Crise politique au Togo: Une mission de l’Oif à Lomé à partir du 10 octobre

Crise politique au Togo: Une mission de l’Oif  à Lomé à  partir du 10 octobre

La crise qui secoue le Togo depuis quelques mois préoccupe l’Organisation internationale  de la Francophonie (Oif). Pour trouver une voie de sortie de crise, une délégation de l’Organisation Internationale de la Francophonie se rendra à Lomé le mardi 10 octobre 2017 pour une mission de trois jours.

Togo : La 33ème Conférence des Ministres de la Francophonie reportée

D’après le communiqué de l’Organisation internationale de la Francophonie, OIF, cette mission sera conduite par Mme Aichatou Mindaoudou Souleymane, ancienne ministre des affaires étrangères du Niger et ancienne représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d’ivoire (ONUCI).

Cette mission a pour but d’analyser le contexte sociopolitique général et identifier les secteurs dans  lesquels les actions de la Francophonie pourront être utiles. Dans cette perspective, les membres de la délégation rencontreront notamment : les autorités nationales, l’ensemble des acteurs politiques ainsi que ceux de la société civile, les responsables d’institutions impliqués dans la gestion de la vie démocratique, les partenaires bilatéraux et multilatéraux. Il faut préciser que l’OIF avait annulé à la dernière minute une mission annoncée au Togo la semaine dernière.

Elle devrait avoir lieu le 25 Septembre passé. Raisons évoquées, soucis liés aux agendas des membres de la délégation de l’OIF. « Certains membres de la délégation ont eu un agenda chargé et disent ne pas être disponibles pour la rencontre »,  a déclaré Brigitte Adjamangbo-Johnson, présidente du CAP 2015. Elle devrait se faire entre la délégation de l’OIF et la coalition des 14 partis de l’opposition, et devait plancher sur la situation sociopolitique tendue au Togo depuis le 19 Août 2017 dernier, dans le but de trouver une solution de sortie de crise.

Espérons que l’arrivée de cette mission puisse relancer le dialogue entre les différents acteurs impliqués, notamment le gouvernement et la coalition des partis de l’opposition qui affichent des positions radicales. Vivement que cette commission puisse permettre d’asseoir des conditions convaincantes du dialogue et du retour de la paix dans le pays.

Commentaires

Commentaires du site 4
  • Avatar commentaire
    agbas koferd 2 semaines

    If faut que ce Faure sache que le togo n’est pas une propriété fammiliale pour la fammille Gnass .
    Pour ceci il ne faut pas qu’il imite son père mais qu’il imite les genn come JJ Rowlys,Bony Yayi et tant d’autres. Merci

  • Avatar commentaire
    agbas koferd 2 semaines

    Ces organisations (l’ONU,UA,et l’UE ne cherchent qu’a remplire leurs porches sans inquiétés au togolais

  • Avatar commentaire
    Amaury 2 semaines

    Celle qui conduit la délégation n’a aucun crédit au Togo. Les togolais se souviennent encore de ses actions en 2005 quand elle a traité d’irresponsable l’ancien ministre de l’intérieur qui avait alerté sur le massacre et la mascarade qui se préparait.

    Wait and see !

  • Avatar commentaire
    virgile 2 semaines

    C’est triste pour les responsables de la CEDEAO, de l’UEMOA, de l’UA. C’est quoi? qu’est ce qui ne va pas? pourquoi ces organisations ne veulent telles pas résoudre la crise politique au TOGO, en disant clairement la vérité au pouvoir en place. Chaque fois on retrouve les mêmes personnes qui ont travaillé à plonger la population togolaise dans le sang. cette dame envoyée par l’OIF ne doit plus aller au Togo. Les responsables des organisations internationales doivent être sérieux dans leur démarches. Sans le peuple togolais, le pouvoir en place n’existerait pas donc un peu de respect à ce peuple?
    Il faut exiger des points au pouvoir en place au Togo. Il faut la communauté international s’impose maintenant. Il y a beaucoup de personnes de mauvaise fois au niveau de ce pouvoir.