Bénin : Après avoir interdit le transport du « Kpayo » à Cotonou, Toboula lâche du lest

Bénin : Après avoir interdit le transport du « Kpayo » à Cotonou, Toboula lâche du lest

Le préfet Modeste Toboula fait des concessions après son arrêté interdisant le transport de carburants frelatés dans les rues de Cotonou.

Essence “kpayo”: Interdiction du transport sur les artères de la commune de Cotonou (Lire courrier)

Lors d’une récente entrevue qu’il a eu avec les acteurs de la filière, Modeste Toboula leur a accordé la faveur de circuler à nouveau avec leurs marchandises dans la métropole.

Cependant, ils devront désormais se déplacer à des heures très précises. La marge horaire arrêtée est de 0 heures à 05 heures du matin pour les engins  transportant le combustible frelaté.

Selon Henri Assogba, un des acteurs qui opère dans ce secteur informel, l’acte  du préfet est avant tout social parce que rien ne l’y obligeait. Il a par ailleurs affirmé  qu’un comité sera mis en place avec ses pairs pour faire respecter la décision.

A l’en croire, lorsqu’un camion transportant de l’essence sera surpris en circulation en dehors des heures fixées, il finira sur une base de la Sonacop ou chez les sapeurs-pompiers.

Commentaires

Commentaires du site 12
  • Avatar commentaire
    Prince Toffa 1er 1 semaine

    Etonnant et inadmissible! Un Préfet convoque officiellement une rencontre avec des citoyens contrebandiers qui mènent allègrement une activité illicite et dangereuse aux abords de nos rues. Voilà une manière tortueuse d’officialiser l’activité frauduleuse et de créer un précédent qui fera pour toujours tache d’huile; Conséquence: bientôt ne verrons-nous pas une association ou un syndicat des vendeurs d’essence kpayo marcher sur les artères de Cotonou et réclamer des droits qui ne leur sont pourtant pas dus.
    L’autorité doit savoir garder sa fermeté dans toutes les circonstances.

    • Avatar commentaire

      Alors Mr tu voulais qu’on supprime alors la vente du kpayo .désolée ce n’est pas la seule activité informelle à Cotonou ,c’est juste du social qu’on a besoin .

  • Avatar commentaire
    Steeve 1 semaine

    C’est très navrant les réactions sur des sujets aussi complexes. Il y en a qui se croient dans un film. Allez faire des stages auprès des acteurs politico-publics et nous en reparlerons. le Bénin comme tous les pays sous développés ne se réduit ni à la petite bourgeoisie de Cotonou, ni à la diaspora en occident, ni aux intellectuels gavés de diplomes . Quels sacrifices sont ils prêts à consentir eux? Sortez de vos livres et dogmes, allez sur le terrain!

  • Avatar commentaire
    aziz 1 semaine

    On ne peut rien construire de solide et durable dans ce pays..si on ne change pas radicalement le logiciel de pensée et de comportement des beninois…

    J’ai bien dit radicalement…et rien d’autre..

    Le commerce du pkayo…comme d’autres tares..sont des défis à l’autorité de l’état…et le prétexte..d’une activité pour les laisser pour compte..est un faux argument..et une excuse…

    La pauvreté n’est pas une fatalité et il y a d’autres activités plus dignes…

    Sonagnon..en a cité quelques unes…

    Enfin..pourquoi les autres préfets ne prennent ils pas…l’exemple sur toluba…

    • Avatar commentaire
      Sonagnon 1 semaine

      En un mot, ce gouvernement n’a aucune vision réaliste du développement du pays.
      Les vraies problématiques du développement du Bénin aujourd’hui, c’est comment drainer les acteurs des secteurs informels et de contrebandes en l’occurrence les vendeurs de kpayo et les conducteurs de moto taxi dans les secteurs productifs.

      Quel est le plan du gouvernement???

      Le PAG dont on parle a fait référence à ces problématiques???
      Il est vrai que ce PAG est juste de la mystification, de l’expression d’une arnaque digne des gayman.

      Il n’y a pas de gouvernement plus ventilateur que celui là, et après 2 ans de pouvoir, aucun résultat!!!

  • Avatar commentaire
    Sonagnon 1 semaine

    La vente de kpayo est elle une activité régulière ou de la contrebande???!!!

    Pourquoi ne pas commencer par interdit le kpayo, réprimer de manière rigoureuse les contrevenants dans une partie de Cotonou et l’étendre progressive à toutes la ville??? Et plus tard aux autres villes???

    Si TOBOULA s’était illustré dans la lutte contre le kpayo, je crois qu’il aurait plus de sympathie que de s’est acharné à détruire les petits gagnes pain qui se livraient à des activités licites.

    Les élections approchent, il faut ménager le troupeau électoral, ainsi va le Bénin.

    • Avatar commentaire

      Je vois que vous faites une analyse dans un sens où le mangé quotidien pour vous n’est pas un problème. Imaginez un homme sans diplôme, sans instruction et sans capitale pour démarrerr une affaire. Il fait comment? Évitez de vous acharnée sue vos propres citoyens parce-que vous faites partie de l’autre couche de la société. Que Dieu bénisse ce préfet dans son initiative!

      • Avatar commentaire
        Sonagnon 1 semaine

        Lire pourquoi ne pas commencer par interdire.

        Et dire que le kpayo est un commerce de la contrebande et vouloir qu’une politique responsable dans ce sens soit appliquée n’est pas être dans le camp des privilégiés.

        Le kpayo pose des problèmes économiques et sécuritaires préjudiciables à notre pays, à tel point qu’il me parait irresponsable que les autorités du pays, favorisent une telle activité.

        Certes, il y a des problèmes sociaux et même politiques qui font que la plus part des gouvernements précédents choisissent de prendre des décisions populistes et électoralistes plutôt que de faire restaurer l’autorité de l’Etat, et prendre des mesures responsables pour préserver la sécurité des bien et des personnes face à ce fléau qui est le kpayo.

        Pourquoi ne pas envisager une reconversion des revendeurs de rue dans les activités de maraîchage pour éviter que les fruits et légumes viennent du TOGO ou le Burkina pour inonder le marché béninois???

        Pourquoi ne pas avoir une politique de reconversion de ces vendeurs de rue du kpayo dans la production du riz en aménageant les marécages et les vallées du Bénin???
        L’Afrique de l’Ouest fait partir des plus grands importateurs mondiaux de riz, donc le riz Béninois bien produit aura un marché garantie, à l’heure où nous parlons de création d’une monnaie de la CEDEAO, on doit envisager la réduction des importations au maximun.

        Le kpayo a tout point de vue est nuisible pour l’économie du Bénin.

        • Avatar commentaire
          Agadjavidjidji 1 semaine

          Pour une fois je suis 100% en phase avec Sonagnon. Comme quoi….

  • Avatar commentaire
    Amaury 1 semaine

    Je croyais qu’il voulait éradiquer le kpayo ?????? Les mauvaises langues disent qu’il a fallu que les acteurs de kpayo déclarent leur soutien au PAG et à Pata pour que notre bulldog national lâche du lest.
    Tchrrrr !

    • Avatar commentaire

      N’oublions surtout pas qu’ils sont des personnages politiques! Il faut les comprendre!

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji 1 semaine

      @Amaury…Les lobbys du Kpayo font partie des plus puissantes du bled. Le Toboula a dû s’en rendre compte un peu tardivement.