Libercom: Le bureau du directeur général touché par un incendie

Libercom: Le bureau du directeur général touché par un incendie

Un incendie s’est déclaré tôt ce matin dans les bureaux de la direction générale de Libercom au quartier Zongo à Cotonou. Les sapeurs-pompiers qui ont vite investi les lieux ont réussi à maîtriser les flammes.

Bénin ; Un incendie tue 05 personnes à Djakotomey

Aucune perte en vies humaines, mais beaucoup de matériel endommagé. C’est le bilan d’un incendie qui a eu lieu ce mardi 21 novembre 2017 au matin, dans les bureaux de la direction générale de Libercom située à Zongo. 

L’incendie s’est déclaré dans les environs de 7h du matin au bureau du Directeur Général de la société, bureau situé au cinquième étage de l’immeuble, sur la façade droite. Le feu qui serait dû à un court-circuit, a été maîtrisé par les sapeurs-pompiers appelés à la rescousse par les agents de la société qui ont essayé vainement de l’éteindre avec des extincteurs. Selon le directeur de l’audit et du risque à Libercom, Martial Fassinou qui s’est prononcé au micro la radio nationale (Ortb), ni le secrétariat ni les archives n’ont été touché par les flammes.

Il y a un climatiseur qui a explosé dans le bureau du directeur général. Tout de suite on a pris les extincteurs pour le briser. Mais la fumée était trop grande et on a du faire appel aux sapeurs-pompiers pour qu’ils nous aident. On a de la chance car le secrétariat, nos salles d’archives, rien de rien n’a brulé’’, a confié Martial Fassinou.

« A notre arrivée, le bureau était déjà condensé de fumée et sans accès. Nous étions obligés de défoncer une porte à l’arrière pour pénétrer le bureau du directeur où il y avait le sinistre. », a expliqué le Sergent-chef Antoine Ahouandjinou, commandant adjoint de la compagnie des sapeurs-pompiers Littoral.

Selon le sergent-chef, il s’agissait d’un incendie de classe A. On note la combustion de plusieurs matériels et mobiliers comme les tissus, le bois, les papiers, le bureau, etc. Après les sapeurs-pompiers, les éléments de la police technique se sont également rendus sur les lieux pour s’assurer qu’aucun document administratif n’a été endommagé par les flammes

Commentaires

Commentaires du site 4
  • Avatar commentaire
    Analyste 3 semaines

    On se rend compte que le titre est un euphémisme après avoir lu l’article: “le bureau du directeur général touché par un incendie”. Le bureau semble plutôt avoir été “ravagé” et non “touché”.

    Selon le sergent-chef, il s’agissait d’un incendie de classe A (pour le commun des mortels, ce serait bien de savoir sur quelle échelle se trouve cette classification et si cela indique que c’est mineur ou grave)

    Il ne se passe pas un trimestre sans qu’on ne rapporte un incendie dans l’administration, avec souvent à la clef des pertes d’archives, de documentations, etc. Et pourtant il n’y a jamais eu aucune mesure prise pour répondre à ce risque assez élevé. À la rigueur, l’installation de détecteurs de fumée (qui ne coûtent rien) pour pouvoir être avisé à temps du début d’incendie pourrait aider.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 3 semaines

    Depuis les demandes de rapatriement des oeuvres d’art du Bénin, suivies des vols et incendies dans les musées (hum…), la mode des incendies purificateurs 🙂 semble se répandre.