Affaire Mètongnon : Une instruction judiciaire à l’épreuve de la transparence

Affaire Mètongnon : Une instruction judiciaire à l’épreuve de la transparence

C’est depuis le vendredi 17 novembre 2017 que l’ancien président de la Cnss, Laurent Mètongnon, est placé en garde à vue à l’Ocertid après la longue journée d’audition ce même jour.

Concours à la Cnss au Bénin : L’Anlc relève de graves irrégularités

Rien n’a filtré ni sur la nature de sa garde à vue ni sur la suite de la procédure. Gardé à vue depuis vendredi, rien n’a été dit de plus sur le cas Mètongnon… On a déjà vu ici même à Cotonou, le procureur de la république expliquer la procédure aux hommes et femmes des médias. Mais dans l’espèce, la tradition n’est pas observée.

L’information qui rapporte la perquisition effectuée chez lui n’est d’ailleurs pas de source judiciaire. Une autre zone d’ombre est la durée de la garde à vue. On sait qu’elle a pris effet depuis samedi autour d’1heure du matin, mais personne ne peut pas dire si elle sera de 48h ou plus. Ce genre d’information ne devrait pas relever de la spéculation mais être fournies par les canaux officiels. C’est la communication transparente sur le dossier qui constituera la preuve de l’objectivité et de la neutralité de la justice, tel que régulièrement clamée par les justiciables qui spontanément ne cessent de répéter « nous faisons confiance à la justice de notre pays ».

C’est peut être l’occasion d’éclairer nos lecteurs sur des interrogations liées à la mobilisation observée sur la convocation de Laurent Mètongnon à la brigade économique et financière. Nombreux sont les citoyens qui se sont demandé pourquoi cette mobilisation à la Bef, ainsi que les débats qui se font autour. Il faut simplement rappeler que cela n’est pas une spécificité béninoise.

C’est la société mondiale qui se comporte ainsi. Il se déroule tous les jours des procès au tribunal de Cotonou, mais lorsqu’on annonce celui de l’affaire Dagnivo, cela attire plus de monde que d’habitude, de même que des procès qui opposent des camps à la Rb, etc. Aux Etats-Unis, il se produit chaque jour des auditions au Fbi, mais quand on annonce l’audition du fils de Donald Trump en rapport avec l’implication de la Russie dans la dernière campagne présidentielle, cela draine la foule et des médias.

En somme, dans tous les pays certaines personnalités en fonction de leur stature sociale suscitent plus d’attention que d’autres, et c’est aussi le cas avec Laurent Mètongnon

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Tundé 4 semaines

    Il n’y aucune exigence pour faire de la Justice spectacle. La Justice fera son travail qu’importe les jérémiades des coalitions, des marcheurs professionnels et les médias à la solde des forces négatives

    • Avatar commentaire
      Gombo offline 4 semaines

      La justice spectacle , c’est quand des gens comme Wadagni le garçon de courses de Talon se transforme en procureur du Dimanche pour faire en public le procès de Métongnon!
      Ayez un peu de pudeur, les rupturiens!
      Dans une affaire d’intérêt public comme celle  ci le droit des citoyens a l’information est catdinal!
      Talon et son clan n’hesite Pas à se servir des mégaphones publics pour traîner dans la boue des citoyens et ce sans preuve
      Mais quand leurs mensonges s’effondrent comme un château de cartes on découvre brusquement la valeur du principe de secret de l’instruction !
      Pouah!
      Une ban-de de scele-rats imposteurs

  • Avatar commentaire
    Amaury 4 semaines

    Assez succinct mais pertinent.