Après avoir formulé un recours pour menace aux “libertés sur les réseaux sociaux” à l’ère de la rupture, un citoyen vient d’être débouté par la Cour constitutionnelle. Selon la décision Dcc 17-208 de  la haute juridiction, le sieur Mohamed Abdoulaye n’a apporté aucune preuve qui soutienne ses allégations.

Pour ce citoyen, le régime de Patrice Talon aurait mis en place « un système de fichage, d’étiquetage… contre tous ceux qui critiqueraient ses actions ». A l’en croire, il  aurait été contacté par M. Fabrice Houessou, assistant du ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané, après l’une  de ses publications critiques sur certaines décisions du gouvernement.

“Il m’a appelé et voici exactement ce qu’il m’a dit. ” Pourquoi tu fais ça ? Quels sont tes objectifs. On va te ficher, on va te bloquer, tu vas chercher de l’emploi dans ce pays et tu ne trouveras pas ” a laissé entendre M. Abdoulaye dans sa requête.

Il avoue que depuis qu’il a reçu ces menaces ses tentatives de demande d’emploi ont été vaines. Ce discours n’a pas convaincu la Cour constitutionnelle qui l’a débouté.

4 Commentaires

  1. Haut cadre de la béceao…

    Ministre des finances sous kérékou..

    Directeur afrique du fmi..

    President de la boad…

    Et aujourdhui…ministre chargé “des taxi jaune”….

    Quelle chute…pour notre abt…national…

    Talon…qui n’est pas bete..a préférer wadagni…pour la gestion de ses interets financier..

    Et notre abt doit se consacrer..a son ministère flou,sans contenu…avec un titre ronflant du n2…du gouvernement

    C’est triste

  2. Il devrait surtout changer d’avocat…

    Au moins le quidam de base sait que les réseaux sociaux sont surveillés et les “déviants” susceptibles de subir de l’acharnement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire