Débat télévisé sur le Ravip : Jean Aholou use de la langue de bois

Débat télévisé sur le Ravip : Jean Aholou use de la langue de bois

Le public qui a pris part au débat télévisé initiée par l’Ong Wanep Bénin avec le soutien d’Osiwa, le vendredi 26 octobre 2017 au Bénin Marina Hôtel, est sorti de ce débat quelque peu déçu par les interventions du président du comité technique de pilotage.

Absence d’unanimité sur les réformes de Talon : Une question de méthode

Jean Aholou en effet, soit esquivait les questions, soit répondait de manière imprécise aux présentateurs ou à l’auditoire. Jean Aholou a ouvert les échanges par la promotion du Ravip. De lui, le public a appris que 1500 kits sont déjà répartis sur l’ensemble du territoire national, pour couvrir les 2162 centres prévus. Il a expliqué que : « le Ravip a comme principal objectif : «  d’enrayer tout contentieux en matière d’identité. Les citoyens peinent à prouver leur identité. Et cela est dû à la défaillance du système d’état-civil au Bénin ».

Dans le même sillage, Clotaire Olihidé juriste et spécialiste des questions électorales, a renchéri que : « L’objectif 1er du Ravip est de  procéder à l’identification des Béninois vivant sur le territoire et ceux de l’extérieur, les résidents aux Bénin aussi ». Il trouve qu’il y a un véritable problème au niveau de l’état-civil, et que toutes les opérations qui ont été menées auparavant n’ont pas réussi à régler cette question.

La langue de bois

Le débat a pris une autre tournure à partir de l’intervention de Vincent Foly, qui disait observer des choses avec le recul du journaliste. Il a soulevé deux problèmes : celui de la méthode et celui de l’opérateur. Sur le premier, il trouve que la manière dont la loi sur le Ravip a été votée, était presque cavalière. Il greffe à cette remarque le fait que le recensement n’ait pas été confié à une institution de grande réputation comme l’Insae, qui a pourtant fait ses preuves pour le recensement général de la population qu’il supervise ave professionnalisme.

Rappelant preuves à l’appuis que c’est son équivalent en France l’Inse qui est chargé de conduire tous les recensements là-bas, et surtout supervise la réalisation de l’équivalent du Ravip qu’est le Rnipp (le répertoire national d’identification des personnes physiques), regroupant toutes les personnes nées en France. Cette réplique de Vincent Foly a donné une autre tournure au débat, car Jean Aholou a usé de la langue de bois pour contourner les préoccupations. A titre d’illustration, il a répondu sur la question de l’Insae que le problème au Bénin, c’est la suspicion qui existe entre citoyens.

Dès lors, confier le recensement à L’Insae aurait produit une avalanche de critiques et de procès d’intention. Clotaire Ohilidé trouve donc raisonnable d’ouvrir la réalisation de ce recensement à d’autres structures, même étrangères, qui ont de l’expérience. Ce sera aussi l’opacité sur la révélation de l’opérateur du Ravip. Le comité technique de pilotage n’ayant qu’une fonction de suivi et d’accompagnement en termes de sensibilisation et de mobilisation des populations, selon les explications de Jean Aholou qui ne voulait pas non plus se prononcer sur le choix de l’opérateur  technologique Safran. Il a affirmé que Safran est chargé de la production de la logistique et à la configuration des appareils.

L’opacité

Toute chose qui suscite l’étonnement de Vincent Foly, qui ne comprend pas que l’opérateur technique soit plutôt présenté comme un fournisseur. Le même président du comité technique de pilotage, n’a pas pu communiquer à l’auditoire le coût exact du Ravip. Se contentant seulement de déclarer que son coût sera d’un niveau inférieur à celui des recensements antérieurs. Un peu comme l’apologie faite à Safran qu’il a présenté comme : « l’un des meilleurs opérateurs dans le monde de la sécurité biométrique », balayant du revers de main la réputation sulfureuse de Safran sur le continent, rappelée par Vincent Foly. Heureusement que Clotaire pour une fois, a reconnu que le mode de cession du marché à Safran a été celui de gré à gré.

 

Commentaires

Commentaires du site 0