Mo Ibrahim : les dirigeants africains n’ont pas le monopole de la corruption

Mo Ibrahim : les dirigeants africains n’ont pas le monopole de la corruption

Il n'est plus à présenter. Mo Ibrahim, milliardaire anglo-soudanais qui s'investit dans le monde des télécommunications a pris la parole lors du forum Africa Convergence pour dénoncer l'hypocrisie qui entoure les accusations de corruption en Afrique.

Afrique: Les enfants scolarisés peuvent-ils aider à alphabétiser leurs parents non-instruits ?

C’était lors d’une interview accordée à au site africanews. Pour Mo Ibrahim qui a également lancé un prix pour la gouvernance en Afrique, la corruption ne se fait pas dans un seul sens. Tout en reconnaissant la responsabilité de certains leaders en Afrique, il a appelé à reconnaître la vérité : 

L’Afrique n’est pas plus corrompue que n’importe quel autre endroit autour de nous. Pour chaque leader africain corrompu, nous avons 1000 hommes d’affaires européens, américains et chinois corrompus, où sont ces personnes ?” a t-il rappelé.

Il s’étonne donc du fait que lorsqu’on dénonce, on ne cible que les africains alors qu’il s’agit d’un système généralisé. Système qui ne profite pas qu’aux leaders concernés, mais à bon nombre d’entreprises étrangères qui se servent également sur le dos des populations africaines.

Et sur ce plan, il n’a pas de doutes. Les autre corrompus sont de toutes les nationalités y compris des pays qui donnent des leçons aux Africains. Mais ce n’est pas tout. L’homme d’affaires dénonce également les entreprises étrangères qui ne paient pas, ou plutôt peu d’impôt sur le continent noir. En clair, les dirigeants africains n’ont pas le monopole de la corruption selon lui.

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Epiphane Oloro CARRENA 3 semaines

    L’impact ravageur de la corruption sous nos cieux n’est comparable à ce qui se passe ailleurs dans le monde. Ici, nous avons besoin des choses les plus basiques et élémentaires de survie et la corruption empêche des milliers de gens d’avoir de l’eau potable, pour ne prendre que cet exemple encore frais dans la mémoire collective, de l’électricité, des salles de classe, des pistes rurales et des centres de santé. Je ne souhaite pas que la déclaration de Mo Ibrahim soit perçue par les pilleurs ou les pillards comme un encouragement à continuer de faire les choses dans la totale obscurité en ignorant et en méprisant les minimas de la gouvernance que abusivement dans nos pays, les gens à l’esprit étroit appellent bonne. La gouvernance est par essence bonne. Le reste c’est de la prestidigitation. La transparence est le levier et le moteur de toute pratique saine et honnête.

    • Avatar commentaire
      jesaistout 3 semaines

      Vous n’avez soit pas lu l’article soit pas compris ce que Mo Ibrahim voulait dire. En deux mots :

      La corruption en Afrique est aussi le fait des occidentaux et non seulement des dirigeants.

      Il veut juste dire que les occidentaux élaborent aussi en Afrique un système de corruption pour profiter des richesses…

  • Avatar commentaire
    Tchite' 3 semaines

    Voila qui est bien analyse’ et objectivement dit. Mais ce nest pas non plus une raison pour ne pas passer a’ un systeme de controle et de repression dans ce domaine qui detruit et sacrifie l’avenir de nos nations.

    Dans les pays dits developpe’s, ils ont installe’ des systemes informatiques qui ont coupe’ le robinet aux fonctionnaires lambda pour permettre a’ la grande hierarchie et aux big boss de se servir commr ils veulent.