Affaire BIBE au Bénin : Dramane Diatema plonge davantage la Cnss et le gouvernement

Affaire BIBE au Bénin : Dramane Diatema plonge davantage la Cnss et le gouvernement

Concours de la CNSS au Bénin : La Cstb exige son annulation et la poursuite des fraudeurs

L’affaire de placements hasardeux à la Bibe révélée par le Conseil des ministres du jeudi 02 novembre passé, continue de connaître des rebondissements. Au cours d’une conférence de presse qu’il a donnée hier, le Directeur général de Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) Dramane Diatema, a usé d’arguments légers et discutables. En voulant plonger Laurent Mètongnon, la risée du gouvernement, il a plongé plutôt la Cnss et le gouvernement.

Le visage présenté par Dramane Diatema à la fin de sa conférence de presse hier, est celui d’un homme rassuré, soulagé. Il venait d’accomplir une mission difficile : celle de plonger Laurent Mètongnon. Cet ex-président du Conseil d’administration de la Cnss est l’objet, depuis le conseil des ministres du jeudi 02 novembre passé, d’un vaste complot médiatique visant à saboter son image. Pourtant, lorsqu’on se met à analyser les arguments tenus par le Dg Diatema, on se rend compte qu’il a failli à sa mission… Et ce n’est qu’un euphémisme de le dire. Disons le d’emblée, il a plongé et la caisse et le gouvernement. En effet, en répondant à Laurent Mètongnon -accusé par le Conseil des ministres d’avoir reçu des retro-commissions–, il a exposé davantage la caisse et aggravé les inquiétudes des travailleurs de la maison.

A écouter Diatema, c’est parce que des placements hasardeux ont été fait en 2014 et 2015 que la société a été contrainte d’entrer dans l’actionnariat de la société. Cet argument est si léger et si indigne du Dg d’une caisse nationale de solidarité, au point où on se demande si le Dg maitrise réellement de quoi il s’agit. Il dit -parlant du Dg-, que la nouvelle équipe dirigeante a décidé de « retirer les sommes placées ». C’est donc à ce moment qu’elle se serait rendu compte de la difficulté de cette procédure. La banque leur ayant notifié qu’en retirant les fonds placés ils exposent la banque à la fermeture, et que par conséquent les fonds placés pourraient partir en fumée… Pour sauver les 15 milliards restants, la Cnss avait intérêt à sauver la banque. Ce qu’elle a fait en entrant dans l’actionnariat pour un montant de 4 milliards. Le Dg précise qu’une décision de justice les avait, entre temps, contraints à faire des souscriptions nouvelles et à ne pas déduire l’acquisition de nouvelles actions de leurs avoirs placés en dépôt à terme (Dat).

Cet argumentaire souffre de plusieurs insuffisances. En dehors du fait que le Dg n’informe guère sur le pourcentage de l’actionnariat concerné par les 4 milliards, on peut bien s’interroger sur la pertinence de cette action. Et c’est là qu’on note que la nouvelle équipe dirigeante a aussi imprudemment agi. L’entrée dans l’actionnariat n’est basée sur aucune étude technique. Sur la base de quoi ont-ils contracté avec ce montant ? De combien s’agit-il exactement ? Quels sont les risques d’un tel investissement ? En tout cas, le Dg n’en a rien dit. Plus grave, si la banque est incapable de restituer une partie du dépôt, c’est qu’elle est dans une situation critique. Ceci dit, en acquérant ces actions, la Cnss a fait une opération plus hasardeuse et plus dangereuse que

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 9
  • Avatar commentaire

    Vous mélangez tous, le ministre compris bon sang.
    Le mis en cause metognon a bien expliqué sur les ondes radio qu’ils ont fait ces placements justement pour venir en aide à une banque nationale en difficulté qui les as sollicités!
    Alors c’est quoi ces propos tendancieux faisant croire qu’ils ont fait un DAT en méconnaissance de la situation de la bibe

  • Avatar commentaire
    virgile 2 semaines

    Comment le DG a t il plongé le gouvernement et la CNSS? Mr ZOUMENOU, nous avons besoin de ce que vos manchettes que proposez soient bien pesées
    Questions:
    – Est il saint de placer l’argent de la CNSS dans une banque en difficulté?
    – Metognon qui a ordonné ce placement est vraiment du ministère de l’économie et des finances. Car en tant financier il doit connaître à peu près la situation de chaque banque.
    – Quel personne sérieuse peu placer son argent dans conditions d’insécurité?
    – Est il bon que l’état recapitalise la BIBE pour la faire fonctionner afin que l’argent de la CNSS soit récupéré?
    – En 2008 en pleine crise financière, certains pays occidentaux dont les USA sous OBAMA ont recapitalisées certaines banques et sociétés.
    – Si l’argent de la CNSS est perdu qui en responsable?
    – Que diriez vous aux travailleurs retraités dans vos publications?
    Mr ZOUMENOU soyez à la hauteur des éléments que proposés dans vos manchettes

    • Avatar commentaire
      AHISSOU 2 semaines

      Vous n’avez rien compris à l’histoire. Les motivations sont ailleurs!

