« 100% Bénin » de Sikka Tv sur Canal 3 : Le recadrage trop osé et trop liberticide de la Haac

« 100% Bénin » de Sikka Tv sur Canal 3 : Le recadrage trop osé et trop liberticide de la Haac

C’est un coup dur pour les chantres de la liberté de presse et les téléspectateurs de canal3. Dans une décision prise le vendredi 10 novembre, la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication a mis en demeure Sikka Tv, d’avoir diffusé l’émission 100% Bénin sur la chaîne canal3.

Mise en demeure de Canal 3 par la Haac : un cahier de charges caduc au service d’une régulation liberticide

Ceci, pour avoir violé les clauses du cahier de charges qui le lie à la Haac. « J’ai l’honneur de porter à votre attention qu’il m’a été donné de constater que vous relayez les émissions d’une chaîne de télévision sans en référer à la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication, tel que le stipule la convention qui vous lie à mon institution. Il s’agit de l’émission 100% Bénin »…

Ceci est un extrait de la lettre envoyée au promoteur de Canal3 par le président de la Haac Adam Boni Tessi. Le président de cette institution de régulation a enfin, dans le même courrier, fait injonction au même promoteur « d’y mettre fin immédiatement ».  Ceci dit, l’émission « 100% Bénin » de Sikka Tv ne peut plus être diffusée sur canal3 après seulement une semaine de diffusion.

S’il  faut saluer à travers cette mise en demeure la volonté du président de la Haac à faire respecter les textes, ce qui est une bonne chose pour le renforcement de la crédibilité de l’institution, il faut néanmoins reconnaître qu’elle porte atteinte à la liberté de presse. Pourquoi empêcher la diffusion d’une émission si celle-ci ne gêne personne ?

On ne peut donc pas, au-delà de cet attachement aux textes affiché par le président, perdre de vue une intention maligne de bâillonner un espace de liberté d’opinion qu’est l’émission « 100% Bénin » de Sikka Tv. Cette crainte est renforcée par la promptitude avec laquelle la décision a été prise. Moins d’une semaine après le passage de la première émission, la Haac s’est trouvée dans l’obligation de prendre une décision de cette gravité sans barguigner. Cette promptitude et cet attachement aux textes n’ont pas été notés pour le cas Soleil Fm.

Depuis plus d’un mois en effet, les émissions de grande écoute de cette radio sont piratées systématiquement. La Haac s’est murée dans un mutisme inquiétant, laissant la radio subir jusqu’à ce jour les affres de ce piratage organisé par des prédateurs qu’elle – la Haac – avait les prérogatives d’aider à identifier. Mais sur ce dossier, notre Haac aujourd’hui très ferme s’est montrée impuissante. Une piètre commission aurait été créée à cet effet mais n’a hélas jamais donné les résultats de ses travaux.

Il y a quelques jours, la Haac a fait dire par un responsable d’association professionnelle qu’il s’agirait d’une surpuissance des fréquences de Soleil. Argument peu convaincant et qui donne l’impression que la Haac a carrément abdiqué sur ce dossier. Lorsque quelques jours après on voit son empressement à s’autosaisir de ce dossier de diffusion d’une émission de Sikka Tv par canal3 –pratique pourtant courante dans le monde de l’audiovisuel-, on a des raisons de croire et de dire que la Haac fait du deux poids deux mesures.

Commentaires

Commentaires du site 10
  • Avatar commentaire
    dos 1 semaine

    j’ai honte ce maboul me fait pitié. de toutes les façons la vie a des règles et il le par paiera. attendons de voir. celui qu’il semble servir ne sera pas de marge. ce dangereux personnage qui nous dirige. je dis que dans la vie il faut faire attention. nous avons soutenu ces gangsters dans ce pays mais voilà ce qu’ils viennent nous fabriquer. yayi est encore mieux mais cela ne m’étonne guère. car je me rappelle de l’autre affaire.

  • Avatar commentaire

    Je veux savoir quand est ce qu’un nouveau president de HAAC sera désigné.Celui-ci a déjà fait suffisamment de dégâts.Et sois dit en passant il ne rend aucun service au gouvernement

    • Avatar commentaire

      Mon cher, en vérité il ne pense qu’ à lui même. C est un léc**-*** zélé encore dans l’euphorie de se retrouver miraculeusement président d’institution.

  • Avatar commentaire
    Big 1 semaine

    Politique de deux poids deux mesures.
    On ne doit plus diffuser des documentaires non plus sur aucune chaine alors
    Eh ben, on est tombé bien bas dans ce pays

    • Avatar commentaire
      aziz 1 semaine

      Si apres 17 ans de dictature de kérékou..les beninois..ont conquis leur liberté et toutes les libertés…ce ne sont pas les ruseurs et rageux (pourvu qu’ils ne nous mordent pas avec leur rage)…qui nous la mettront encore profond

      Vivement..la musique militaire…vers 5 heures de matin..un de ses beaux jours

      C’est mon souhait..

  • Avatar commentaire
    Marcy 1 semaine

    Elle est liberticide pour le piratage cette précision du respect des cahiers des charges n’est pas observé.si il faut une semaine pour interdire une émission qui ne respecte pas les règles combien de temps faut-il pour débusquer des pirates des ondes qui sont gérées par l’état et qui rentre dans le cadre de la sécurité nationale

  • Avatar commentaire
    Pac 1 semaine

    Et voilà une analyse qui reconnaît que la décision de la HAAC est légale et qui en même temps la trouve de liberticide ! Quelle information portez-vous en réalaité ?

  • Avatar commentaire
    ADISSA 1 semaine

    Donc pour quand ça ne gène pas même si les textes sont violés il faut permettre. Votre notion de liberté de presse m’étonne et semble le confondre avec l’anarchie. Le jour où ça va gêner vous serez le même à dire quand tel a fait ceci on n’a pas réagi et pourquoi maintenant. C’est plutôt vous je pense qui encourage au non respect des principes qu’on s’est donné. Quand les textes ne sont pas respectés il doit pas avoir de mais.

  • Avatar commentaire
    ICHA 1 semaine

    Voilà qui est désormais clair…Ce qui se passe à la “HACHE”n’est que la résultante de l’étalage de la politique du ventre des “journalistes zémidjans” qui occupe l’institution. Cette maison est celle des journalistes et je m’étonne du silence retentissant qui caractérise les dits journalistes ((pour ceux qui méritent encore ce titre). Certains d’entre eux pensent que ça n’arrive qu’aux autres et observent tout joyeux ce spectacle de bâillonnement de la presse et de la violation légendaire du droit à l’information des citoyens. La promptitude dont fait preuve le comptable de l’Ortb qui se perd de fauteuil laisse plus d’un pantois.Vivement des mouvements de protestation aurais-je suggéré mais c’est sans compter avec les contrats qui inondent les rédactions et freinant les bons réflexes. Ceux citoyens et républicains. Cette profession n’est plus exercée par des professionnelles, mais des rejetés sociaux qui y trouvent refuge hélas