Bières nigérianes au Bénin : L’He Ahonoukoun parle de la fraude douanière

Bières nigérianes au Bénin : L’He Ahonoukoun parle de la fraude douanière

Au cours des travaux en commission sur le projet de budget 2018 du ministère de l’industrie et du commerce, certains députés se sont préoccupés le jeudi dernier en commission, de la question de la saisie de bières de fabrication nigériane dans notre pays le Bénin.

Direction Général de la Douane: Charles Sacca Boco prend les commandes

C’est le cas de l’honorable Marcellin Ahonoukoun, ancien officier de la douane à la retraite, qui apporte ici quelques explications à la presse parlementaire par rapport à ces opérations de saisie de bières de fabrication nigériane dans certaines contrées du territoire national.

Explications de l’honorable Marcelin Ahonoukoun

«…Ce matin, les gens m’ont servi que les douaniers investissent des lieux pour arrêter la bière importée du Nigeria. Selon moi, ce n’est pas parce que la bière vient du Nigéria que les douaniers opérèrent des saisies. Non. La bière du Nigeria peut bien rentrer au Bénin parce que nous sommes dans un marché communautaire. La vraie raison est que ces bières n’ont pas pris par les voies légales. Sinon, toute importation doit faire l’objet d’un passage en douane pour être déclarée, si les importateurs n’ont pas pris par les voies réglementaires c’est-à-dire déclarer le produit et payer les droits et taxes douanières… Donc c’est la fraude douanière qui est appréhendée, ce n’est pas le fait que la bière est produite au Nigeria qui pose problème.

Toutes les industries du marché Uemoa bénéficient de la libéralisation des échanges. Dans ce schéma de libéralisation des échanges, il y a des entreprises reconnues et qui produisent. Des produits des entreprises qui sont dans le schéma de libéralisation des échanges produisent ce qu’on appelle le Certificat d’origine. Si les marchandises là arrivent au niveau de nos frontières avec le Certificat d’origine, ils ne paient même pas le droit de douane. Ils paient d’autres taxes réglementaires moins payées. Ce qui amène à parler de la concurrence. Si les bières importées du Nigeria font réglementairement l’objet de passage au niveau de nos frontières et arrivent dans notre marché, ca va être comme la bière produite par la Sobebra. De même, la Sobebra peut envoyer la bière fabriquée ici au Nigeria et vice-versa. Le problème ne se pose pas pourvu que les voies réglementaires soient empruntées. La Cedeao et l’Uemoa existent depuis longtemps. Si nous devons faire face à la concurrence libre, loyale, nous devons avoir des industries performantes, c’est- à -dire produire en qualité et à moindre  coût et cela fera avancer notre pays ».

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 semaines

    Ce député a dû boire trop de bière , reste à savoir si c’est la bière nigériane ou celle de la sobebra.
    Djo , et tes poulets morgues et riz que les beninois déversent sur le marché nigérian , ” quels  sont leurs papiers de douane ” 😡