Bénin : La communauté universitaire rend hommage à Guy Ossito Midiohouan

Bénin : La communauté universitaire rend hommage à Guy Ossito Midiohouan

Une cérémonie qui intervient quelques jours après son admission à la retraite.

Police républicaine au Bénin : des interrogations sur ce corps en gestation

L’amphithéâtre Houdégbé de l’université d’Abomey-Calavi a servi de cadre hier 07 novembre 2017 à la cérémonie d’hommage au critique littéraire, professeur de littérature négro-africaine à l’ancienne faculté des lettres, arts et sciences humaines, qui a changé de dénomination depuis un an, Guy Ossito Midiohouan.Anciens étudiants, enseignants, parents, membres de l’association Nonvitcha et autorités à divers niveaux, sont venus saluer la fin de carrière d’un intellectuel engagé.

C’est en 1981 que Guy Ossito Midiohouan fait son entrée à l’université nationale du Bénin (Unb), comme professeur assistant de littérature négro-africaine d’expression française. Le 1er octobre 2017, soit 36 ans après, l’homme a été admis à faire falloir ses droits à la retraite. Ne pouvant se contenter d’observer cette heureuse occasion vu le parcours de cet enseignant engagé, bien connu de la communauté universitaire  au Bénin et à l’international, ses anciens étudiants en collaboration avec le laboratoire d’études africaines et de recherche du Fâ (Larefa), ont organisé une cérémonie d’hommage en son honneur. L’évènement a eu lieu hier 07 novembre 2017 dans l’amphithéâtre Houdégbé de l’Uac, en présence d’autorités à divers niveaux, de personnalités et d’un nombre important d’étudiants formés par Guy Ossito Midiohouan.

Dans son discours, le doyen de la faculté des lettres de l’université d’Abomey-Calavi, Flavien Gbéto, est revenu sur les qualités de son collègue. La détermination, l’engagement, le professionnalisme et autres, sont autant de valeurs qu’il reconnait à ce digne fils de Grand-Popo. Le vice-recteur chargé des affaires académiques, Maxime da Cruz, a abondé dans le même sens que son prédécesseur avant de  transmettre officiellement au nom du recteur Brice Sinsin, les lettres de félicitation à l’heureux du jour.

A son tour, la représentante du directeur du laboratoire d’études africaines et de recherche du Fâ (Larefa), Kakpo Mahougnon, a remercié le comité d’organisation qui a abattu un travail remarquable. Elle a salué l’originalité de l’ouvrage « pour une archéologie afro centriste de la littérature négro-africaine », signé du Dr Roger Koudoadinou, un des anciens étudiants du professeur à qui elle a souhaité une retraite paisible.

Dans la présentation de cet ouvrage de 135 pages publié aux Editions IDS de Cotonou en septembre 2017, pour rendre un hommage mérité à Guy Ossito Midiohouan, Pascal Zantou a fait savoir qu’il est plaisant et facile à lire. Il est ensuite revenu sur le parcours exemplaire de celui que toute la communauté universitaire célèbre à la fin de sa carrière.

Il faut rappeler que plusieurs personnalités ont marqué de leur présence cette cérémonie-hommage. Parmi celles-ci, on peut citer l’ancien ambassadeur du Bénin en France Albert Agossou, le conseiller du chef de l’Etat Ousmane Alédji, le général Félix Tissou Hessou, l’ancien ministre Victor Tokpanou, sans oublier la très forte délégation de l’association Nonvitcha dont est membre le professeur.

Parcours professionnel de Guy Ossito Midiohouan

Il est né le 12 septembre 1952 à Lomé au Togo, où il a fait une bonne partie de ses études. Après avoir décroché une Licence ès Lettres en juin 1975 à l’université du Bénin dans la même ville, le jeune étudiant à l’époque met le cap sur la France où il obtient une maitrise en Lettres modernes à l’université Grenoble III, en juin 1977. Deux ans plus tard, il soutient sa thèse de doctorat du 3e cycle à l’université Paris III Sorbonne. Guy Ossito Midiohouan a enseigné dans plusieurs lycées et collèges du Togo, du Gabon et de France, avant de regagner le Bénin en 1981. Il est alors recruté comme professeur assistant à l’université nationale du Bénin, aujourd’hui université d’Abomey-Calavi. Il gravit les échelons et crève le plafond en juillet 2010, année de son admission au grade de professeur titulaire des universités du Cames en Littérature négro-africaine d’expression française. Il a aussi donné des cours sur le Roman, le Théâtre et la Nouvelle.

Le 1er octobre 2017, il est admis à faire valoir ses droits à la retraite. Connu pour ses critiques littéraires rarement flatteuses, Guy Ossito Midiohouan a toujours fait autorité, notamment dans les milieux universitaires. D’ailleurs, dès ses débuts de carrière, il a affiché une copie d’intellectuel engagé.

En 36 ans de carrière, il a connu trois (03) travaux académiques, des revues, 200 articles scientifiques et a participé à 111 séminaires, conférences et autres colloques, portant sur divers sujets. On ne peut que lui souhaiter une bonne retraite.

Commentaires

Commentaires du site 1