Absence d’unanimité sur les réformes de Talon : Une question de méthode

Absence d’unanimité sur les réformes de Talon : Une question de méthode

Talon sur Rfi : « Des gens influents ne veulent pas voir le jardin fleurir si c’est Patrice qui l’arrose »

Les initiatives et réformes du président de la république Patrice Talon, sont certainement nourries de bonnes intentions, mais elles ont du mal à faire l’unanimité. Et pour cause, la méthode utilisée par le pilote de la rupture porte plus sur la gouvernance dirigiste que sur la gouvernance participative, qui fait des citoyens des parties prenantes dans le processus décisionnel.

Du projet de révision de la constitution à la réalisation du Ravip en passant par les réformes du secteur de la santé, le constat est le même : la méthode utilisée pour chaque initiative par le président Patrice Talon est source de discorde. Candidat à la présidentielle de 2016,  Patrice Talon annonçait son intention de réviser la constitution si jamais il est élu président de la République.

Devenu locataire de la Marina, il crée le 6 mai 2016 la commission chargée d’élaborer des propositions de réformes institutionnelles et politiques. Les dissonances sur ce projet apparaissent dès la remise du rapport de cette commission au chef de l’Etat, en juillet 2016. En dehors du résumé qui avait été produit et distribué par la Fondation Friedrich Ebert, peu de gens maitrisaient le contenu de ce rapport. De juillet 2016 à février 2017, 7 mois sont passés sans information sur la question. L’opinion n’en a encore entendu parler que lors du dépôt du projet de révision de la constitution à l’Assemblée nationale par le gouvernement.

Les réformes contenues dans ce projet n’ont donc fait l’objet d’aucun débat public préalable. Au lieu de faire des campagnes de sensibilisation sur ce projet de révision, le gouvernement aurait plutôt dû sillonner les 12 départements pour recueillir des observations et suggestions à propos de ce texte. Pour avoir manqué à cette exigence managériale et politique, le sort réservé au projet de révision a été la déculottée des initiateurs.

Le dirigisme systémique

Sans tirer de leçon des causes de l’échec de la révision de la constitution, le président Talon engage un autre chantier de réformes, dans un secteur aussi sensible que la santé. La commission mise sur pied pour penser ces réformes est décriée. Les agents du secteur de la santé l’accusent d’être composée en majorité d’universitaires en écartant les praticiens. Et comme pour saler l’addition, le rapport produit par cette commission et remis au chef de l’Etat, est devenu un document frappé du sceau du « secret d’Etat ». Les responsables des syndicats ont crié, hurlé, braillé pour que le gouvernement leur remette des exemplaires dudit rapport…, niet ! Il a fallu que ces syndicats initient des mouvements de grève pour qu’après deux mois environs de débrayage, le gouvernement consente à leur remettre le rapport.

Quelle peut être la pertinence d’une réforme faite sans les acteurs du domaine et sans les bénéficiaires que sont les usagers des hôpitaux publics ? Le président n’aurait-il pas pu recevoir ces agents avant le samedi passé au Palais, afin de recueillir leurs avis sur les réformes à effectuer ? Il faudra donc toujours que la situation empire pour que le chef de l’Etat juge utile de recevoir les concernés.

Changer de paradigme

Le Ravip -Recensement initial administratif à vocation d’identification de la population-, ne déroge pas à la règle. Tout a

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 9
  • Avatar commentaire
    Cathie 1 semaine

    Lors de la rencontre avec les représentants du personnel de la santé, Talon a montré réellement qu’il n’est pas à la hauteur pour diriger le pays. Il est dépassé et son gouvernement a été mis à mal dans tous les domaines. Le Ministre de la santé n’a plus aucune légitimité, tellement qu’il a été mis en cause dans cette affaire. Plus généralement, j’ai la ferme conviction maintenant que le PAG est un grand canular comme le disait l’autre. Il n’y aura rien. Je conseille à Talon et à son gouvernement de t’attaquer en priorité à la corruption, régler les problèmes de la santé et de l’éducation dans le pays. Ce serait suffisant pour son quinquénat car c’est de la poudre aux yeux ce PAG.

    • Avatar commentaire
      Pac 1 semaine

      En voilà qui prends des airs justes péremptoires. Quels sont vous outils d’analyse !

  • Avatar commentaire
    Bossouko 1 semaine

    Sonagnon! a la conference tout le monde n’est pas d’accord; la belle preuve le PCB qui était devant tous les mouvements conduisant a la conference était absent a cette conference. C’est pour cela aujourd’hui il réclame la tenue des états Généraux. C’est pour dire que dans toute reforme il y a des mécontents.

    • Avatar commentaire
      Sonagnon 1 semaine

      Il y a une différence en unanimité et consensus!!!

      L’unanimité n’est pas possible pour des réformes, et c’est ce qui explique la position du PCB à la conférence, mais le consensus est possible et c’est ce qui est absolument demandé!!!

      La réussite de la Conférence Nationale est le fruit d’un consensus, et le Bénin ne peut que fonctionner avec cette démarche!!!

      Ce qui fait l’impopularité de Patrice TALON, c’est bien la volonté de passer en force comme l’article l’a si bien souligné!!!

  • Avatar commentaire
    Sonagnon 1 semaine

    Je vous dirai plutôt qu’il n’y a pas de réforme avec une unanimité!!!
    Mais des réformes consensuelles sont bien possibles!!!

    Qu’est ce qui s’est produit à la conférence nationale au Bénin???

    Rien qu’en observant ce qui s’y était passé, vous devez comprendre pour qu’un réforme aboutisse au Bénin, la recherche du consensus est une démarche obligatoire.

    Regardez en France, malgré la majorité de LaREM au parlement, la discussion avec les partenaires sociaux sur les réformes est un rituel!!!

    Patrice TALON prend les béninois pour ses employés, et il décide de faire ce qu’il veut. Le Bénin est une République, et il comprendra à la suite des échecs successifs.

  • Avatar commentaire
    Bossouko 1 semaine

    je pense que ceux qui ont étudie la théorie de management vous le diront; il n’y a jamais de reforme consensuelle.

    • Avatar commentaire
      Sourou 1 semaine

      Toutefois, cela ne vous empêche pas d’écouter des avis contradictoires même si on ne va pas en tenir compte.

  • Avatar commentaire
    Sourou 1 semaine

    C’est simplement la suite de la logique selon laquelle le Bénin est un désert de compétences. Puisque lui, le compétiteur né, n’a que 5 ans à faire, pourquoi alors perdre du temps à associer des gens qui, selon lui, n’apporteront rien aux réflexions. Talon, c’est du style, je connais déjà tout ce dont tu as besoin, voici la solution.

    Aussi, sans douter de la bonne foi du PR, je ne crois pas trop aux promesses faites aux syndicats de la santé le samedi dernier au palais. Le repas est déjà cuit. Les associer consistera simplement à porter les diverses conclusions à leur attention. Gars à eux s’ils les mettaient en cause. Le chef a déjà parlé, quelle autre instance de la république les recevra à nouveau ?

    Pour ceux qui ont suivi les séries télévisuelles DALLAS dans les année 80 90 puis 2000, les méthodes Talon ne sont pas loin de celles usées par le personnage JR qui est toujours prêt à user de tout pour arriver à ses fins. La rencontre de samedi dernier n’est qu’un baiser de plus pour endormir les syndicats. Vivement que ce ne soit pas moi qui ai raison pour le bonheur de ce peuple.

  • Avatar commentaire
    Pac 1 semaine

    Il faut être naïf pour croire que les réformes se font avec l’unanimité. Assurément, vous l’êtes.