Bénin : « On ne peut pas condamner Mètongnon sur la base de fictions »

Bénin : « On ne peut pas condamner Mètongnon sur la base de fictions »

L’ancien secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes (Csa-Bénin), Dieudonné Lokossou, est l’invité de l’émission ‘’Zone franche‘’ de Canal 3, ce dimanche 26 novembre 2017.

Bénin : « il y a un fossé entre les actuels dirigeants et les citoyens… » Selon Dieudonné Lokossou

Il était question pour le syndicaliste d’apporter son éclairage sur l’actualité sociopolitique nationale. Une occasion pour décrypter la gouvernance de Patrice Talon, et lever un coin de voile sur ce qui se trame contre les secrétaires généraux de confédération. Il a rassuré que ce n’est pas parce que Mètongnon est sous l’éteignoir que les syndicalistes vont se taire.

Dieudonné Lokossou a exprimé son mécontentement sur les actes posés par le régime de la rupture, qui fragilisent la démocratie et l’état de droit. Il y a une certaine errance du régime qui contraste avec les traités internationaux auxquels le Bénin est parti. Son attachement à la cause des travailleurs est sans faille, et il n’a pas hésité à comparer la méthode de son successeur à la tête de la Csa-Bénin à celle qu’il avait lui-même adoptée. Certes, l’actuel Sg Anselme Amoussou a des objectifs, mais il ne devrait pas faire un syndicalisme par mimétisme. Incriminé de n’avoir pas laissé la main à celui qui lui a succédé, Dieudonné Lokossou a démontré qu’il ne pouvait en aucun cas s’immiscer alors qu’il a passé la main. « Je ne tiens pas la ficelle, sinon vous verrez que la politique de Lokossou est appliquée. J’ai atteint mon apogée, il y a une sorte de sclérose et il faut laisser les jeunes », confie-t-il, rassurant.

Affaires Mètongnon, capitaine Trèkpo, brouillage de fréquences, menace aux secrétaires généraux

Le dossier Mètongnon dans l’affaire Cnss qui défraie la chronique est la suite logique des menaces sur les secrétaires généraux, à en croire Dieudonné Lokossou. Il a confié qu’il a reçu un appel de Paris, d’un intéressé qui tenait à l’informer que le gouvernement cherche par tous les moyens à coller quelque chose aux Sg, notamment Lokossou, Iko, Chadaré… Maintenant que le Sg Fésyntra-finance est sous mandat de dépôt, il craint que les auteurs de ce montage ne cherchent d’autres machins pour l’enfoncer davantage à travers cette décision, puisque le chef d’accusation est léger.

« On ne peut pas condamner sur la base de fiction : sur 71 millions, si Mètongnon reçoit 2,5 comment les autres sont partagés ? Comment la banque peut passer son écriture pour sortir 71 millions », s’est-il demandé.

Il soutient : « Porter à 3 milliards un placement dans une banque n’est pas une faute », parce que le CA donne de grandes orientations. Il fait remarquer une lutte sélective contre la corruption. Evoquant le dossier du capitaine Patrice Trèkpo, Dieudonné Lokossou ne conseille pas au gouvernement de prendre une décision radicale allant dans le sens de la radiation de cet agent, qui a fait des dénonciations en tant que syndicaliste. Il a fait l’option de défendre les intérêts matériels et moraux des travailleurs, et ne mérite pas ce traitement. Poursuivant, D. L. indique : « Ce n’est pas en gouvernant par la terreur qu’on va régler les choses au Bénin », ajoutant « Ce n’est pas parce qu’ils ont mis Mètongnon sous l’éteignoir qu’on va se taire ». La solution aux brouillages de fréquence de Soleil Fm passe d’ailleurs par une journée presse morte selon lui.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Sourou 3 semaines

    Kérékou révolutionnaire avait gouverné par la peur en ouvrant des prisons politiques comme Ségbana. Pourtant, son régime est tombé. Que Talon cesse de penser à lui-même et de penser aux béninois honnêtes qui l’ont élu. Nul n’est éternel. Les crimes les plus odieux sont mis à nu par le temps.