Manifestations de Parakou contre son chantier: Ebomaf explique et fait taire la polémique

Manifestations de Parakou contre son chantier: Ebomaf explique et fait taire la polémique

Les populations de Tourou dans le 1er arrondissement de la ville de Parakou ont barricadé le tronçon Parakou-Wêwê avant-hier mardi très tôt le matin, pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis de l’entreprise Ebomaf qui réalise les travaux.

Construction de la route Comè Lokossa Dogbo : Reprise des travaux au niveau de Sè

Mais après ce mouvement d’humeur, le directeur des travaux de cette entreprise est monté au créneau pour éclairer la lanterne des uns et des autres. Une sortie qui a permis de comprendre qu’Ebomaf n’a fait que suivre les instructions du cahier des charges.

Les populations de Tourou dans le 1er arrondissement de Parakou ont manifesté le mardi 10 octobre dernier afin d’avoir des explications sur la réalisation des travaux de la voie Parakou-Wêwê par l’entreprise Ebomaf. Les manifestants réclamaient la réalisation de la clôture du collège d’enseignement général de la localité par l’entreprise, le curage des caniveaux, l’érection des ralentisseurs et autres. Face à ces demandes, le directeur des travaux d’Ebomaf est très tôt monté au créneau pour donner des explications édifiantes.

Arouna Mohamed puis que c’est de lui qu’il s’agit,  s’est d’abord prononcé sur la question de la construction de la clôture du Ceg de Tourou. A l’en croire, ce n’est pas dans le cahier des charges et donc il ne saurait prendre des engagements au nom de l’entreprise. Il suggère qu’il y ait des discussions entre les autorités de la ville et les responsables d’Ebomaf, afin de trouver une solution à ce problème. Pour ce qui est des ralentisseurs (environ 50), le directeur des travaux informe que les équipes chargées d’exécuter ces travaux sont déjà sur le terrain.

Les habitants de Tourou ont aussi posé le problème des carrières de sable. Sur le sujet, ce technicien a été on ne peut plus clair. La réhabilitation a déjà commencé. D’ailleurs, la plus grande partie est réalisée et l’entreprise n’attend que la fin de la saison des pluies pour boucler les travaux. En ce qui concerne l’éclairage de la route, le câblage est en cours et sera achevé avant la réception des travaux, a-t-il fait savoir.

Abordant le problème des maisons inondées, le directeur s’est exprimé en ces termes, « les maisons qui sont en bas, ce n’est pas de la faute de l’entreprise, c’est dans les zones de remblai où il faut d’une part mettre la chaussée hors d’eau et d’autre part, évacuer également les eaux des riverains. C’est pourquoi les caniveaux doivent être placés au pied du talus ». Selon ses explications, la question des expropriations est du ressort de la direction des travaux publics du ministère des infrastructures et des transports.

Arouna Mohamed a tenu à rappeler quelques actions menées au bénéfice de la commune. Il s’agit par exemple de l’aménagement d’un site par Ebomaf pour désengorger la voie prise d’assaut par les gros porteurs chargés de Coton. Il est également prévu un aménagement des sites devant accueillir les auto-gars au niveau de chaque sortie de Parakou.

Le directeur des travaux a tout de même rassuré les uns et les autres et a certifié que l’entreprise fera tout pour achever les travaux. Il n’a pas manqué d’appeler les populations au calme et  à la patience

Commentaires

Commentaires du site 0