  • Avatar commentaire
    AHISSOU 2 semaines

    On instrumentalise les cadres de l’administration publique, dans le cadre des luttes et règlements de compte politiques. La vieille recette, on se croirait sous le régime YAYI. C’est pathétique!

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN 2 semaines

    @Amaury, pour votre gouverne, il faut savoir que l’Etat Béninois s’était engagé à sauver la BIBE de la liquidation envisagée par la Commission Bancaire. L’une des premières mesures de sauvetage a consisté à recapitaliser la banque afin de relancer ses activités, assorties d’autres mesures de redressement requises dans ce cas de figure. Dans des pays organisés, l’Etat aurait eu recours à un Fonds d’Investissement souverain ou d’une Structure d’investissements stratégique. Malheureusement, le Bénin ne dispose d’aucun de ses organismes, et la seule alternative a été de recourir à une des rares institutions disposant de ressources dont la nature (disponible pour le long terme) permet de réaliser de telles opérations, à savoir la CNSS. Dans certains Etats de l’Umoa, existent les Caisses de Dépôts et de Consignation (Sénégal, Côte d’Ivoire, bientôt aau Burkina et au Mali), un Fonds Souverain d’Investissements Stratégiques (FONSIS au Sénégal)…Au Bénin, sur ce plan, la réflexion et l’imagination sont aux abonnés absents. Le recours à la CNSS est la seule alternative qui nous reste, CNSS dont les ressources ne sont pas gérées avec le dynamisme souhaitable, comme le prouvent les dérapages observés avec ces placements hasardeux et crapuleux. Et là encore, nous sommes toujours en retard par rapport à un pays comme le Burkina qui utilise les ressources de la CNSS de manière stratégique et dynamique. En atteste l’accompagnement de Coris Bank, qui a pu, grâce notamment à la CNSS Burkina, opérer son expansion pour se transformer en une véritable banque régionale, sous pavillon burkinabè……..
    Au total, il reste à obtenir des précisions sur les tenants et aboutissements de l’intervention de la justice dans le processus de prise de participation de la CNSS dans le capital de la BIBE pour mieux apprécier la cohérence de cette action avec le plan de sauvegarde et recapitalisation prévu par l’Etat .

    • Avatar commentaire
      Amaury 2 semaines

      @ALLOMAN,

      Je suis en phase avec vous sur votre premier paragraphe sauf que je ne suis pas sûr de l’exemple du Burkina que vous citez. Ma vraie préoccupation est cette injonction de la justice.

      Affaire à suivre donc pour de nouvelles informations pour nous éclairer.

  • Avatar commentaire
    Paul Ahéhénou 2 semaines

    L’objectif du gouvernement est de détruire un citoyen. La préoccupation n’est nullement l’orthodoxie financière, mais avoir la tête de Metognon, pour le réduire au silence, comme il l’a déjà fait à plusieurs autres. Ce gouvernement liberticide n’a rien à faire.

    • Avatar commentaire
      SEGNI 2 semaines

      Libericide ah bon. Tu le dis si bien car tu en sais quelque chose. Tu es typiquement béninois! Tout ce que la rupture fait selon toi acharnement selon toi? Merci

  • Avatar commentaire

    On croit rêver en lisant des choses pareilles. C’est à se demander si nous sommes toujours au Dahomey, quartier latin ou au Bénin quartier c..ré.tin.
    Je voudrais savoir dans quel cadre le jugement (Add N044/2017-2è ch-com) a été prononcé. S’agit-il d’un règlement préventif ? d’un redressement judiciaire ? Dans tous les cas, quel est ce jugement qui oblige un déposant à remettre de l’argent frais en actions pour sauver son dépôt initial ? Pitié, je veux comprendre.
    Si mes amis, @Alloman qui semble en connaitre un rayon sur la finance ainsi que @agadajvi qui connait le fonctionnement d’une entreprise et qui sont prompts à défendre la moindre bourde de la rupture (rire !) peuvent m’éclairer, j’en serai ravi.

    Je ne suis pas trop libre aujourd’hui mais je passerai de temps en temps pour lire leurs explications ainsi que celles d’autres forumistes.