l’armée) que ca ne va pas dans le pays et nous avons fait le coup d’Etat“.

      Comme s’il échoit aux militaires dans un pays de décider à la place du peuple.

      Telle était la légereté et la compréhension absourde de l’Etat de droit chez les militaires béninois sortis du rang à l’époque.

      Que ca soit le Président Ahomadégbé, le Président Maga ou le Président Akpiti, ils n’ont commis aucun crime comparable aux vols, aux détournements des derniers publiques, aux assassinats et aux bafouements du droit et de la liberté commis sous Yayi Boni au sommet de l‘Etat et et qui a été repris par Talon depuis le 6 Avril 2016 au Bénin.

      Mathieu Kérékou même questionné le jour du push par les journalistes du France-Inter sur les crimes commis par les trois Présidents pour être renversés et mis en prison, a souligné „Qu’ils n’ont pas commis un quelconque crime, ils n’ont pas volé et ils n’ont pas tué.“

      Cela veut dire que les officiers en question et surtout Mathieu Kérékou manipulé par les services secrets de la France ont agi au dos du peuple et ont engagé sans un sens de responsabilité notre pays dans une aventure désastreuse, dont les consequenses continuient à peser sur les populations jusqu’á ce jour.

  • Avatar commentaire
    aziz 4 semaines

    Chef d’état major adjoint…kérékou..avait au sein de l’armée son propre service de renseignement…et rien ne pouvait bouger..dans les corps et unités..sans qu’il ne soit informé

    Ainsi…donc…les 3A…étaient surveillés…par kérékou

    De l’autre..il avait pris langue..avec oheins et les civils…

    Dans tous les cas…il serait toujours le beneficaire de la forfaiture…

    C’était une course contre la montre…

    Alors donc…il mis en place..un antenoir…dans lequel..les 3A en complicité avec aho…lui meme sont tombés..

    Oui vous aviez..pris le palais…restez..y puisque…vous etes encerclés…

    Les autres étaient obligés…de céder..

    Pour leur montrer…qu’il ne blaguait pas..il a demandé à oheins…de faire mouvements avec ses élements….

  • Avatar commentaire
    aziz 4 semaines

    Pour peu…qu’on se donne la peine d’observer le parcours de vie de kérékou..il est évident que c’est lui…qui a fait le coup…

    Pas de manière régulière ,franche…mais en utilisant ce qu’il sait de mieux..

    La lacheté,le cynisme….

    En effet…manipuler ,les gens,utiliser leurs contradictions,opposer les uns aux autres…et se présenter en arbitre…voilà…ce qui s’est passer le 26 octobre

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji 4 semaines

      Pas sûr que Feu Janvier Assogba aurait été du même avis que toi. Lui qui a toujours revendiqué la “paternité” de ce putsh. Tant les versions divergent qu’il est difficile pour les non témoins vivants de situer les responsabilités.
      Moi j’ai renoncé depuis.

      • Avatar commentaire
        aziz 4 semaines

        Agadjavi…j’ai pourtant était clair..dans mon post..

        En effet…j’ai dit…que kérékou…a utilisé..la tactique,et la stratégie militaire…c’est à dire son cerveau…alors que les autres..ont utilisé la force brute,les muscles…et leur fougue de jeunes officiers

        Hélas..la tactique et la stratégie militaire…demande…d’optimiser…la victoire

        Un militaire…qui utilise..la faiblesse de son adversaire..pour une victoire…est un bon militaire

        Sans prise de risque,sans coup de feu…!!!

        Que veux tu…???

      • Avatar commentaire
        aziz 4 semaines

        Agadjavi…

        Il y a des évenements,des faits,et des circonstances…qui ont fait le coup…plus ceux..qui ont pris les armes..et les risques pour accomplir un actes

        Rappelons..que maurice iropa kouandété..et ses éléments dont un prince d’abomez..étaient dans le couloir de la mort…et pour kérékou..l’éxécution de kouandété..était inimaginable…solidarité somba oblige

        Aho le savait..tres bien..et c’est pourquoi…il demanda..aux 3A..de faire une révolution de palais..pour barrer la route…aux kai kai…

        Ils se sont faits prendre..par leur propre coup d’état

        C’est ça la vérité

        • Avatar commentaire
          Agadjavidjidji 4 semaines

          Et si on laissait tout ce beau monde jouir de leur repos eternel pour affronter le présent. Ne serait-ce pas plus productif?

          • Avatar commentaire
            aziz 4 semaines

            Justement.c’est là..ou tu fais une erreur..mon frangin

            Nous..tous..nous sommes l’histoire,nous sommes le produit d’une histoire…

            Ne pas en parler…c’est ne pas tirer les leçons..

            L’histoire..permet à l’homme de se géolocaliser….

            Et si tu regardes ..bien ce qui se passe…chez nous aujourdhui..comme hier…nous subissons les avatars…de ce passé..hélas

  • Avatar commentaire
    Sourou 4 semaines

    Il vaut mieux ne plus rechercher le vrai auteur du putsch, puisqu’ils sont tous aujourd’hui passés de vie à trépas. La principale question sera de savoir qu’est-ce qu’on peut retenir et tirer de la révolution de 1972 ? Ce qui est certain, tout ne peut jamais être négatif ? Non ! Moi, je puis vous dire la main sur le cœur, que c’est grâce à la révolution que je suis un cadre. Plusieurs fils de pauvres ont été sortis de leurs tanières par leur intelligence. Il n’était pas rare de se retrouver dans la même classe avec les enfants d’une haute autorité du pays et c’était une fierté pour nous de chercher à les dépasser dans les notes. Le CEG Akpakpa en était un exemple. Mais aujourd’hui ! On vous nomme DG de société la veille, vos enfants prennent l’avion le lendemain pour une université étrangère. Nous y sommes tous interpelés. Le Colon blanc est certes parti ! Mais ce sont les colons noirs qui se sont accaparés du pays.

  • Avatar commentaire
    Paul Ahéhénou 4 semaines

    Et puis votre histoire ne tient pas la route. Selon les précisions données par Janvier Assogba, qui n’ont pas été démenties, ce n’est pas Kérékou qui a pris l’initiative mais bien Janvier Assogba. C’est bien celui-ci qui est allé voir certaines personnes après avoir pris la décision dont Kérékou, et non l’inverse. C’est pour cela que Assogba va fustiger le fait que Kovacs a prétendu que c’est lui qui a financé le coup d’état, ce qui a amené la brouille entre les deux et a abouti à l’arrestation de Janvier Assogba. Alors, revoyez votre copie et ne cherchez pas à réécrire l’histoire .

  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji 4 semaines

    Mais qu’est-ce que cela rapporte à la postértité de savoir qui était le cerveau de cet enième coup qui se sera soldé par deux decennies de recul sur tous les plans. Ces genres d’operations ne sont presque jamais le fait d’un seul individu. C’est connu. Mais encore une fois quelle est la valeur ajoutée de ces questionnements 45 ans après. Personnellement, je n’en vois aucune.

    • Avatar commentaire
      Prince Toffa 1er 4 semaines

      Mon cher omniscient, si vous vous connaissez tout sur l’histoire du Bénin, il y a des jeunes frères avides de l’histoire de notre pays.